GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël

Raphaël
MESSAGES : 1325
AGE : 30
LOCALISATION : NEUCHATEL, SUISSE.
CITATION : « ON N'EST JAMAIS AUSSI SEUL QUE LORSQU'ON EST SANS ESPOIR. SURTOUT LORSQU'ON N'A PLUS D'ESPOIR DE POUVOIR ROMPRE LE CERCLE DE LA SOLITUDE. »
JUKE BOX : GAVIN DEGRAW → SOLDIER | C2C → KINGS SEASON | RIHANNA → DIAMONDS | DAVID GUETTA → SHE WOLF | LOREEN → MY HEART IS REFUSING ME | BRICE CONRAD → OH LA | MUSE → MADNESS.
POINTS : 430

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: CANDACE.
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyLun 1 Oct - 2:30

I GUESS SOME LIKE IT HOT
FEAT. ELLIOT

Raphaël ne se définissait pas comme étant un cinéphile. Il n'en était pas un, clairement. Et il n'avait donc nullement la prétention de l'affirmer, puisque que tel n'était pas le cas. Pour autant, il est vrai qu'il avait longtemps nourri un certain intérêt pour le Cinéma. Disons que certains films avaient grandement occupé les soirées ternes et tristes de sa piteuse enfance, et lui avaient apporté un peu de réconfort dans les pires moments de sa vie. Il se souvenait d'ailleurs des séances auxquelles il avait assisté en compagnie de Mélina, l'une de ses sœurs. Il avait beaucoup pleuré devant de nombreux films, mais il avait également ri devant certains autres. Au fond, tout cela lui avait fait vivre de grandes émotions. Tandis qu'aujourd'hui, il était bien rare qu'un moindre film parvienne à l'émouvoir. Déjà parce qu'il ne se sentait pas à l'aise avec cette époque et avec la modernité du Cinéma d'aujourd'hui. Et également parce qu'il passait tout simplement beaucoup moins de temps dans les salles de cinéma. Disons qu'il avait cessé de véritablement les fréquenter au moment où il avait également cessé de fréquenter ses semblables. Quoi qu'il en soit, c'est avec une certaine mélancolie qu'il pénétra à l'intérieur de cet ancien cinéma. Tout était si bien conversé, un peu comme s'il venait d'être projeté dans une autre époque. Dieu sait qu'il en aurait envie, hm. Raphaël examina les lieux, avant d'entrer silencieusement dans la salle de projection. Là, des images, des sons familiers. Un film qu'il connaissait bien. Un film dont l'actrice principale n'était autre que l'une des plus fameuses de toute l'histoire du Cinéma. Marilyn Monroe, naturellement. Toujours debout, il laissa son regard se poser sur l'écran face à lui, avec une certaine contemplation. Finalement, il prit place non loin de l'entrée, sur un fauteuil, toujours très attentif à ce qu'il avait face à lui. Ce film, il l'avait bien vu des dizaines de fois, toujours avec Mélina. Elle lui manquait à cet instant précis. Mais revoir ce film lui faisait étonnement du bien. Il faut dire qu'en plus d'être excellente, cette production était amusante. Mais tandis que le film se poursuivait et qu'il se surprit à sourire à certains passages, il sentit une présence. Une présence humaine, cela va de soi. Tournant quelques peu la tête, et malgré la pénombre, il identifia une jeune femme. Et pas n'importe quelle jeune femme. Elliot. Il l'observa silencieusement un court instant, avant d'oser prendre la parole. « Certains l'aiment chaud est l'un de mes films préférés. Marilyn était une excellente actrice. Et l'histoire est formidable. » Il se tût subitement, lui adressant un fin sourire. « J'aimerais beaucoup que tu me tiennes compagnie » avoua-t-il d'une petite voix. Oui, il apprécierait de voir la fin de ce film en compagnie d'Elliot. Parce que c'était bien la meilleure compagnie qu'il pourrait justement avoir.
Elliot

Elliot
MESSAGES : 778
AGE : 31
LOCALISATION : LOS ANGELES.
EMPLOI : CRITIQUE DE MUSIQUE INDEPENDANTE.
POINTS : 70

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 7000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: DAGGA
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyLun 1 Oct - 13:23

Depuis mon entrée dans le Village, je n'ai pas eu l'occasion d'aller au cinéma très souvent. Et pourtant, c'est un de mes endroits préférés. Je ne connais que trop bien le cinéma puisque j'ai grandi dans le milieu. Maman est productrice pour une entreprise cinématographique très importante. Papa était compositeur de musique de film. Harlan est scénariste pour une grosse boîte de production hollywoodienne et Devon, directrice de photographie, travaillant pour le cinéma indépendant. Le cinéma, on a ça dans le sang. La lignée s'est arrêtée lorsque j'ai appris qu'à cause de mon daltonisme je ne pourrai jamais travailler dans ce milieu. Une grande déception pour Maman. Et Jimmie non plus, n'a pas suivi cette voie qui nous semblait toute tracée depuis nos naissances. Le cinéma est un héritage familial. Notre enfance a été bercée par les films de grands réalisateurs. La télévision n'avait pas lieu d'être. D'ailleurs, on n'en avait pas. Papa avait installé dans le jardin écran blanc et projecteur pour visionner des films tous les soirs. A la belle étoile, comme il disait. Plus cinéphiles que nous, tu meurs. Papa était une véritable référence de son vivant. Les bandes originales n'avaient aucun secret pour lui. En pensant à lui, mon cœur se serre. Il me manque tellement. Mes journées sont rythmées par des bribes de souvenirs fugaces. Je prends le chemin menant vers le vieux cinéma, une clope au bec. Arrivée devant, je jette le mégot. J'entends des rires, des paroles échangées et le bruit de vieux pellicules. A ma gauche, je vois la machine à pop-corn et les confiseries soigneusement présentées dans leur vitrine. Je n'hésite pas me servir en pop-corn. Je remplis un pot à rabord. Je franchis la porte et j'ai tout de suite reconnu le film en rentrant de par les dialogues. Certains l'aiment chaud. J'aperçois une silhouette se dessiner dans la pénombre. Raphaël. Un sourire en coin, je m'avance vers lui. Nos regards se croisent. Il dit : - Certains l'aiment chaud est l'un de mes films préférés. Marilyn était une excellente actrice. Et l'histoire est formidable. Je hoche la tête en lui souriant. Je jette un rapide coup d'oeil à l'écran où l'image est projetée. On est bientôt à la fin du film. Ce film est hilarant. Et Marilyn y est sublime. - J'aimerais beaucoup que tu me tiennes compagnie C'est si gentiment proposé que je ne peux pas refuser. Je ne peux rien lui refuser. J'accepte son invitation en prenant à place à ses côtés. Je lui tends les pop-corn. - T'en veux ?, lui proposai-je avec un sourire chaleureux. Sa présence a le don de m'apaiser. Ce que j'ai retenu du dernier prime, c'est que le jeune homme n'aimait les contacts physiques donc j'essaie d'établir une distance de sécurité entre nos deux corps. - J'adore ce film. Ça me fait rire à chaque fois que je le regarde. Papa en connaissait les répliques par coeur. Je regarde les images défilées avec une certaine mélancolie dans le regard. Je me sens à l'aise entre ses quatre murs. Jeune, je ne venais souvent me réfugier dans le cinéma du quartier. Il m'arrivait parfois de sécher les cours pour regarder des films. A l'époque, je rêvais de devenir comme mon père. C'était mon idole, mon modèle de réussite.
Raphaël

Raphaël
MESSAGES : 1325
AGE : 30
LOCALISATION : NEUCHATEL, SUISSE.
CITATION : « ON N'EST JAMAIS AUSSI SEUL QUE LORSQU'ON EST SANS ESPOIR. SURTOUT LORSQU'ON N'A PLUS D'ESPOIR DE POUVOIR ROMPRE LE CERCLE DE LA SOLITUDE. »
JUKE BOX : GAVIN DEGRAW → SOLDIER | C2C → KINGS SEASON | RIHANNA → DIAMONDS | DAVID GUETTA → SHE WOLF | LOREEN → MY HEART IS REFUSING ME | BRICE CONRAD → OH LA | MUSE → MADNESS.
POINTS : 430

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: CANDACE.
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyMar 2 Oct - 1:15

Certains l'aiment chaud. Voilà un film remarquable, à l'histoire plaisante et au casting formidable. Voilà une production de qualité comme on en trouverait assurément trop peu de nos jours. Bien évidemment, le fait que Raphaël apprécie tant le présent film avait quelques peu tendance à confirmer le fait qu'il ait des goûts décalés, un peu vieillis comparés à ceux qui devaient être ceux de sa génération, mais il n'avait que faire de passer pour un type peu raccordé à son époque. Il n'assumait pas nécessairement le fait de n'être pas à l'aise au sein de cette société et au milieu de tant de modernité, mais il préférait se dire qu'il valait mieux qu'il se plaise à rêver à une époque antérieure plutôt que de ne plus rêver du tout. Quoi qu'il en soit, à cet instant précis, le jeune homme avait grandement envie de partager un agréable moment avec la personne dont il était assurément le plus proche au sein de cette aventure. Elliot. Une jeune femme sensible, sympathique et avec qui il était grandement plaisant de converser. Ainsi donc, après lui avoir fait part du fait qu'il appréciait grandement le film qui se trouvait présentement projeté dans la salle, Raphaël invita timidement sa camarade à prendre place à ses cotés, si tant est qu'elle en ait envie. Mais visiblement, c'était le cas, puisqu'elle ne tarda pas à s'assoir près de lui, puis à lui proposer gentiment des pop corn. Honnêtement, Raphaël n'avait pas pour habitude de grignoter devant un film. Déjà parce que c'était le genre de choses qui pouvaient distraire n'importe qui - il le supposait, du moins - et également parce qu'il n'était pas tellement gourmand de nature. Pour autant, il avait envie de faire plaisir à Elliot. Alors même si l'appétit n'y était pas tellement, il hocha doucement la tête, dans un sourire, avant de se saisir d'une pincée de pop corn. Suffisant, soyez en sûrs. « Merci. » Au fond, se retrouver près d'Elliot l’embarrassait grandement, vu qu'il s'était quelques peu couvert de ridicule dimanche dernier. Mais sa présence était surtout rassurante. Alors il ne voulait pas laisser sa gêne gâcher ce moment. Aux paroles de sa camarade, il laissa naitre un assez large sourire sur ses lèvres. Elle aimait donc ce film elle aussi. Allez savoir pourquoi, il en était heureux. « La morale de ce film est admirable, je trouve. Il est divertissant, à mes yeux, qu'ils viennent à évoquer une telle vérité d'une manière aussi amusante, la dernière scène du film étant d'après moi la plus plaisante de toutes. Personne n'est parfait, c'est une certitude » reprit-il alors, laissant son regard trouver celui de sa camarade. Lui et ses quatre-vingt six défauts étaient après tout fort bien placés pour le savoir, hm.
Elliot

Elliot
MESSAGES : 778
AGE : 31
LOCALISATION : LOS ANGELES.
EMPLOI : CRITIQUE DE MUSIQUE INDEPENDANTE.
POINTS : 70

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 7000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: DAGGA
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyMer 3 Oct - 8:56

Tout ce que ce film m'évoque, ce sont les moments passés avec ma famille dans le jardin, devant un écran blanc. Je me souviens très bien du film - les événements qui y sont racontés, les répliques cultes et la voix mélodieuse de Marilyn - je me souviens surtout des rires qui ont résonné ce soir-là. A l'époque où tout était insouciant et parfait. Depuis, les rires n'ont plus jamais raisonnés plus pareil. En revoyant ce film ce soir, ça me rappelle tout de suite Papa. De toute façon, tout est relié à lui. N'importe quel objet pourrait faire remonter des souvenirs lointains. De la nostalgie, voilà ce que j'éprouve à ce moment précis en compagnie de Raphaël. Au début de la conversation, je lui ai proposé un peu de pop-corn en espérant que ça ne le gène pas que j'en mange à côté de lui pendant qu'il regarde son film. Certaines personnes trouvent le bruit des pop-corn les empêchent de se concentrer sur le film. Mais apparemment, il ne m'en tient pas rigueur. Au contraire, il en prends une petite poignée. - Merci., me dit-elle. Je lui souris et reprends du pop-corn à mon tour. Je les mâche doucement. Les craquements résonnent dans ma bouche. J'adore le goût de ces pop-corn caramélisés comme il faut et encore un peu tièdes. Je dévisage le jeune homme. En le voyant ce soir, ça me rappelle le baiser qu'on a échangé Dimanche dernier. C'était agréable, très agréable. Mais j'ai été maladroite. Je n'ai fais que de l’embarrasser encore plus. On est précisément à la fin du film, où le personnage de Daphné alias Jerry - homme déguisé en femme - est avec Osgood, son "fiancé". J'en connais les répliques par coeur. C'est le moment le plus hilarant du film et qui le clôt de manière mémorable. Le fameux "Well ... nobody's perfect" que Raphaël s'empresse de commenter. - La morale de ce film est admirable, je trouve. Il est divertissant, à mes yeux, qu'ils viennent à évoquer une telle vérité d'une manière aussi amusante, la dernière scène du film étant d'après moi la plus plaisante de toutes. Personne n'est parfait, c'est une certitude. Il me regarde. J'acquiesce. Oui, personne n'est parfaite. Ce ne serait pas marrant sinon. La vie en serait presque monotone, si nous n'avions pas défauts. - Les défauts font partis de ce que nous sommes. En général, ce qui m'attire chez les gens ce sont leurs défauts la plupart du temps. C'est ce qui nous différencie des uns et des autres. Mais également ce qui nous lie. Je reporte mon regard sur l'écran. Le film est sur le point de se terminer. Un autre film est projeté. Je le reconnais tout de suite à la vue du générique. C'est Pierrot le fou, de Goddard. Moi, je suis encore dans le film précédent. - Marilyn était magnifique. Un fantasme pour tous les hommes. Serait-elle ton type de femme ? , lui demandai-je en riant. Je l'ai vu être fasciné par le visage de la belle actrice, à chacune de ses apparitions.
Raphaël

Raphaël
MESSAGES : 1325
AGE : 30
LOCALISATION : NEUCHATEL, SUISSE.
CITATION : « ON N'EST JAMAIS AUSSI SEUL QUE LORSQU'ON EST SANS ESPOIR. SURTOUT LORSQU'ON N'A PLUS D'ESPOIR DE POUVOIR ROMPRE LE CERCLE DE LA SOLITUDE. »
JUKE BOX : GAVIN DEGRAW → SOLDIER | C2C → KINGS SEASON | RIHANNA → DIAMONDS | DAVID GUETTA → SHE WOLF | LOREEN → MY HEART IS REFUSING ME | BRICE CONRAD → OH LA | MUSE → MADNESS.
POINTS : 430

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: CANDACE.
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyMer 3 Oct - 14:02

Le film était déjà quasiment terminé. Il faut dire que ni Raphaël ni Elliot n'avait eu l'occasion de le prendre depuis le début. Mais qu'importe, puisque tous deux semblaient avoir eu l'occasion de le voir à de nombreuses reprises. Quoi qu'il en soit, profiter de la compagnie de la jeune femme s'avérait être tout à fait agréable. Bon, il est vrai que Raphaël restait clairement gêné par cette histoire de baisers durant le prime, mais il tâchait de ne pas trop y penser, ne serait-ce que pour ne pas faire preuve d'embarras dans un moment comme celui-ci. Se connaissant, il serait tout à fait capable de tout gâcher, alors il préférait laisser cela de coté dans son esprit, aussi parce qu'il avait du mal à reconnaitre que goûter aux lèvres d'Elliot avait été une expérience aussi déstabilisante que plaisante. Sans trop pouvoir s'en empêcher, et parce qu'il se sentait toujours plus à l'aise avec sa camarade qu'avec n'importe qui d'autre, Raphaël commenta la fin du film, la fameuse réplique lancée à la toute fin de celui-ci. Personne n'est parfait. C'était tout à fait véridique. Si certains semblaient se plaire à croire qu'ils étaient parfaits, ou ne serait-ce que le fait que la perfection puisse exister, c'était bien dommage. Car la fin de ce film délivrait une vérité absolue. Et visiblement, Elliot semblait d'accord pour dire que personne ne pouvait être parfait, pour la simple et excellente raison que personne ne pouvait être complètement dépourvu de défauts. Aux paroles de sa camarade, Raphaël hocha doucement la tête. Elle avait raison. Et le fait d'apprendre qu'elle avait tendance à être attirée par les défauts de gens lui laissa une sensation toute particulière. Bêtement, il en vint à se demander si le fait qu'il ait trois milliards de défauts faisait de lui quelqu'un de particulièrement plaisant aux yeux d'Elliot. Est-ce que c'était cela qui l'attirait chez lui ? Il ne prit pas le risque de répondre quoi que ce soit, préférant garder tout cela en mémoire, histoire d'y réfléchir. C'est alors qu'un autre film débuta. Celui-ci, il le connaissait déjà moins, mais il lui semblait qu'il n'était pas mauvais non plus. Sa camarade lui posa alors une question un peu surprenante. Marilyn, son type de femmes ? Et bien ... « Non, pas vraiment » avoua-t-il alors, tout en reportant son attention sur sa camarade. « Les femmes comme Marilyn m'ont toujours mis très mal à l'aise. Elles sont généralement un peu trop sûres d'elles, c'en est fortement déstabilisant. Je ... je crois que je préfère celles qui ont du tempérament sans pour autant faire preuve d'autant d'assurance. » Au fond, il ne savait même pas de quoi il parlait, vu qu'il n'avait jamais connu personne à ce niveau là. Il rougit quelques peu à cette pensée avant de quitter le regard d'Elliot pour le reporter sur l'écran, histoire d'éviter d'être plus gêné que de raison. « Quel est ton type d'hommes, Elliot ? » demanda-t-il finalement, alors qu'il pensait en avoir la réponse. Une réponse qui pourrait probablement se rapporter à un seul prénom. Arès.
Elliot

Elliot
MESSAGES : 778
AGE : 31
LOCALISATION : LOS ANGELES.
EMPLOI : CRITIQUE DE MUSIQUE INDEPENDANTE.
POINTS : 70

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 7000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: DAGGA
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyVen 5 Oct - 8:43

A chaque fois que je me retrouve avec lui, il arrive à me tempérer et à endormir la bête qui gronde en moi. Il est parvenu à se faire une place importante dans mes journées. Je le cherche du regard à chaque détour d'un chemin ou d'un couloir. Parfois, je m'inquiète lorsqu'il n'est pas avec moi. Je me soucie plus de lui qu'aucun autre candidat parce que je tiens réellement à lui malgré ce qu'on pourrait croire. Je le considère comme un être à chérir, à dorloter car il en manque d'amour et surtout, d'affection. Je veux lui donner tout ça. J'ai peur de trop m'impliquer par la suite, j'ai tendance à m'investir beaucoup trop et à m'attacher plus vite que je ne le crois. Je me donne toujours à fond, quitte à moi-même souffrir de cette forme dépendance qui est en train de se créer inconsciemment. On parle de défauts. Les défauts me fascinent. Ce que j'entends par défauts, ce sont les imperfections même les plus infimes. Je ne tolère pas la méchanceté par exemple - qui n'est pas un défaut mais un choix délibéré. On choisit de faire du mal aux autres, bien que l'être humain est enclin au mal. Mais le libre arbitraire nous donne le choix d'être soit bon soit mauvais. Les défauts, c'est ce qui nous fragilise et qui nous rend terriblement humain. Dans le cas de Raphaël, toutes ces petites imperfections qu'ils considèrent comme des fardeaux c'est ce qui le rend touchant et plus attirant à mes yeux. J'ai un faible pour les timides à fleur de peau. Il est différent de tous les hommes que j'ai fréquenté jusqu'ici. Je ne saurais expliquer pourquoi je ressens une forme d’apaisement en sa présence. Je baisse facilement ma garde et j'ai peur que ça se retourne contre moi un jour. Pour le moment, je n'y pense pas vraiment. Notre conversation se poursuit. On aborde un tout autre sujet. Un sujet épineux que j'ai lancé sous forme de taquinerie. A propos de la pulpeuse Marilyn, idole déchue et icône des temps modernes. - Non, pas vraiment. Apparemment, elle est loin d'être la femme idéale à ses yeux. De son vivant, la Monroe a été l'une des actrices les plus courtisées. Tous les hommes voulaient être son amant. Mais la pauvre, elle n'avait jamais été chanceuse en amour. - Les femmes comme Marilyn m'ont toujours mis très mal à l'aise. Elles sont généralement un peu trop sûres d'elles, c'en est fortement déstabilisant. Je ... je crois que je préfère celles qui ont du tempérament sans pour autant faire preuve d'autant d'assurance. Je hoche la tête, je souris en le voyant rougir. Son type n'est pas encore défini, du à son manque d'expérience en matière de femmes. Marilyn Monroe ... Sa sensualité et son sex appeal n'étaient que des moyens pour provoquer l'attention des autres. Ce n'est qu'une facette, un masque qu'elle arbore. Elle cherchait en fin de compte de la reconnaissance et de l'affection. Elle était un être sensible, névrotique en totale contradiction de l'image de bimbo écervelée qu'elle tentait de véhiculer à travers de nombreux stéréotypes de la blondeur. Personne ne connaissait Norma Jean, Marilyn n'étant qu'un double d'elle-même. Pensive, je me perds dans le regard de mon interlocuteur lorsqu'il ajoute : - Quel est ton type d'hommes, Elliot ? J'écarquille les yeux. Un sourire en coin, je remets une mèche rebelle derrière mon oreille. Je fais mine de réfléchir. Je n'aime pas ressortir des réponses toutes faites. - J'aurai tendance à dire que j'aime les hommes virils et impulsifs. Ceux qui n'ont froid pas aux yeux. Des hommes un peu instables. Mais c'est ce que je t'aurai répondu il y a quelques mois avant d'intégré cette émission. Je lui souris, puis poursuis mon explication : - A présent, mon idéal masculin a quelque peu évolué au vue de mes nombreux échecs en amour. En partie à cause de mon inconstance et de ma frivolité. Maintenant, j'aspire à quelque chose de différent. De plus posé peut-être. Je ne suis pas une romantique dans l'âme. Mais j'aimerai qu'un homme me donne des raisons de croire en l'amour. Ce serait à peu près mon idéal du moment. Quelqu'un qui saurait remettre en cause mes convictions. J'ai l'impression de raconter n'importe quoi. Je m'emporte souvent quand je parle de choses intimes. Ce genre de trucs ne mets pas à l'aise. La preuve, je rougis légèrement. Je n'ai pas l'habitude de m'étendre sur ce type de sujet. Peut-être quand cela concerne de trop près mes sentiments, je suis très pudique. Je n'aime pas les exposer. Je déteste l'épanchement. Mais avec lui, ça coule naturellement. Je ne comprends pas.
Raphaël

Raphaël
MESSAGES : 1325
AGE : 30
LOCALISATION : NEUCHATEL, SUISSE.
CITATION : « ON N'EST JAMAIS AUSSI SEUL QUE LORSQU'ON EST SANS ESPOIR. SURTOUT LORSQU'ON N'A PLUS D'ESPOIR DE POUVOIR ROMPRE LE CERCLE DE LA SOLITUDE. »
JUKE BOX : GAVIN DEGRAW → SOLDIER | C2C → KINGS SEASON | RIHANNA → DIAMONDS | DAVID GUETTA → SHE WOLF | LOREEN → MY HEART IS REFUSING ME | BRICE CONRAD → OH LA | MUSE → MADNESS.
POINTS : 430

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: CANDACE.
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyVen 5 Oct - 17:30

Marilyn Monroe, en plus d'être une actrice exceptionnelle, était une femme absolument magnifique. Son physique avait du faire tourner la tête de bien des hommes durant ses années d'activité au sein de l'Industrie Cinématographique, et l'on pouvait logiquement penser que, tel un fantasme éternel, c'était encore le cas à notre époque. Pour autant, elle n'avait jamais représenter le fantasme type de Raphaël. Non, elle n'était pas comme qui dirait exactement son type de femmes. Bien sûr, il reconnaissait sa beauté, sa prestance, son charme indéniable. Mais il ne pourrait assurément jamais tomber amoureux d'une femme semblable à cette actrice d'exception. Ce genre de femmes étaient trop sûres d'elles, trop déterminées, trop différentes de ce qu'il était. Il ne lui fallait pas quelqu'un de nécessairement très proche de lui d'un point de vue caractériel - un seul dépressif par foyer, ce devait être suffisant - mais il ne pouvait pas se permettre de s'éprendre de quelqu'un qui lui serait pour autant bien trop différent. Il avoua par ailleurs que ce genre de femmes l'avaient toujours beaucoup embarrassé, pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas le genre d'hommes à faire preuve d'assurance et à pouvoir se mettre au niveau de femmes telles que Marilyn Monroe. Il était ce qu'il était, à savoir quelqu'un de discret et de craintif, alors il serait pour le moins suicidaire, à ses yeux, de courir après des femmes qui pourraient ne faire qu'une bouchée de lui. Quoi qu'il en soit, et parce qu'il ne pouvait s'empêcher d'être curieux à son tour, Raphaël se risqua bien vite à demander à Elliot quel était son type d'hommes. Il ignorait pourquoi, mais en dehors du fait que cela allait dans le sens de la discussion, il avait ressenti le besoin de poser une telle question. Peut être cela l'intéressait-il ? Allez savoir. Ladite question ne sembla en tout cas pas déranger la jeune femme, puisque celle-ci y répondit. Il l'écouta alors très attentivement, constatant que ce qui avait pu être son type d'hommes quelques temps auparavant ne l'était plus tellement à ce jour. Sans savoir pourquoi, et bien bêtement, il se mit à sourire légèrement. Oh, et il pourrait toujours mettre ça sur le compte de ... de ... ah non, il avait plutôt intérêt à ce que sa camarade ne note pas ledit sourire, plutôt. Il nota en tout cas que la jeune femme s'était mise à rougir, ce qui le touchait. Et bizarrement, aucun "Arès" n'avait été mentionné. Pourtant, Raphaël aurait juré qu'il était son type, lui. D'ailleurs ... « Elliot ... » commença-t-il, ne sachant pas tellement comment dire la chose. Oh et puis zut. « ... qu'est-ce qui te plait, alors, chez Arès ? » Oula, c'était peut être un brin maladroit, et trop indiscret. Mais il demandait cela par curiosité, et parce qu'Arès ne semblait pas particulièrement romantique. « Pardon. Ça ne me regarde pas. » Oui et donc, il ferait bien de se la fermer. Genre maintenant, tout de suite.
Elliot

Elliot
MESSAGES : 778
AGE : 31
LOCALISATION : LOS ANGELES.
EMPLOI : CRITIQUE DE MUSIQUE INDEPENDANTE.
POINTS : 70

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 7000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: DAGGA
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptySam 6 Oct - 21:39

Sur la route, mes relations avec les hommes se sont toutes résumées à des coups d'un soir. Je ne supportais pas la solitude. Me blottir dans les bras d'un homme était le seul réconfort que je pouvais m'offrir. Tous les soirs, je ramenais un homme différent dans ma chambre. Mon corps était devenu sensible au moindre toucher, au moindre coup de rein. Je ne pouvais m'en passer. Quand la baise se terminait, je ne sentais que du vide. Un vide que je voulais combler à tout prix. J'avais besoin de sensations vibrantes. C'était comme une drogue. Le lendemain matin, je me réveillais. Seule à nouveau, enfermée entre quatre murs. J'ai connu les premiers émois à l'aube de mes quinze ans. Ce que j'ai cru être de l'amour n'était qu'un mensonge. J'en ai gardé un souvenir cuisant. Les séquelles en sont encore vivaces. Elles me rappellent ce jour où j'ai compris qu'on ne peut dépendre de personne. C'est une des raisons pour laquelle que je ne m'attache pas. Je refuse qu'on me parle de sentiments, qu'on me parle d'amour. En vérité, l'engagement m'horrifie. Je suis incapable d'aimer une autre personne que moi-même. Je suis quelqu'un de profondément égoïste. Ma fugue a été la preuve même de mon égoïsme flagrant. J'ai tout quitté, sans penser une seule seconde à mes proches. Je ne pense qu'à moi, je ne prends jamais en compte ce que ressent l'autre, oubliant que je ne suis pas la seule à souffrir. A ressentir. J'ai très vite compris que je commençais à perdre le contrôle de ma vie. Mon rapport avec les hommes a changé. Autrefois, je pouvais me lier d'amitié avec un homme sans me poser de question. Je ne traînais qu'avec des garçons. C'est quand j'ai pris conscience de mon corps et de l'effet que ça avait sur les autres que ma vie a basculé. Je ne les voyais plus que des instruments de plaisir, de jouissance physique que de véritables individus. Maintenant, j'aspire à du calme et surtout, un peu de répit. J'ai trop donné de moi-même lors de mes périples. Je suis fatiguée de courir après une chimère. J'ai envie de me reconstruire. Ma vision de l'idéal masculin se retrouve alors altérée. Elle se transforme, elle s'adapte et varie selon mes humeurs. L'explication que j'ai fourni au jeune homme le satisfait amplement. Je n'ai pas besoin de m'y étendre d'avantage. Cela me mets mal à l'aise d'en parler. J'ai cru voir un sourire s'afficher sur son visage. Mon imagination me joue des tours, qui sait. Je reporte mon regard sur l'écran, en reprenant un peu de pop-corn. Pensant que le sujet était close, je ne m'attendais à ce que le candidat ouvre la bouche. - Elliot ... A l'entente de mon prénom, je plonge immédiatement mes prunelles dans les siennes. Je l'écoute, un sourire en coin. Il a l'air un peu nerveux tout d'un coup. - ... qu'est-ce qui te plait, alors, chez Arès ? Je manque de m'étouffer. Je le dévisage, mon visage empreint d'incompréhension. Sur le choc, mon cœur s'emballe. - Pardon. Ça ne me regarde pas. Il a donc remarqué les regards qu'on s'est échangé Dimanche dernier. Je grimace, puis réponds d'une voix rauque : - Avec Arès, c'est compliqué. Au début, je pensais que ce qui nous liait n'était qu'une attirance physique. J'ai l'impression qu'il veut plus que ça. Il me veut toute entière. Mais je ne suis pas prête. C'est encore trop tôt. C'est un très bel homme, je ne peux le nier. Malgré ses apparences de brute, il est avenant et doux ... Il a tout pour lui, il perd son temps avec une fille comme moi. Je ne suis pas la fille qu'il lui faut. J'ai la gorge qui serre de plus en plus. Mes yeux larmoient. - Arrêtons de parler d'Arès, s'il te plaît. Quand on n'est que toi et moi, ne me parle pas des autres hommes. Il n'y a que nous deux et personne d'autre. Quand je suis avec toi, je ne pense pas à lui. Si ce que tu crois, tu te trompes. Des larmes silencieuses se mettent à couler sur mes joues. - Putain, c'est pathétique. Je baisse les yeux. Je m'enfonce dans mon siège et évite de croiser son regard. Je m'essuie rapidement les yeux. Je ne comprends pas ce qui se passe dans sa tête. Je ne veux pas que Raphaël pense que je l’utilise ou que j'ai pitié de lui. J'aime être avec lui, c'est tout.
Raphaël

Raphaël
MESSAGES : 1325
AGE : 30
LOCALISATION : NEUCHATEL, SUISSE.
CITATION : « ON N'EST JAMAIS AUSSI SEUL QUE LORSQU'ON EST SANS ESPOIR. SURTOUT LORSQU'ON N'A PLUS D'ESPOIR DE POUVOIR ROMPRE LE CERCLE DE LA SOLITUDE. »
JUKE BOX : GAVIN DEGRAW → SOLDIER | C2C → KINGS SEASON | RIHANNA → DIAMONDS | DAVID GUETTA → SHE WOLF | LOREEN → MY HEART IS REFUSING ME | BRICE CONRAD → OH LA | MUSE → MADNESS.
POINTS : 430

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: CANDACE.
Voir le profil de l'utilisateur

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 Empty
MessageSujet: Re: I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25   I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25 EmptyDim 7 Oct - 5:34

Au fond, et c'était une certitude, Raphaël n'aurait jamais du poser une telle question à Elliot. Déjà parce que ça ne le regardait pas, mais aussi et surtout parce qu'il n'était pas sûr d'avoir envie d'en entendre la réponse. Ce qu'il se passait entre elle et Arès ne le concernait pas, pour autant, il fallait reconnaitre qu'il s'était senti quelques peu mal à l'aise lorsque, dimanche soir, il avait surpris la jeune femme échanger quelques regards avec leur camarade. Il eut été probable qu'elle aurait préféré passer la soirée en compagnie d'Arès, au fond. Mais à la rigueur, cette pensée n'était pas la plus dérangeante. Il y avait surtout le fait que sa camarade paraisse particulièrement attirée par Arès. Il ignorait à quel point, ni même à quel niveau, mais il était intimement persuadé que quelque chose se tramait entre ces deux. Alors qu'était-il censé faire, au juste ? Se réjouir pour eux ? Probablement. Mais il avait pour l'instant un peu de mal à envisager le fait que ces deux là puissent s'être si tôt trouvés, comme deux pièces d'un même puzzle, comme deux parties d'un pendentif. Il voulait égoïstement garder Elliot pour lui. Comme une amie, naturellement. Parce que si elle vivait une romance avec Arès, elle ne voudrait probablement plus s'embêter avec ce jeune homme à problèmes qu'était Raphaël. C'était bien ainsi que les choses fonctionnaient, non ? D'ailleurs, n'était-ce pas pour cette raison que sa mère avait longtemps fait en sorte qu'il ne puisse rencontrer personne, dans la peur sans doute qu'il ne veuille plus passer autant de temps avec elle ? Bien sûr que si. Raphaël ne voulait pas perdre Elliot. Au sein de ce jeu, elle était comme un repère pour lui. Elle s'était tout de suite montrée si gentille, si compréhensive, qu'il ne pouvait pas continuer sans elle. Les choses seraient suffisamment difficiles pour qu'il n'ait pas en plus à supporter son absence, en la voyant sourire à un autre, en la voyant rire avec un autre, en la voyant en aimer un autre. Sa camarade répondit en tout cas à sa question. Il l'écouta attentivement, s'attendant au moindre instant à l'entendre lui dire que c'était malvenu, inapproprié, et qu'il aurait mieux fait de la fermer. Mais elle n'en vint jamais à lui dire ça. A contrario, elle tenta de lui expliquer la situation. Il sentit bien vite que sa camarade n'était pas bien. Elle semblait à bout de souffle, et attristée. Il venait de la mettre dans cet état. Tout était de sa faute. Et il se détestait pour ça. Il ne répondit rien et l'écouta poursuivre. Elle ne voulait pas qu'il lui parle d'Arès, comme elle ne voulait pas qu'elle lui parle des autres hommes. Mais combien étaient-ils à lui tourner autour ? Oh, il ne voulait pas le savoir. Il sentit alors son cœur battre un peu plus fort en entendant sa camarade lui dire que lorsqu'elle était avec lui, ils n'étaient que tous les deux. C'était également ainsi qu'il voyait les choses. Il se sentait si loin de tout en sa présence. Si loin des autres. Si loin de ses problèmes. Si loin de son malheur. Là encore, aucun mot ne sortit de sa bouche, surtout parce qu'il vit sa camarade se mettre à pleurer. Son cœur sembla se déchirer face à cette vision. Il venait de la faire pleurer. Etait-il devenu un monstre, en l'espace d'une seule question ? Peut être. Il se méprisait tellement à cet instant précis. Et il ne savait pas quoi faire, quoi dire pour qu'elle ne pleure plus. Sans trop savoir pourquoi, il en oublia son embarras traditionnel et quitta son siège pour s'agenouiller face à la jeune femme. Le regard triste et la mine coupable, il saisit délicatement ses mains pour les serrer dans les siennes. « Elliot, je ... je suis terriblement désolé. Je n'avais pas à te parler d'Arès, je n'avais pas à te poser cette question. Ça ne me regarde pas et je ... je m'en veux de te faire pleurer. Je ne veux pas te perdre, c'est tout. Pardonne-moi, s'il te plait. Je te promets de ne plus t'en parler. Je te promets de te laisser tranquille avec ça. Je ne veux pas que tu pleures. Elliot, tu ne mérites pas de pleurer. » Surtout à cause de lui et de ses questions vaseuses. Vraiment, il n'aimait pas la voir dans cet état. Il voulait voir sourire. Elle était tellement belle quand elle souriait.
 

I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I guess some like it hot ◐ 03/10 | 21h25
» You are so young, I guess I'm old [Take & Shy]
» We said no lies, I guess. ft. Loris
» Guess Who I Met .. - Premier Acte ~ [Pv Eliot Wolf & Al Whelan]
» 05. [Lockart's] Guess who's coming to dinner?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE TROIS :: SAISON 8 :: Le village-