GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sochanna

Sochanna
MESSAGES : 1047
AGE : 32
LOCALISATION : Un peu d'ici et un peu d'ailleurs. Fille d'un français et d'une Irlandaise, elle maitrise aussi bien le français que l'anglais ainsi que l'arabe et des dialectes africains
EMPLOI : Grand Reporter/Photographe
CITATION : like a melody, he won't leave my head.
JUKE BOX : Mr Hurricane - Beast
POINTS : 977

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Hamad
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyLun 30 Juil - 3:17

Elle n’arrivait pas à dormir. Elle avait repoussée les draps, pétrie son oreiller, tenter de trouver une position plus agréable, elle était sortie fumer une cigarette, avait passé de l’eau sur sa nuque. Rien, rien n’apaisait le feu qui grondait en elle, rien n’apaisait la pulsion qui la maintenait éveillée tandis qu’une majorité de ses camarades dormaient paisiblement dans la chambre. Elle ne voulait pas dormir seule, pas ce soir. Elle se glissa doucement hors de la chambre, traversant le couloir sur la pointe des pieds seulement vêtue d’une chemise d’homme suffisamment longue pour couvrir le haut de ses cuisses cependant la chemise dévoilait à chacun de ses pas une large bande de peau satinée. Elle hésita sur le seuil de la chambre Jorinda and Joringel avant de pousser la porte close. Elle se glissa sans un bruit au milieu des lits, se guidant grâce aux rayons de la lune qui filtraient par les rideaux mal fermés censés camoufler les fenêtres. Elle trébucha sur un talon abandonné au milieu de la pièce, elle se figea, attentive au moindre bruit, bloquant sa respiration mais, pas un murmure ne s’éleva. Elle essayait de se persuader que le voir lui suffirait, qu’il lui suffirait de le regarder quelques minutes, sans le réveiller afin de pouvoir trouver le sommeil, elle se leurrait bien entendu, elle ne pourrait pas se contenter de le regarder. Il dormait, tout du moins le soupçonnait-elle, les yeux clos sa poitrine se soulevait régulièrement, il serait la main de sa partenaire dans la sienne. Un sourire effleura les lèvres de la jeune femme. Non, elle ne pourrait pas retourner se coucher. Plus maintenant. Elle s’accroupit près de la tête de lit, prenant appuie d’une main sur l’armature en fer forgé du baldaquin elle se pencha, ses cheveux blonds effleurèrent le visage du dormeur avant que ses lèvres ne viennent caresser les siennes. Lorsque les lèvres de Malo s’animèrent sous celles de Sochanna, elle rompit le contact entre leurs bouches. Ramenant ses cheveux derrières ses oreilles elle sourit doucement. « Suis-moi... » Souffla-t-elle à son oreille. Silencieusement elle quitta la chambre, lorsqu’il la rejoignit dans le couloir elle se jucha sur la pointe des pieds afin de l’embrasser à nouveau, passionnément cette fois. Enlaçant ses doigts aux siens elle l’entraina à sa suite dans les couloirs du château. « Viens... » Répéta-t-elle en ouvrant une porte. Elle nota l’étincelle de compréhension qui s’allumait dans les yeux du couturier. « Oui... » Souffla-t-elle en tirant sur sa main pour l’entrainer à sa suite dans les escaliers. Ils s’arrêtaient toutes les trente marches, autant pour ménager la jambe de Malo, que pour échanger des baisers enflammés. Elle tremblait contre lui, impatiente, fébrile, résolue. La porte apparue au détour d’une nouvelle volée de marche, imposante, ornée d’angelots en argent, sa main trembla légèrement dans celle de Malo. Une flambée de désir lorsque son compagnon caressa son dos la poussa à continuer. Elle le voulait. Elle voulait ses mains sur elle, sa peau contre la sienne, ses baisers, ses caresses. Elle voulait se donner à lui, corps et âme. Elle voulait qu’il soit le premier car il serait le premier, depuis des années. Il avait ravi son cœur, il était le seul à pouvoir lui rendre ce qu’elle avait été, ce qu’elle était à ses yeux. Elle chassa de son esprit ses dernières hésitations et poussa la porte de la chambre. Le décor lui importait peu, pourtant tout était réuni pour créer une ambiance romantique. Bougies, draps de satin mais, elle se moquait du cadre, elle ne voyait que lui. Elle se tourna vers Malo, dans le clair-obscur il était d’une beauté à couper le souffle, lentement il enveloppa de ses mains le visage de Sochanna et pressa ses lèvres contre les siennes. L’étincelle s’embrasa en elle, allumant une fièvre dévorante pareille à un brasier. Avec un gémissement impatient, elle recula, se libéra de son étreinte. Elle lut de l’incertitude dans ses yeux, de crainte de changer d’avis, elle déboutonna doucement sa chemise, elle entrouvrit celle-ci, dévoilant la lingerie qu’elle avait sélectionnée avant le prime, un soutient gorge noir pigeonnant et le bas assorti. Elle le regarda fixement, soudain incertaine, il n’avait pas bougé, elle voulait ses mains sur elle, ses doigts légers effleurant son buste, achevant de la dénudé. Elle voulait lui appartenir ce soir. Elle voulait ce qu’elle avait refusée de le laisser faire quelques nuits plus tôt, ses mains sur elle, la touchant, la caressant. Elle s’offrait librement à lui, elle tremblait, comme une adolescente. Elle avait confiance en lui, elle se sentait en sécurité dans les bras de cet homme qu’elle avait choisi. Elle leva les yeux vers lui, attentive à sa réaction, attendant qu’il s’approche... s’il le voulait, s’il voulait d’elle entièrement.
Malo

Malo
MESSAGES : 1203
AGE : 35
LOCALISATION : ROYAUME-UNI, LONDRES.
EMPLOI : JE NE SUIS PAS COUTURIER, JE SUIS UN ARTISAN, UN FABRICANT DE RÊVE.
POINTS : 277

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 9000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: LAOISE
Voir le profil de l'utilisateur http://beatbeast.tumblr.com/

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyLun 30 Juil - 12:14

En proie à des émotions fortes et immodérées, il ne parvint pas à s'endormir ce soir-là. Il n'avait plus pied dans la réalité. Son esprit voguait vers des horizons incertains. Des images se bousculaient dans sa tête. Des pensées troubles qui le tenaient éveillé. Sa main tenant tendrement celle de la partenaire, il se sentait à l'abri de démons indésirables, de chimères captieuses. Cette main qu'il avait maintes fois tenue pour éviter la chute, l'effondrement, qu'il le maintenait en vie. Le prime avait été éprouvant pour lui. Autant physiquement que mentalement. Tout ce qu'il souhaitait c'était de fermer les yeux et de rêver. De rêver à une nouvelle vie. Il aspirait à un nouveau départ. Ses pensées se tournèrent alors vers Sochanna. Elle faisait partie de cet avenir qu'il entrevoyait. Elle ne pouvait disparaître de son paysage idyllique. La chaleur de ses lèvres, la finesse de ses traits éthérés, la sensualité de son corps mutilé. Elle l'enivrait, le bouleversait. Puis vint la frustration. Celle qui vous tiraille, celle qui vous empêche de dormir. Une frustration qu'il avait de plus en plus de mal à canaliser. De jour en jour, il voyait ses défenses faiblir. Des fissures commençaient à apparaître. Les pulsions se faufilaient dans ses craquelures, désirant semer les graines du désir. Les paupières closes, il s'enfonça dans le matelas à demi-conscient. Il entendit un bruit de chute. Sans doute, un objet. Il sentit que une personne était en train de s'approcher. Absurde ... Qui pouvait venir à cette heure-ci ? Ils dormaient presque tous ou vaquaient à des occupations plus charnelles. Il s'apprêtait à rejoindre sa partenaire au pays des rêves que soudain, des lèvres vinrent se déposer sur les siennes. Il en reconnut la forme charnue, la délectable pulpe et la saveur enivrante de la nicotine. Un léger frisson parcourut l'échine. Il répondit à ce baiser avec ardeur. Des cheveux longs caressaient son visage. Sochanna. Elle arrêta le baiser. Il ouvrit doucement les yeux. Sa délicate silhouette se dessinait dans la pénombre. Un sourire naquit sur ses lèvres. - Suis-moi... , murmura-t-elle. Elle sortit de la pièce. Il embrassa la tempe de l'irlandaise avant de quitter la chambre à son tour. Habillé d'un peignoir et d'un simple bas de pyjama, il s'approcha d'elle en silence sa canne à la main. Se hissant sur la pointe de ses pieds, elle vint plaquer ses lèvres sur les siennes. Un baiser dévorant. Elle lia ses doigts aux siens. Il ne comprenait pas où elle voulait l'emmener. Il la suivit sans poser de questions. Elle lui réservait assurément une surprise. En arrivant devant la porte, il comprit enfin. - Viens. Ils se dévisagèrent un instant. C'était le moment qu'ils attendaient tous les deux avec impatience. Le moment où ils se donneraient à l'un à l'autre. - Oui..., dit-elle avant de l'entraîna avec elle devant les trois cent trente-trois marches. Ils montèrent les marches en échangeant des baisers survoltés où le désir s'accentuer au fur et à mesure de la montée. Il était fébrile, nerveux. Il arrivait de moins à moins à contrôler son appétit. Il avait envie d'elle. Ils parvinrent à gravir toutes les marches. Ils se tenaient devant la fameuse porte. Elle s'ouvrit sur la chambre. Un atmosphère de romantisme exacerbé ondoyait dans cette pièce. Bougies parfumés et draps caressants. Ils s'observaient avec envie. Il fit le premier pas. Il l'embrassa d'un élan enflammé, libérant son exaltation. Elle entreprit de déboutonner sa chemise sous son regard désireux. Une chemise d'homme qu'il reconnut. La sienne. Amusé il sourit. A la vue de son corps demi-nu, il trembla de plaisir. Une lueur malicieuse brillait dans ses prunelles. Il enleva son peignoir qui atterrit au sol. Il posa sa canne parterre. Sa raison endormie, il s'avança vers elle. Sa main vint se glisser à l'intérieur du col, dévoilant une de ses épaules. Ses lèvres la caressèrent, remontèrent au niveau du cou. Elle frissonna. - Cette chemise te va mieux qu'à moi. Dommage qu'il faille l'enlever., souffla-t-il. Il recula un peu et la ramena à lui d'un geste vif. Sa lèvre inférieure frôlait la sienne. Lèvres légèrement entrouvertes, respiration trahissant ses envies libidineuses, elle s'abandonna à lui. Elle tremblait de désir. Il l'embrassa. Leurs langues se touchèrent. Il resserra son emprise sur elle. Ses mains ôtèrent rapidement la chemise qu'elle portait. Il la jeta à terra. Il attrapa fermement ses cuisses et la souleva en gardant ses lèvres collées aux siennes. Il l'allongea sur le lit de satin. Il continua à l'embrasser avec ferveur. Ses doigts s'accrochaient à son dos. Ils s’arrêtèrent au niveau de son soutien-gorge. Il rompit le baiser et la regarda. Était-elle vraiment sûre de vouloir s'offrir à lui ? Il cherchait les réponses à sa question dans ses yeux. Ils pouvaient encore faire machine arrière. Il n'était pas encore trop tard.
Sochanna

Sochanna
MESSAGES : 1047
AGE : 32
LOCALISATION : Un peu d'ici et un peu d'ailleurs. Fille d'un français et d'une Irlandaise, elle maitrise aussi bien le français que l'anglais ainsi que l'arabe et des dialectes africains
EMPLOI : Grand Reporter/Photographe
CITATION : like a melody, he won't leave my head.
JUKE BOX : Mr Hurricane - Beast
POINTS : 977

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Hamad
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyLun 30 Juil - 14:11

Cette chemise te va mieux qu'à moi. Dommage qu'il faille l'enlever. Elle sourit, timidement, frissonnante à l'idée de ce qui allait suivre. Le désir qu'elle lisait dans ses yeux la rassurait, il la désirait, elle et rien qu'elle, ce soir. Malo lui caressa la joue, puis ses doigts glissèrent sur sa peau, dénudant son épaule, ses bras. Dans un murmure la chemise virevolta jusqu'au sol, sa chemise qu'elle avait subrepticement récupérée quelques jours plus tôt. Il lui était plus facile de s'endormir avec son odeur autour d'elle mais cette nuit... Cette nuit l'odeur qui imprégnait la chemise n'était plus que la sienne et elle avait ressentie le besoin de sentir son odeur sur elle. Elle n’esquissa pas un geste lorsque sa lèvre effleura la sienne, lorsque sa main dévala voluptueusement le long de son dos, elle était seulement consciente de son souffle court et du sang qui lui martelait les tempes.Elle se cambra contre lui lorsqu'elle se sentit soulevée, leurs lèvres se joignirent en un baiser langoureux. De la pointe de sa langue la jeune femme traça le dessin des lèvres de son compagnon, ses lèvres qui s'entrouvrirent à ce sensuel contact tandis que ses mains s’agrippaient à sa nuque pour souder leur corps l'un à l'autre. Les caresses sensuelles de ses doigts sur sa peau arrachèrent à Sochanna un gémissement de désir et lorsque sa bouche cessa un instant de couvrir la sienne, lorsqu'elle lut dans ses yeux des myriades de questions elle se redressa sur un coude, posant une main possessive sur sa nuque elle rapprocha sa bouche de la sienne. Le baiser qu'elle lui donna fut à la hauteur de son désir, sensuel, effréné, possessif. "Ne t'arrêtes pas." Murmura t-elle ses lèvres contre les siennes, son souffle se mélangeant au sien. "Ne t'arrêtes pas." Lui laissant toute l'attitude pour dégrafer cet arrogeant bout de dentelles qui empêchait ses mains de pétrir sa poitrine, elle l’enlaça par le cou et se cambra contre lui, enfouissant ses doigts fébriles dans ses mèches blondes, sa bouche taquinant la sienne tandis que sa main libre explorait ce torse qu'elle n'avait fait qu'effleurer lors de leur précédente rencontre. Déjà les mains habiles de Malo exploraient avec fièvre la peau satinée de son ventre, de sa poitrine. Elle suffoquait, haletante, ses mains étaient partout et sa bouche ne quittait plus la sienne que pour explorer sa gorge. Elle ramena doucement son visage à hauteur du sien, les yeux perdus dans ceux de Malo, la bouche du couturier effleurant la sienne elle resta ainsi de longues secondes, ses mains immobilisées à hauteur de l'élastique de son pyjama. "Je t'aime." Souffla t-elle avant de capturer ses lèvres. Elle n'attendait rien en retour, ni un je t'aime, ni une promesse. Il fallait qu'elle lui dise. Elle n'avait pas fait ce choix à la légère, s'offrir à lui sans crainte de voir ses démons se réveiller. Elle l'aimait. Pour lui elle aurait prit tout les risques. Parcourue d’un violent frisson d’anticipation, Sochanna glissa ses mains sous l'élastique du pyjama qui recouvrait encore Malo, délicatement elle le déshabilla à son tour. Renonçant à maîtriser les battements désordonnés de son cœur, elle déposa une traînée de baisers sur la mâchoire de son amant puis l'embrassa intensément, sa langue caressant la sienne, ses dents taquinant sa lèvre inférieure. Elle pressa ses hanches contre son ventre, tandis que ses mains se faisaient exploratrices sous le pantalon qui recouvrait ses hanches. Elle le fit descendre le long de ses cuisses, ses doigts caressant la peau qu'elle découvrait. Elle frémit en ne sentant aucun autre tissu sur sa peau. "J'ai envie de toi..." Murmura t-elle haletante. Qu'importe les démons, la peur, l'angoisse, elle le voulait, lui et aucun autre. Grisée par ses caresses, son souffle sur sa peau, elle noua ses longues jambes autour des siennes. D'un coup de rein elle le fit basculer sous elle. Dans son arrogante nudité elle se pencha jusqu'à effleurer ses lèvres des siennes. "Nous avons toute la nuit..." Souffla t-elle en couvrant son torse de baiser ses longs cheveux blonds balayant ses épaules. Ce soir elle voulait être une femme et pas une victime. Une femme. Sa femme.
Malo

Malo
MESSAGES : 1203
AGE : 35
LOCALISATION : ROYAUME-UNI, LONDRES.
EMPLOI : JE NE SUIS PAS COUTURIER, JE SUIS UN ARTISAN, UN FABRICANT DE RÊVE.
POINTS : 277

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 9000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: LAOISE
Voir le profil de l'utilisateur http://beatbeast.tumblr.com/

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyLun 30 Juil - 19:03

S'étant abandonné à ses pulsions, il n'avait pas réfléchi aux conséquences. Il ne laissait rien transparaître de sa nervosité. Il voulait se montrer à la hauteur de ses espérances, lui offrir une nuit inoubliable. Il ne perdait pas de vue les traumatismes de la jeune femme. Cela rendait la pression encore plus grande pour lui. Il voulait en être sûre avant de tenter quoique ce soit. Il avait l'impression de ne plus pouvoir se contrôler longtemps, de dompter le flot d'émotions qui l'envahissait de toute part. Leurs regards s’entrouvraient, s’entrecroisaient, s’embrasaient. Il était sur le point de paniquer. Des questions lui taraudaient l'esprit. Son cœur battait à la chamade. Il n'osait plus bouger de peur de commettre une quelconque maladresse. Il se sentait défaillir quand la blonde le ramena à l'instant présent en reprenant possession de ses lèvres. Ce moment d'intimité qu'ils espéraient depuis des jours. Ils languissaient, repoussant sans cesse ce moment où ils ne feraient plus qu'un. Elle prenait des initiatives sûrement risquées en l'agrippant à la nuque et en l'embrassant en pleine bouche. Ce qui le fit baisser sa garde. Il ferma les yeux et savoura ses lèvres pulpeuses sur les siennes. - Ne t'arrêtes pas., dit-elle d'un murmure presque inaudible, mais sensuel. Leurs lèvres se touchaient, leurs souffles se mélangeaient. Il ouvrit les yeux. Leurs respirations étaient haletantes. Elles résonnaient dans la pièce. Il resta suspendu à ses lèvres charnues. Il la dévisageait intensément. - Ne t'arrêtes pas., le suppliait-elle. Elle était magnifique. Son pouce caressa la pulpe de sa lèvre inférieure. L'autre main, sa main libre entreprit d'enlever le tissu qui recouvrait sa poitrine. Des seins qu'il avait envie de palper. Il balança le sous-vêtement hors du lit avant de fondre sur elle. Elle vint se rapprocher davantage de lui, collant sa poitrine contre son torse. Un torse qu'elle apprenait à apprivoiser. Elle passa ses bras frêles autour de son cou. Les lèvres de la reporter quittèrent un instant les siennes pour venir au creux de sa gorge brûlante. Il étouffa un gémissement. Ses mains continuèrent à découvrir toutes les parties de son anatomie. Il la sentait s'animer sous son toucher délicat et vigoureux sur sa peau d'opaline. Son visage revint à sa place initiale, celle près du sien. A nouveau leurs bouches se touchaient. Sa respiration était irrégulière. La chaleur suffocante de son souffle sous la rougeur de ses lèvres. Elle le fixa longuement. Il plongea son regard azuré dans le sien. Elle lui murmura : - Je t'aime. Les traits du couturier s'adoucirent, attisant la flamme qui l'habitait. Il lui sourit tendrement. Elle prit la situation en main. Celle de le déshabiller. Ses mains vinrent à l'intérieur de son bas de pyjama. Elle voulait le lui retirer par elle-même. Un autre vêtement qui allait finir avec les autres au sol. Son palpitant continuaient à marteler à l'intérieur de lui. Il n'en pouvait plus. Il était sur le point de craquer. Elle parsema sa mâchoire d'avides baisers avant de jouer avec ses lèvres avec délectation. Elle prenait l'ascendant sur lui. Elle parvint à le soumettre à ses envies, à son désir de plus en plus fiévreux. Ses hanches se plaquèrent à son ventre. Elle instaurait une sorte de jeu entre eux. Celui de la séduction et de la domination. Son pyjama se retrouva au niveau de ses cuisses. Essoufflée, elle parla : - J'ai envie de toi... Une lueur de convoitise luisait dans ses prunelles. Il en profita pour l'enlever et le jeta parterre tout gardant ses lèvres accrochées aux siennes. Les mains de sa belle parcoururent sa peau nue. Tout d'un coup, elle se retrouva rapidement sur lui, le dominant. Il lui sourit avec malice. Il se mordit les lèvres en admirant la courbes de ses hanches. - Nous avons toute la nuit... Il la surprenait de par son audace et sa beauté. Elle pouvait faire ce qu'il voulait de lui. Il était à sa merci. Elle couvrit de baisers son poitrail. Elle faisait durer le plaisir. Il gémit. Des frissons le parcoururent, accentuant sa libido. Son membre se durcit, sous l'effet de l'excitation. Il grogna et se redressa. Il était désormais assis. Elle était toujours sur lui. Ils resserrèrent leur étreinte. Ses doigts flattèrent la dentelle de sa culotte. Il y passa sa main à l'intérieur pour venir caresser son intimité. Elle se courba. Les lèvres vinrent toucher sa clavicule, puis allèrent à la conquête de son cou gracile. Il lui mordit doucement l'épaule. Il la fit basculer. Elle se retrouva de nouveau sous lui. Son baiser se fit sulfureux, ses lèvres appelant ardemment les siennes. Sa main vint libérer Sochanna du dernier tissu. Il le lui enleva d'un geste libérateur. Ils étaient nus tous les deux à présent. Il prit le drap de satin pour couvrir leurs corps nus. Leurs lèvres s'unirent, recommencèrent un ballet langoureux. Il se recula pour tendre son bras vers la table de chevet. Il ouvrit le tiroir et en sortit un préservatif. Il déchira l'emballa et l'enfila en vitesse. Il revint à la conquête de ses lèvres. Il entra en elle. Une impulsion brusque. Il ne bougea pas et la regarda pour s'enquérir de son état. Il essaya de déchiffrer ce qu'elle pense.
Sochanna

Sochanna
MESSAGES : 1047
AGE : 32
LOCALISATION : Un peu d'ici et un peu d'ailleurs. Fille d'un français et d'une Irlandaise, elle maitrise aussi bien le français que l'anglais ainsi que l'arabe et des dialectes africains
EMPLOI : Grand Reporter/Photographe
CITATION : like a melody, he won't leave my head.
JUKE BOX : Mr Hurricane - Beast
POINTS : 977

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Hamad
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyLun 30 Juil - 20:22

Elle l'embrassait avec un appétit sensuel qui la déconcertait. Il réveillait en elle des pulsions sauvages qui couvaient depuis des années. Elle avait prit le contrôle de leur étreinte en se plaçant d'un mouvement de hanche au dessus de lui. Avec une lenteur calculée il laissa errer son regard le long de ses hanches, de ses courbes arrondies, elle frissonna sous ce regard brûlant. Alors, Sochanna recouvrit son corps du sien, pressant sa ventre contre lui, embrassant la peau de son torse qui lui était désormais accessible. Elle ramena ses cheveux en arrière, libérant quelques secondes le terrain, un temps qu'il mit à profit pour se redresser. Elle mordit violemment sa lèvre pour étouffer un cri de plaisir lorsque sa main effleura son intimité. Un frisson la parcouru, elle se tendit entre ses bras, creusant les hanches, s'offrant impudiquement à son exploration. Sous l'action conjuguée de ses mains et de sa bouche elle étouffa un premier gémissement de plaisir dans le cou de son amant, pressés l'un contre l'autre ils vibraient d'un même désir. Alors, Malo la fit basculer sur le côté, étouffant ses gémissements de frustration par u, long baiser fougueux qui lui fit oublier jusqu'à son prénom. Lorsqu'il se détacha d'elle pour se pencher vers la table de nuit elle soupira, avide de retrouver le contact de sa peau contre la sienne. Au paroxysme de l'excitation Malo la recouvrit de son corps, lorsque ses mains s'enroulèrent autour de ses poignets et qu'il pénétra en elle d'un long coup de rein elle se raidit sous lui, comme prise de panique. Elle avait obéit, elle avait parlé, elle avait fait tout ce qu'ils lui avaient demandé. Elle avait été obéissante. Pourtant, cela ne les empêcheraient pas de venir. Elle le savait. Elle les entendaient. Elle comprenait. Elle était encore en état de comprendre. Malgré ses os brisés, sa mâchoire démise. Ils parlaient suffisamment fort pour qu'elle les entendent. Ils la torturaient ainsi. Elle ne pourrait pas les en empêcher. Si elle se débattait ils iraient encore plus loin. Elle n'était qu'une chienne à leurs yeux. Ils venaient lorsqu'elle s'était endormie, lasse de guetter leur venu, d'attendre l'horreur. Elle avait beau supplier en arabe ils riaient, la traînaient par les cheveux jusqu'à ce que les fers se tendent et que la peau de ses poignets soient à vifs. Elle ne pleurait pas. Jamais. Attachée elle était à leur merci. Cela durait des heures, parfois seulement quelques minutes. Ce corps qui se couchait sur le sien, ses mains qui seraient ses poignets, cette main qui se posait sur sa bouche pour l'empêcher de crier de douleur. Quand la porte de sa cellule s'ouvrait , Sochanna se promettait de ne pas se débattre car se serait pire ensuite. Pourtant elle finissait toujours par lutter, pour se soustraire à leur étreinte. A ce corps, ces corps qui avilissaient le sien, à ces hommes qui profanaient son âme. Elle luta pour revenir à la réalité, pour ne pas gâcher ce moment, la première nuit qu'ils passaient ensemble, leur première fois. Mais peine perdue, elle tenta de le repousser il eut alors l'attitude qu'il fallait, lisant probablement autant de désir que de peur dans les yeux de l'ancienne captive. Ses doigts s'unirent au sien, ramenant ses mains au dessus de sa tête, une étreinte qui n'avait rien d'une prise de soumission mais qui avait pour objectif de la rassurer, elle le lisait dans ses yeux. Elle refusait que le visage de ses bourreaux se superposent à celui de Malo. Ils avaient tout prit. Il ne lui prendrait pas cette nuit, ses souvenirs. non. Il n'avait pas bougé d'un millimètre mais elle lisait dans ses yeux qu'il allait se retirer pour la préserver. Non. "Non. Ne me lâche pas." Une lueur de désir brillait derrière la peur qui ternissait son regard. Elle resserra l'étreinte de ses doigts sur les siens et malgré son immobilité forcée elle luttait contre la pulsion qui lui ordonnait de se débattre comme un diable, le souffle court elle ne le quittait pas des yeux. "Ne part pas." Murmura t-elle. Elle savait quel spectacle elle donnait, elle gâchait ce moment qui aurait du être unique, parfait. Elle ne voulait pas qu'il se retire. Elle lutta pour enserrer les hanches du jeune homme de ses jambes de danseuse. Elle le suppliait du regard. Tendant ses bras vers la tête de lit, elle le força à incliner la nuque vers elle. Il était en elle, il avait envie d'elle, elle ne pouvait pas rester une victime. Leurs lèvres se rencontrèrent et sa bouche caressa la sienne. Elle retrouva le contrôle d'elle-même lorsque Malo répondit à son baiser. Accentuant la pression de ses jambes autour de sa taille, elle se cambra contre son ventre brûlant, avec un gémissement rauque elle ondula doucement son bassin, un cri de triomphe monta dans sa poitrine. Elle l'aimait. Il n'était pas partie. Elle était sienne ce soir. Rien ne l'empêcherait. Elle lui agrippa les épaules avec fièvre lorsqu'il se mit à bouger tout contre elle. Son regard ne quittait pas le sien. Il n'était pas parti. Ses doigts entrelacés aux siens elle se tendit contre lui, cherchant toujours plus de contact, savourant le plaisir qu'il faisait renaître en elle. Elle murmurait son prénom à chaque coup de rein, à chaque baiser, comme une prière. "Malo." Sochanna l’enlaça par le cou et l’attira contre elle. Une passion contenue se lisait dans ses yeux graves, elle était à la fois forte et fragile. "Emmène moi."
Malo

Malo
MESSAGES : 1203
AGE : 35
LOCALISATION : ROYAUME-UNI, LONDRES.
EMPLOI : JE NE SUIS PAS COUTURIER, JE SUIS UN ARTISAN, UN FABRICANT DE RÊVE.
POINTS : 277

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 9000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: LAOISE
Voir le profil de l'utilisateur http://beatbeast.tumblr.com/

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyMar 31 Juil - 12:52

Après mille baisers et caresses, ils glissaient lentement vers l’inévitable étreinte. Celle qui les uniraient corps et âme. Son regard bleuté la transperçait. Ses mains caressaient sa peau, longeaient ses bras, étreignaient sa taille, effleuraient ses cuisses, dessinaient ses seins. Son emprise lui fit perdre l’esprit, embruma ses pensées comme jamais, brûla sa peau et ses sens. La chaleur était intense, omniprésente. Son cœur s’emballa quand il la pénétra enfin. Un long gémissement lui arracha la gorge. Leurs corps s’emboîtèrent à la perfection. Il ne voulait pas bouger, prêt à se retirer à tout moment. Il souhaitait ne devoir pas à le faire, car il se sentait tellement bien en elle qu'il lui serait difficile de se déloger de là. Il ne la quittait pas des yeux. Ses prunelles claires ne laissaient transparaître aucune nervosité. Son inquiétude était palpable. Il vit le visage de son amante se refermer. Les yeux de la jeune femme étaient écarquillés, son visage crispé en un rictus d’effroi, ses lèvres tremblantes de désir et d'affolement. Il attrapa sa main et l'apposa sur le haut de l'oreiller. Ses doigts se nouèrent aux siens pour lui faire part de sa présence. Il se montrait imperturbable, inflexible. Elle se débattait contre des chimères invisibles. Les souvenirs de ses sévices, de ses tortures remontèrent brutalement à la surface tandis qu'elle affrontait les démons de son passé, les spectres de ses tortionnaires. La lueur lubrique dans ses yeux faiblissait peu à peu. Le blond hésitait. La voyant s'agiter, il allait abdiquer quand soudain, la voix de sa compagne s'éleva : - Non. Ne me lâche pas. Ses doigts vinrent serrer les siens fortement pour lui implorer de ne pas partir. Un signal pour l'aider à exorciser sa peine. Sa gorge se serra. Il la voyait résister aux assauts effrénés de ses bourreaux. Elle était combative et brave. Il admirait son courage. Son regard mêlait désarroi et désir. Une envie oppressante de lutter contre ses pulsions. - Ne part pas., lui supplia-t-elle encore une fois d'un murmure. Ses jambes s'enserrèrent ses hanches. Un souffle de l'âme se transformant en un véritable supplique. Ses bras s'étirèrent derrière elle, venant toucher la tête de lit. D'un mouvement sec, il s'enfonça davantage en elle. Les muscles de du corps de Sochanna se relâchèrent quand ses lèvres accaparèrent des siennes. Il frissonna de satisfaction. Un baiser qu'il rendit plus passionné. Il effectua un premier coup de rein. Elle se contracta, laissant un gémissement offusqué franchir ses lèvres rosées. Elle se détendit, resserrant l'espace entre leurs deux corps. Elle passa ses bras autour de ses épaules. Elle s'agrippa à lui. Les va-et-vient commencèrent d'abord lentement. Sa bouche parcourut son visage, son cou. Ses doigts effleurèrent ses côtes, ses hanches. Ses lèvres descendirent et embrassèrent sa poitrine. Un cri extatique s'échappa de la bouche de la délicieuse créature. Il avait gardé les yeux ouverts pour la voir prendre du plaisir à chaque mouvement de son bassin. Son front vint toucher le sien. Des gouttes de sueur dégoulinaient sur sa tempe. Les coups de reins s’accentuèrent. Le rythme devint plus saccadé. La respiration plus haletante. Les gémissements fusèrent alors. Il l'assénait de coups d'une intensité violente, qu'elle se tenait fermement à lui. Elle appelait son nom telle une litanie, tout en empoignant sa nuque. Leurs corps mouvaient à la même cadence. Leurs souffles devenant de plus en plus suffocants. Il étouffait ses soupirs lascifs en capturant ses lèvres. - Emmène moi. Il la souleva brusquement dans ses bras pour revenir à la position assis. Il vint mordre le lobe de son oreille, l’assena un autre coup d’une violence contenue. Ses lèvres frôlèrent son oreille, il lui glissa avec sensualité les mots qu'elle voulait entendre depuis si longtemps. Il l'aimait intensément. Des mots qu'elle seule pouvait entendre. Ses lèvres se plaquèrent contre les siennes avec ardeur. Il l'attira à lui. Elle commença à monter et à descendre, des remous des hanches continus, acharnés. Elle ondula puissamment, ne lui laissant pas l’occasion d’agir. Elle le surplomba, elle le chevaucha, elle le fascina. Ses ongles entrèrent en contact avec la chair de ses omoplates tant le désir était irrévérencieux, incontrôlable. Une vague de plaisir monta en Malo. L'agitation qui les animait, ne faisait que de s'intensifier, décuplant leur jouissance. Elle lui offrit son cou à ses caresses, elle passa ses mains dans ses cheveux blonds. Elle faisait de son souffle l’écho des battements de son cœur, de son corps le reflet du sien. Ils atteignirent ensemble l'extase. Le rythme des coups de reins s’amenuisa. Victimes d'un même transport, leurs râles rauques se perdirent dans la nuit vaste et sombre. Il la serra contre lui un instant. Il la fit basculer pour atterrir sur le matelas. Il resta en elle quelques secondes avant de se retirer essoufflé. Il lui offrit un dernier baiser. Plus doux. Il l'aimait, il l'aimait.
Sochanna

Sochanna
MESSAGES : 1047
AGE : 32
LOCALISATION : Un peu d'ici et un peu d'ailleurs. Fille d'un français et d'une Irlandaise, elle maitrise aussi bien le français que l'anglais ainsi que l'arabe et des dialectes africains
EMPLOI : Grand Reporter/Photographe
CITATION : like a melody, he won't leave my head.
JUKE BOX : Mr Hurricane - Beast
POINTS : 977

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Hamad
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyMar 31 Juil - 20:12

Le simple fait de sentir ses lèvres contre la sienne, sa langue explorer sa bouche, la grisait. Elle ne pensait plus à rien. Rien d'autre ne comptait. Son instinct lui soufflait de s'écarter de lui avant de le blesser, avant que ses démons ne reviennent la hanter. Mais, elle ne le pouvait pas, son corps était étroitement lié au sien. L'avait-il sentit ? Avait-il lu dans son regard ? L'avait-il senti à la façon dont elle ployait contre lui ? Ses paumes effleuraient sa chaire, ses doigts la frôlaient, l'attisaient, la charmaient. La sensation de ses mains sur elle était-elle qu'elle se mordit la lèvre pour ne pas crier. Elle se cambra contre lui, l'accueillant plus profondément en elle. Elle soupira, et attrapa cette lèvre aimante qui frôlait la sienne à chaque coup de rein pour la remercier d'un baiser échevelé. Du corps de Malo émanait une tension extrême, elle caressait du bout des doigts les veines seyantes de ses avant-bras, sa bouche redessinant le contour de sa mâchoire, taquinant son cou, son oreille. Elle était prisonnière de ses bras, pressée par son corps contre le matelas du grand lit qui accueillait leur étreinte. Le plaisir assombrissait leurs regards, sur le visage de Malo elle lisait la tension mêlée de plaisir que suscitait l’ascension vers la jouissance. Les lèvres enfouie dans le creux de sa gorge elle sentait les mains de Malo sur ses hanches, sa poitrine, son dos. Et son sexe profondément en elle, elle le sentait partout, sur elle, en elle. Ses hanches se mirent à bouger lascivement contre les siennes. Un mouvement de va et vient, un roulement de hanche explicite qui en disait long sur les envies de la reporter. La crise était passée, ne restait plus que le plaisir de ne faire qu'un pour la première fois avec Malo. Elle avait pris un risque calculée en venant ici ce soir avec lui, ce qu'elle obtenait dépassait de loin ses espérances. Elle n'était pas morte. Elle ressentait chacune de ses caresses, le moindre de ses mouvements et le plaisir qu'elle en retirait était intact. Elle redécouvrait ce corps dont on l'avait dépossédé et sous les mains de Malo, elle se sentait désirable et désirée. Et rien ne lui avait semblé aussi bon. Lorsqu'il se redressa, l'asseyant sur lui elle étouffa un gémissement de plaisir lorsqu'il se planta plus profondément en elle. Il noua ses bras autour de ses hanches. Enveloppée par lui, elle avait l'impression de faire partie de lui. Elle se mit alors à bouger au-dessus de lui, prenant appui sur ses épaules elle entama une danse sensuelle, allant et venant sur son sexe. Lorsqu'elle atteignit l'orgasme il lui sembla que son corps tout entier se dissolvait, elle cria son nom se tendant entre ses bras, l'emmenant avec elle vers d'autres sommets. Lorsqu'il se retira, la sensation de vide en elle fut vertigineuse. Elle soupira, ramenant le drap sur leurs corps nus elle s'allongea tout contre lui, un sourire satisfait aux lèvres. "Umh... On recommence." Plaisanta-t-elle en reprenant son souffle. Elle laissa sa bouche taquiner doucement la sienne avant de l'embrasser passionnément. "Merci de ne pas être parti..."
Malo

Malo
MESSAGES : 1203
AGE : 35
LOCALISATION : ROYAUME-UNI, LONDRES.
EMPLOI : JE NE SUIS PAS COUTURIER, JE SUIS UN ARTISAN, UN FABRICANT DE RÊVE.
POINTS : 277

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 9000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: LAOISE
Voir le profil de l'utilisateur http://beatbeast.tumblr.com/

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyMer 1 Aoû - 15:52

Son jouissance vint accompagner la sienne, leurs orgasmes jaillirent au même moment, au même dixième de seconde, comme leurs yeux se révulsant, leurs bouches s’entrouvrirent avec ravissement et leurs salives s’agitèrent, sulfureuses, comme deux jumelles. Dans l'agitation, elle cria son nom une énième fois avant de s'étendre sur les draps de soie. Il se retira d'elle à contre cœur pour venir s'affaler à ses côtés. Tout ce qu'il ressentait c'était cette étrange palpitation. D'une telle ferveur que c'en était presque accablante. Son souffle était irrégulier. Ses Il ne souvenait plus de la dernière fois où il s'était autant donné de lui-même. Où il s'était offert à une personne corps et âme. Cette sensation de faire partie d'un tout. Une intense impression de sérénité l'envahit, réchauffa son cœur encore battant à un rythme effréné. Il l'entendit soupirer et la sentit contre lui. Elle arborait un sourire vaporeux, illuminant son visage fin. - Umh... On recommence. Une lueur malicieuse brillaient dans ses yeux. Elle le prenait en plaisantant. Mais il trouvait sa proposition fort alléchante, réveillant en lui les étincelles du désir. Il garda dans un coin de sa mémoire cette voluptueuse demande. En attendant, il devait se ménager un peu avant de s'acquérir de son dû à nouveau. D'humeur joueuse, les lèvres de la jeune femme vinrent titiller les siennes. Elle l'embrassa avec ardeur. - Merci de ne pas être parti... Il lui sourit longuement en lui caressant ses cheveux blonds. Il rebattit la couverture sur eux, les dissimulant aux regards de tous, aux objectifs des caméras. Sous ces draps, ils étaient à l'abri de tous comme si ils se retrouvaient seuls au monde. Comme si rien d'autre n'existait. Il la serra dans ses bras avec tendresse et félicité. Il desserra un peu son étreinte. Il la dévisageait d'un regard abyssal, insondable. Il effleura son visage de ses phalanges, puis ses doigts s'attardèrent sur ses lèvres. Il murmura d'une voix doucereuse et envoutante : - Je ne partirai jamais, Sochanna. Jamais ... Il plongea son regard dans le sien. Son palpitant battait à tout rompe. Il n'arrivait pas à en contrôler les pulsations car ce qu'il s'apprêtait à lui dire le troublait. Il ne pouvait pas détacher son regard d'elle, tellement elle était ensorcelante. Belle, tellement belle qu'il en avait le souffle coupé. Il la fixait avec intensité. Il imprima le visage délicat de celle qui lui était destinée dans son esprit. Il était amoureux d'elle. Il l'aimait d'un amour brûlant, qui le consumait de l'intérieur. - Je t'aime. Oui, je t'aime tellement. Ses lèvres vinrent se déposer sur son front, sa tempe puis sa joue avant d'unir leurs lèvres en un fiévreux baiser. Sa bouche descendit un peu plus bas pour se loger au niveau de son cou et se posa ensuite sur sa poitrine. - Ce corps m'appartient désormais. , souffla-t-il. Ses lèvres glissèrent sur son ventre. Avides de chair parfumée. Il s'imprégnait d'elle, humant les effluves de son corps svelte. - Je compte bien en découvrir chaque partie, chaque parcelle. Nous avons toute la nuit ... Il sourit avant de poursuivre son exploration du corps de l'autre. Ses lèvres goutèrent l'intérieur de sa cuisse. Il caressa son flanc, ses hanches avec sa main. Il termina de l'assaillir de ses baisers farouches. Il revint se placer à côté d'elle. - Mais ce ne serait pas raisonnable, n'est-ce pas ?, lui glissa-t-il à l'oreille en arborant un sourire narquois.
Sochanna

Sochanna
MESSAGES : 1047
AGE : 32
LOCALISATION : Un peu d'ici et un peu d'ailleurs. Fille d'un français et d'une Irlandaise, elle maitrise aussi bien le français que l'anglais ainsi que l'arabe et des dialectes africains
EMPLOI : Grand Reporter/Photographe
CITATION : like a melody, he won't leave my head.
JUKE BOX : Mr Hurricane - Beast
POINTS : 977

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Hamad
Voir le profil de l'utilisateur http://daughter-of-fire.forumactif.fr

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyMer 1 Aoû - 22:26

Elle se pelotonna contre lui, encore essoufflée, collant son corps moite de leurs ébats contre le sien. Le souffle de son amant caressait le sommet de son visage. Sa main se perdait dans l'exploration de ses cheveux blonds que leurs ébats avaient emmêlés. Elle soupira et caressa du bout des doigts son torse, dessinant le contour de chaque muscle, le moindre centimètre de peau. Elle entendait son cœur battant dans sa poitrine, un bruit sourd, régulier qui la berçait. Elle se sentait bien contre lui, repue. Elle s'étira contre lui, mêlant leurs jambes. Je ne partirais jamais, Sochanna. Jamais.... Du pouce il redessinait le contour de ses lèvres, doucement la jeune femme sourit. Elle savait qu'il ne partirait pas. Il n'était pas de ceux qui abandonnaient une femme après avoir obtenu d'elle une nuit d'amour passionnée. Sous le feu de son regard elle rougit imperceptiblement. Nue contre lui elle réalisait qu'une réelle intimité les liait désormais, elle réalisait le chemin parcouru par amour pour lui. Elle s'était donné corps et âme... Qu'en était-il de lui ? Elle lui avait avoué être amoureuse de lui, ce n'était pas un aveu irréfléchi, elle n’attendait pas de réponse, tout du moins le prétendait-elle. On ne faisait jamais un tel aveu sans espérer s’entendre répondre que cet amour était réciproque. Il la regardait comme si rien d’autre n’importait, comme si elle était la seule au monde qui comptait pour lui en cet instant. Les cheveux en bataille, décoiffés par les mains de Sochanna, ses yeux brillant encore du déchainement de passion qui venait tout juste de s’apaiser. Elle laissa sa main libre effleurer sa mâchoire. Elle l’aimait, plus encore à présent que le jour précédent. Elle qui pensait que l’amour n’était qu’une illusion à laquelle elle ne pourrait jamais aspirer. Elle avait trouvé en lui ce qu’elle avait inconsciemment recherchée chez d’autres durant des années, cette chose qui existait entre ses parents. Je t'aime. Oui, je t'aime tellement. Ses yeux se remplirent de larmes, des larmes qu’elle n’avait pas prévu, des larmes que ses simples petits mots avaient fait monter à ses yeux. Elle ne pensait pas, après tout ce qui lui était arrivée, que quiconque pourrait l’aimer un jour. Jamais. Mais, il l’aimait. Et lorsque sa bouche partit à la conquête de ce corps qui était déjà à sa merci, un léger rire lui échappa qui se transforma en un ronronnement de plaisir. Ses doigts se perdirent dans ses cheveux, accompagnant la descente de son compagnon le long de ses courbes. Et, lorsqu’il remonta paisiblement pour l’embrasser, elle rit, frustrée et amusée par son manège. « J’ai créé un monstre » Plaisanta-t-elle en laissant lentement sa main descendre le long de son torse musculeux, effleurant sensuellement sa peau. Elle mordilla le lobe de son oreille, taquine. Ses doigts fins effleurèrent son bas ventre tandis que de la pointe de sa langue elle taquinait la peau sensible derrière son oreille. Sa main effleura le haut de son bassin, descendit encore, encore... « Mais ce ne serait pas raisonnable. » Murmura t-elle en ramenant sagement sa main entre eux. « J’ai l’impression que tu vas devoir me supporter très longtemps... »
Malo

Malo
MESSAGES : 1203
AGE : 35
LOCALISATION : ROYAUME-UNI, LONDRES.
EMPLOI : JE NE SUIS PAS COUTURIER, JE SUIS UN ARTISAN, UN FABRICANT DE RÊVE.
POINTS : 277

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 9000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: LAOISE
Voir le profil de l'utilisateur http://beatbeast.tumblr.com/

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 Empty
MessageSujet: Re: TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56   TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56 EmptyVen 3 Aoû - 1:38

Les amants ne voulaient plus quitter cette chambre, vestiges d'étreintes passées et d'ébats sensuels. Leurs corps suintaient encore de leurs enlacements torrides. Sous ses draps de satin, ils continuaient à batifoler sans remords, sans retenue. Leurs souffles reprirent une cadence plus modérée. Mais leur cœur continuait à palpiter frémissant et insatiable. Le styliste avait l'appétit vorace. Le fait de contempler le corps nu de sa dulcinée le mettait dans un état d'euphorie indicible. Ses doigts s'animaient à chaque caresse sur sa peau savoureuse. Ses lèvres suivaient la galbe de ses courbes harmonieuses. Il en connaissait la trajectoire, les ondulations les yeux fermés. Ses mains prenaient possession de son corps tout entier. Il ne maîtrisait plus les soubresauts de son palpitant à chaque fois qu'il posait son regard sur elle. Son emprise sur lui était irrésistible, grisante. Les pulsions le submergeaient par vagues, intensifiant son appétence. - J’ai créé un monstre., dit-elle en badinant. Elle réveillait en lui une certaine animalité qu'il avait longtemps refoulée depuis des années. Une facette de sa personnalité qu'il ne montrait que dans l'intimité. Son comportement était différent quand il était avec elle. Il pouvait être lui-même. Sa présence le désinhibait, le délivrait de toute entrave. La main de la reporter suivit le tracé sinueux de son buste musculeux. Un gémissement franchit sa bouche. Mutine, elle joua avec le lobe de son oreille tandis que ses doigts continuaient à se balader sur tout son corps, déclenchant chez lui des frissons outranciers. Sa langue charnelle caressa la peau derrière son oreille. Sa main poursuivit son chemin et continua à descendre encore plus, flirtant avec son bas-ventre. Elle retira sa main doucement, laissant un Malo aux bords de ses limites. - Mais ce ne serait pas raisonnable. La frustration était telle qu'il lui était difficile de réprimer son désir dévorant, grandissant. Il avait encore envie d'elle. Ses besoins, ses envies n'avaient pas été entièrement assouvies. Il en voulait encore et toujours plus. Ce sentiment de vouloir posséder l'autre virait lentement à obsession. - J’ai l’impression que tu vas devoir me supporter très longtemps ... Il la ramena à lui d'un geste vif et brusque. Son corps vint se plaquer au sien. Il caressa doucement sa cuisse avec le dos de sa main, puis ses reins. Ses lèvres capturèrent les siennes avec exaltation. Leurs langues s'effleurèrent, leurs souffles se mêlèrent étouffant les tressaillements de leurs corps vrombissants de désir. Il vint coller son front contre le sien, en continuant à taquiner sa lèvre inférieure. Il lui murmura : - J'ai cru voir un tatouage sous ta poitrine. Tu en as d'autres à me montrer ? Il lui sourit doucement et toucha de ses phalanges la partie en-dessous de sa poitrine, près une des côtes. - D'ailleurs, quelle est la signification de ce tatouage-ci ?, dit-il en effleurant avec délicatesse de l'index l'emplacement du dit tatouage. En plus des cicatrices de ses tortures, son corps comportait encore bien des mystères. Des traces, des marques indélébiles qui étaient réparties dans différentes parties de son anatomie.
 

TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» TOUCH ME, MAKE ME YOURS - 30/07 : 3h56
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Japan Touch Haru
» A TOUCH OF EVIL
» Jude Celestin would not make it through to a presidential run-off!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE TROIS :: SAISON 7 :: Intérieur-