GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ennio

Ennio
MESSAGES : 1355
AGE : 31
LOCALISATION : london, uk
EMPLOI : anthropologue social et culturel
POINTS : 101

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyLun 18 Juin - 21:41

featuring andreas

Putaaaaain. Putain de fait chier de Godverdomme de Scheiße. Je savais que c'était trop beau pour durer. Ça faisait des jours qu'il pleuvait, encore et encore et encore, que le temps était dégueulasse. Jusqu'à il y a une heure, plus ou moins. La pluie avait cessé depuis de longues minutes et j'en avais tellement marre d'être enfermé que j'étais sorti en short et tee-shirt. J'avais marché un peu, pour me dégourdir les jambes, respirer autre chose que cet air renfermé que je subissais dans le nid. J'avais rien contre le mauvais temps, moi, personnellement, mais ce n'était pas exactement le cas des autres, et traîner seul sous la pluie, c'était pas des plus divertissants, alors j'étais condamné à rester cloitré à l'intérieur, m'occupant comme je pouvais. Là, ne serait-ce que me promener un peu dans le parc, mains dans les poches, casque sur les oreilles, ça me redonnait la pêche. Sérieux. Finalement, je m'étais retrouvé les pieds dans le sable, et même les pieds dans la flotte, puisque je m'étais approché de l'eau et que j'avais commencé à longer le lac. Clope au bec. De toute façon, vu l'état du sable qui avait subit la pluie pendant des jours, ça ne changeait pas grand chose. J'en ressortirai avec les orteils trempés dans un cas comme dans l'autre. C'était à ça que j'étais rendu, quand une goutte d'eau tombant pile dans mon œil me fait redresser la tête. Roh merde. Voilà. Ça repartait. La pluie. Je l'aurais supportée sans problème, si j'avais pas eu ma sèche. Du coup, alors que la drache devenait de plus en plus forte, je tourne les talons, trottine jusqu'au cabanon dans lequel était entreposés parasols, transats et serviettes lorsqu'ils n'étaient pas utilisés. Au moins, j'y serai à l'abri le temps de terminer ma cigarette. Dès ce but atteint, je retournerai sans doute dans le château. À tourner en rond. Comme avant.
Andreas

Andreas
MESSAGES : 1947
AGE : 32
LOCALISATION : from BRISTOL to MUNICH
EMPLOI : FOOTEUX
POINTS : 723

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMar 19 Juin - 14:23

Il pleut. Il pleut plus. Il re-pleut. Ah bordel, il allait peut-être falloir se mettre d'accord là-haut ! J'en avais un peu ras le bol de sortir en imper' quand il se mettait à faire beau et en t-shirt manches courtes quand il se mettait à pleuvoir. C'était à nouveau le cas cet après-midi d'ailleurs, après environ une heure de soleil. Inutile de dire que j'avais profité de ce temps ensoleillé pour me balader un peu mais très vite, la pluie fit sa réapparition. C'était trop beau pour durer. Mais malgré ça j'aimais la pluie, et je ne m'affolais pas quand il se mettait à pleuvoir à torrents. Au pire je risquais quoi ? Ruiner mon brushing. J'avais donc vu pire. Bref histoire de ne pas aussi bousiller mes pompes, achetées hors de prix juste avant mon entrée dans ce jeu, je partis me mettre à l’abri dans le petit cabanon, non loin de moi d'ailleurs. Quelques pas et j'y étais déjà. Je découvris à l'intérieur de celui-ci un Ennio des plus trempés, fumant tout en s'abritant. Il s'était bien fait saucer la tronche lui, hein. Remarquez moi aussi. « Wow, t'as l'air d'un chien mouillé comme ça. » Ah mais clairement. Pas qu'il ressemblait à rien le pauvre garçon mais... si en fait, il ressemblait franchement pas à grand chose. Je devais également avoir une tête pas possible mais si vous voulez, moi j'étais beau à la base. Lui il tentait de soigner l'emballage mais forcément avec toute cette eau, c'était un peu le naufrage. Ce type était le Titanic à lui tout seul. Tiens j'aurais bien fumé une clope moi aussi. Par contre j'avais pas mon paquet sur moi. Je n'osai pas le lui en demander une du coup, après lui avoir sorti ça. Hum, je m'en passerais donc.
Ennio

Ennio
MESSAGES : 1355
AGE : 31
LOCALISATION : london, uk
EMPLOI : anthropologue social et culturel
POINTS : 101

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMar 19 Juin - 17:48

Avançant clopin-clopant dans le fatras du cabanon pour ne pas me casser la gueule, je parviens à dégoter un fauteuil déjà ouvert sur lequel je me laisse tomber. Roh, ma sèche plus si sèche que ça était mouillée. Je la reprends entre le pouce et l'index, essaie de frotter dessus avec précaution pour limiter les dégâts et finalement, je sors mon briquet pour la rallumer. Aussitôt, je l'amène à mes lèvres et tire. Ah, parfait. Toujours opérationnelle. C'est à cet instant précis que la porte du cabanon s'ouvre une nouvelle fois, laissant apparaître la ganache d'Andreas, lui aussi cherchant asile pour ne pas à avoir à subir la perversité des éléments déchaînés. Dis donc, jamais le cabanon n'avait connu autant de visiteurs en même temps. J'allais lui dire de rentrer ou rester là, fallait choisir, lorsqu'il referma la porte derrière lui et se pointa pas loin. « Rien n'est plus beau qu'un corps mouillé » répliquai-je du tac au tac à sa remarque. Je ne sais plus dans quel film, livre, manga ou je ne sais plus quoi j'avais entendu cette phrase mais allez savoir pourquoi, elle m'était restée. Sans doute parce que lorsque, peu après, j'avais eu le loisir de voir un corps mouillé, j'avais trouvé son exactitude assez... exacte. « D'abord un rat, maintenant un chien... ça va, j'évolue, peut-être qu'un jour, j'aurai droit à être considéré comme un être humain ! » je continue, avec un sourire, presque enjoué. Moi ? Vexé ? Genre. Ce n'était lui qui parviendrait à me vexer. J'étais un peu du genre invexable. Inatteignable. Pas forcément un atout, soit dit en passant. Mais là, qu'il puisse me voir comme un clébard trempé, bah, écoutez, il n'avait pas totalement tord, et puis la remarque en elle-même me faisait plus marrer qu'autre chose. Le fait qu'il dise ça alors qu'il était pas mal dans le genre non plus y était pour beaucoup. « Toi aussi tu t'es fait avoir comme un bleu ? ou tu viens juste retrouver secrètement quelqu'un? et dans ce cas-là, désolé de te le dire, mais vous m'aurez sur le dos. Remarque, j'suis assez tranquille, tant que vous faites pas assez de bruit pour que j'vous entende malgré mon casque... » Tout en parlant, je sors mon paquet de cigarettes et je le lui tends distraitement, parce que voilà, j'étais poli. Ouais, moi je bougeais pas de là, hein. Même s'il avait prévu je ne sais quoi avec je ne sais qui. De un, j'allais finir foudroyé si je ne mettais ne serait-ce qu'un cheveux dehors, de deux, j'étais là prems, de trois, j'étais pas trop mal ici. Le bruit de la pluie sur le toit, j'aimais bien, c'était assez apaisant.
Andreas

Andreas
MESSAGES : 1947
AGE : 32
LOCALISATION : from BRISTOL to MUNICH
EMPLOI : FOOTEUX
POINTS : 723

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMar 19 Juin - 23:38

Il flottait et j'avais marché d'un pas rapide en direction du cabanon avant de ne finir par m'y abriter. Seulement à l'intérieur de celui-ci se trouvait déjà Ennio, la clope au bec et tout aussi trempé que moi. Je lui fis alors remarquer qu'il avait juste l'air d'un chien mouillé avec cette dégaine. Et j'étais loin de me tromper, fallait le voir pour le croire. « Rien n'est plus beau qu'un corps mouillé » répliqua-t-il alors. J'esquissais un sourire. Bah, il avait pas tord au fond. Enfin, forcément, quand ce corps mouillé était le mien il ne pouvait être que beau. « D'abord un rat, maintenant un chien... ça va, j'évolue, peut-être qu'un jour, j'aurai droit à être considéré comme un être humain ! » Il se plaignait là ? Non, pas à moi tout de même. J'ignorais ce à quoi je pouvais ressembler sur l'instant, mais une chose était certaine je ne pouvais pas avoir pire tronche que lui. « Ah ouais, c'est vrai que t'as une tête de rat » rétorquais-je sur un ton parfaitement monotone. Mais si, regardez-le bien, j'aurais même eu tendance à affirmer qu'il avait une tête de fouine mais j'allais peut-être éviter de tout lui balancer d'un coup. « Toi aussi tu t'es fait avoir comme un bleu ? ou tu viens juste retrouver secrètement quelqu'un? et dans ce cas-là, désolé de te le dire, mais vous m'aurez sur le dos. Remarque, j'suis assez tranquille, tant que vous faites pas assez de bruit pour que j'vous entende malgré mon casque... » Si j'avais un rendez-vous secret à cet endroit ? Hm, pas que je m'en souvienne à vrai dire. « Non non du tout. Je me baladais tranquillou, il s'est mit à pleuvoir et j'ai pas tenu à bousiller mes nouvelles pompes alors je suis venu m'abriter ici. Ce doit être la même chose pour toi j'imagine. » L'histoire des pompes en moins, sans doute. Lui, il avait peut-être plus craint pour sa cigarette en fait. Si, bien sur, celle-ci avait été allumée avant son entrée dans ce petit cabanon. D'ailleurs en parlant de ça, il ne tarda pas à me tendre son paquet. Puisque c'était si gentiment proposé, je n'hésitais pas un instant et tirai alors une clope de ce dernier. « Danke. » Je portai la cigarette à ma bouche puis effectuai un signe avec ma main qui visait à lui faire comprendre que je n'avais pas de feu et que donc son briquet serait franchement le bienvenu. Si j'ai pas mes clopes, j'ai pas mon briquet. L'un ne va pas sans l'autre et étrangement quand j'en oublie un, bah au final j'oublie les deux. Non, ne cherchez pas à comprendre. Du feu, donc, petit rat.
Ennio

Ennio
MESSAGES : 1355
AGE : 31
LOCALISATION : london, uk
EMPLOI : anthropologue social et culturel
POINTS : 101

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMer 20 Juin - 1:41

Bon. C'était officiel, j'imagine. J'étais un rat. Un p'tit rat tatoué d'un mètre quatre-vingt-dix. Sympa. J'aurais pu tomber sur pire, je suppose. Genre une limace ou un mandrill. Un animal vraiment dégueu, quoi. Parce que bah, moi, j'avais rien contre les rats, dans le fond. J'avais un cousin, à Ostende, qui avait toute une collection d'animaux de compagnie plus chelous les uns que les autres. Il était barge, mon cousin. Pendant tout un temps, il avait eu scorpion, et même un bébé loris qu'il avait réussi à avoir illégalement durant un voyage en Asie. Un vrai fou, j'vous dis. « J'oublierai pas de féliciter Santiago pour la finesse d'analyse, alors » j'assure en guise de conclusion, riant à moitié. C'est vrai que c'était lui l'instigateur de toute cette histoire. Il était la fourmi, j'étais le rat. C'est la vie. Enfin bref, j'en viens à évoquer la possibilité qu'il soit là pour un quelconque rendez-vous secret. Bon, c'était pas super crédible dans la mesure où il avait la réputation de ne pas tellement chercher à se cacher, lorsqu'il avait ce genre de rendez-vous. La preuve, il s'était envoyé en l'air avec je ne sais combien d'habitantes sans le nier ensuite, ni même chercher à dissimuler les faits. J'le connaissais pas, mais ça m'étonnait pas. Ça collait parfaitement au personnage. Le voilà qui me raconte donc sa vie, m'expliquant le pourquoi du comment il s'était retrouvé à squatter mon cabanon. Tout ça pour des pompes. Il était pas un peu pire qu'une nana, ce mec? Comme si je m'intéressais assez à mes chaussures pour ça. Nan, moi j'avais aucun problème à faire festivals, marche dans la forêt et tout le tralala avec mes godasses de tous les jours. « Plus ou moins, si ce n'est que je tiens plus à ma clope qu'à mes godasses ! » Sur ce, je tire une longue taffe, farfouillant dans ma poche. Allez, il avait bien mérité un petit réconfort, le petit chou, après avoir risqué sa vie pour son brushing et ses chaussures. Il me remercie en allemand. Tiens, c'est vrai, il était allemand, j'avais zappé ce détails. « Es war ein Vergnügen, Sir. » Aight, si si rps. Non sérieux, après avoir pris des cours d'allemand et après avoir vécut plusieurs mois à Berlin, normal que j'sache encore baragouiner deux ou trois trucs. Par contre, j'saurais jamais commencer à parler de l'endettement du pays en allemand, là, fallait pas qu'il compte sur moi. Ah attends. Oui, c'est vrai qu'allumer une clope avec la pensée, c'était une faculté qui n'avait pas encore été inventée. Oups. J'sors donc ensuite mon briquet et le lui lance avec adresse. Il se démerde pour l'attraper hein, j'peux pas non plus tout faire à sa place.
Andreas

Andreas
MESSAGES : 1947
AGE : 32
LOCALISATION : from BRISTOL to MUNICH
EMPLOI : FOOTEUX
POINTS : 723

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMer 20 Juin - 3:03

Je pense quand même que plus d'un rat aurait aimé ressembler au bonhomme. Plus d'une fouine, plus d'un chien également. M'enfin l'image du rat, quand même, était particulièrement bien trouvée je dois dire. « J'oublierai pas de féliciter Santiago pour la finesse d'analyse, alors » Ainsi donc nous devions la comparaison au rat à notre cher espagnol. Bah franchement il avait vu juste pour le coup. C'était exactement ce à quoi ressemblait Ennio. Mais je le charriais aussi pas mal, hein, j'avais quand même vu pire et cette eau qui lui dégoulinait du crâne et qui traçait son chemin le long de ses joues ne lui rendait vraiment pas justice. Je lui avais par la suite signifié que je m'étais réfugié dans ce cabanon pour ne pas esquinter mes nouvelles godasses et avais alors supposé qu'il en avait été de même pour lui. « Plus ou moins, si ce n'est que je tiens plus à ma clope qu'à mes godasses ! » Chacun était libre d'avoir quelque chose de cher à ses yeux, hein. Moi c'était mes pompes, lui c'était sa clope. Nous n'avions vraiment pas les mêmes valeurs, et malgré tout je ne ressentais pas le besoin de quitter ce cabanon au plus vite. S'il était certain que je ne me risquerais pas à en sortir maintenant à cause de la pluie qui se voulait toujours plus abondante dehors, converser avec ce jeune bonhomme me quand même plaisait bien. Enfin jeune... on devait avoir quasiment le même âge. Par contre il avait l'air d'un gamin comparé à moi. Le côté chétif de ce dernier, probablement. Ennio m'avait ensuite proposé une cigarette et je ne m'étais pas fait prier pour en saisir une dans son paquet. Après tout, pourquoi s'en priver ? Je le remerciai en allemand, et il sembla prendre conscience de quelque chose, avant de ne rétorquer « Es war ein Vergnügen, Sir. » J'esquissais un sourire comme pour lui signifier "plaisir partagé gamin". Il me manquait tout de même quelque chose là, tout de suite. Du feu en l'occurrence. Vous aviez déjà tenté de fumer sans feu, vous ? Bah chez moi, ça ne donnait rien. Logique me direz-vous. Voilà pourquoi j'avais quémandé, à ma façon, du feu au jeune homme. Aussitôt demandé, aussitôt sorti de sa poche. Il me lança alors son briquet que je rattrapai sans difficulté aucune avant de n'allumer la clope que j'avais présentement dans le bec. Je terminai par le lui relancer, effectuant un signe de la tête visant à la remercier une nouvelle fois. Je tirai une bouffée, avant de reprendre à nouveau la parole. « T'es ici pour quoi Ennio ? Tu recherches quoi au juste dans c'te télé-poubelle ? » Le jeu, l'amour, la célébrité, l'argent... un peu de tout ça ou rien de tout ça ? Peut-être venait-il juste en touriste. Ça n'était pas mon cas, à moi. Ah ça non.
Ennio

Ennio
MESSAGES : 1355
AGE : 31
LOCALISATION : london, uk
EMPLOI : anthropologue social et culturel
POINTS : 101

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMer 20 Juin - 3:45

Malgré tout, je me demandais combien de temps on allait bien pouvoir rester coincés là. Il pleuvait toujours, ça s'entendait, au-dessus de nos têtes. Si je ne me faisais pas particulièrement chier, ça me saoulait de me savoir enfermé. Néanmoins, au fur et à mesure que je discutais avec Andreas et sa gueule de bourgeois, j'arrêtais de me poser la question. Ça prendrait le temps que ça prendrait, au fond. La conversation s'écoulait et il la fit dériver sur le pourquoi du comment de ma présence ici. À croire que j'avais vraiment pas la tête à participer à fake lover, vu que c'était juste la millième personne à me poser la question. Ce que je venais chercher ici ? « Mais l'âme-soeur, évidemment ! quoi d'autre ? » Bon, je me moquais visiblement, mais alors là très, très visiblement des candidats qui étaient là pour ça. Trouver l'âme-soeur ? Sérieux ? pftt ! Échapper aux aliens qui les poursuivent aussi, tant qu'ils y sont. Trouver la personne, ici, à Fake Lover, j'y croyais pas tellement. Pas du tout, à vrai dire. Qu'on puisse s'énamourer d'un candidat, à la rigueur, je pouvais encore comprendre. Parce qu'au fond, les sentiments n'avaient pas du tout la même signification ici qu'à l'extérieur, du moins à mes yeux, et aussi parce que j'avais l'impression que n'importe qui pouvait tomber amoureux de n'importe qui, dans le monde dans lequel on vivait. Même les pires ennemis finissaient par s'envoyer en l'air et se déclarer mutuellement leur flamme. Mais de là à parler d'âmes-soeurs? seriously ? faut dire que même hors de nid à la con, j'y croyais pas, à ce concept. Si j'étais plutôt du genre à refuser le mot utopie parce que ça s'apparentait plus un frein à un rêve qu'un véritable qualificatif, je refusais celle-là. C'était même plus une utopie, c'était une connerie pure et dure. « Des défis, des nouvelles sensations, des réponses que je ne peux pas trouver à l'extérieur, ce genre de trucs bateaux » j'ajoute avec un sourire. J'savais pas quoi lui répondre, parce que je n'avais pas raison précise. Je m'étais réveillé un matin avec l'idée dans la tête, juste comme ça. J'avais juste l'impression que ça pouvait m'apporter quelque chose. Et si ce n'était pas le cas, et bien tant pis. Au moins, j'avais maintenant la possibilité de dire que j'avais vécu cette expérience, on pouvait le dire, hors du commun. Et c'était pas donné à tout le monde. Ce simple fait me donnait l'envie. « Et toi ? T'as pas l'air de porter le concept de télé-poubelle dans ton coeur » je remarque, relevant l’appellation qu'il avait donné à l'émission. Pourquoi se donner la peine de s'inscrire à une émission de télé-réalité que l'on considérait ouvertement comme une poubelle? C'était juste histoire de se taper des nanas qu'il aurait jamais pu se taper s'il n'avait pas été là? Ou il avait des talents inavoués de danseur de flamenco et il ne rêvait que d'une chose: percer au Royaume-Unis ?
Andreas

Andreas
MESSAGES : 1947
AGE : 32
LOCALISATION : from BRISTOL to MUNICH
EMPLOI : FOOTEUX
POINTS : 723

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyMer 20 Juin - 23:55

L'était quand même sympa le gringalet à face de rat. Non mais sérieusement, ça m'étonnait moi, avec tout le mal que j'avais entendu sur sa personne... Non je déconne, on ne m'en avait dit que du bien et je vérifiais là qu'il s'agissait d'un type à la fois cool et altruiste. Tout le contraire de moi en somme. Et malgré ça on s'entendait bien tous les deux. Comme quoi, les opposés s'attirent hm. Et sinon, qu'est ce qui pouvait bien l'amener ici ? Ou plutôt que recherchait-il ?... « Mais l'âme-soeur, évidemment ! quoi d'autre ? » répondit-il alors. Autant il venait de dire ça de façon tout à fait spontanée, autant ça n'était pas crédible pour un sou. Je le regardai alors d'un air perplexe, comme pour signifier "heu mon coco, tu te foutrais pas un peu de moi là ?". Car c'était le cas, forcément. Et puis ça se voyait tout de suite qu'il n'était pas du genre à venir se casser le cul jusqu'ici pour trouver le grand amour. Il se reprit alors. « Des défis, des nouvelles sensations, des réponses que je ne peux pas trouver à l'extérieur, ce genre de trucs bateaux » Ah là, on y croyait déjà plus. On sentait qu'il était sincère en rétorquant ça. Et tout ceci représentait, à mes yeux, des raisons tout à fait valables pouvant justifier le fait de passer les castings d'une telle émission. Il était jeune, alors se trouver à la recherche de nouvelles sensations à son âge ne m'étonnait vraiment pas. « Et toi ? T'as pas l'air de porter le concept de télé-poubelle dans ton coeur. » me demanda-t-il ensuite. J'esquissais un sourire en coin. Ah oui, cela se voyait tant que ça ? C'était sans doute le terme employé pour parler de cette émission qui lui avait fait penser une telle chose, et ma foi il n'avait pas tord. Bon, heu, mes raisons tout d'abord. « Moi je ne recherche rien ici. J'suis juste là pour prouver certaines choses à quelqu'un. » À mon père, en l'occurrence. Ce salopard m'avait toujours dit que j'étais incapable de faire quelque chose tout seul, alors je voulais lui montrer que je pouvais me démerder sans lui pour une fois. Et cette émission tombait à pic, car le concept demandait tout de même de se creuser les méninges pour démasquer ses petits camarades et les vilains secrets qu'ils pouvaient cacher. Mais il y avait l'argent aussi. Et je ne risquais pas de cracher dessus. « Néanmoins le fait que de l'argent soit à la clé m'a aussi motivé à passer les castings. Dès que je sors d'ici, j'ai plus rien. En gros si je ne gagne pas cette émission, et dieu sait que mes chances sont plus que jamais compromises à l'heure actuelle, j'ai de très fortes chances de finir SDF. » Plus d'argent, donc impossibilité de payer mon loyer, donc à la rue, forcément. Je vivais dans un appart' de luxe en Angleterre, on me dégagera direct si j'ai plus de quoi payer. Et mon père ne me fera plus aucun cadeau sur ce terrain-là. Il estimait en avoir déjà trop fait pour moi. « J'affectionne pas ce genre de télé-poubelles, car pour moi c'est que du faux. Les sentiments des gens sont faussés, tout est bidon quoi. » Moi encore je m'en foutais un peu, vu que je ne ressentais rien, mais les autres... j'avais presque pitié de celles et ceux qui se foutaient "en couple" après un mois et demi d'aventure. En fait ça me faisait juste marrer. « En tout cas une chose est sure, j'suis pas venu pour la beauté du paysage. » terminais-je tout en ayant un léger rictus. J'étais le seul à trouver que c'était vachement moche, comme pays l'Irlande ? Surtout déprimant en fait. J'avais clairement le mal du pays moi, l'Angleterre ainsi que l'Allemagne me manquaient atrocement.
Ennio

Ennio
MESSAGES : 1355
AGE : 31
LOCALISATION : london, uk
EMPLOI : anthropologue social et culturel
POINTS : 101

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyJeu 21 Juin - 20:29

À mon tour, j'écoute ce qu'Andreas a à dire. On s'était déjà adressé une ou deux fois la parole jusque là, mais je ne connaissais réellement le personnage que de réputation, et j'avais horreur de me faire un avis sur les gens à partir de on m'a dit que. Je l'avais découvert con, prétentieux à l'extrême et pervers à travers les autres. C'était sans doute une partie intégrante de lui, car sinon il n'aurait pas à se traîner des critiques pareilles, mais là, tout de suite, je ne le trouvais pas aussi désagréable que ça. Faut croire qu'il n'était pas que relou et insupportable. Rien qu'à sa première réplique, je me sens obligé d'en placer une. « C'est marrant de t'entendre dire ça alors que tu donnes l'impression d'être le mec qui n'a rien à prouver à personne » je hasarde, un vague sourire sur les lèvres. Je parlais en connaissance de cause. Si j'estimais que je n'avais de comptes à rendre qu'à moi-même et que les autres pouvaient bien aller se faire foutre, ce n'était pas forcément, voire pas du tout, l'image principale que je renvoyais de moi, volontairement ou non. Je suppose que c'était son attitude peut-être parfois un peu méprisante qui donnait ce sentiment. Bref, à nouveau, je ferme les lèvres et l'écoute. Malgré l'envie qui me démangeait de rétorquer quelque chose lorsqu'il parlait de la thune, je me retins. On avait beau avoir des opinions radicalement opposées à ce sujet, j'avais pas envie de me la ramener pour rien. Si, si, c'était possible. De plus, je pouvais comprendre la peur de certaines personnes quant à se retrouver à la rue. C'était normal, dans un sens. N'avoir rien, c'était pas facile. C'était ce que je me disais pour essayer de comprendre son point de vue. Comme je l'avais deviné, effectivement, le concept de télé-réalité ne lui plaisait pas plus qu'à moi, et pour une fois, nos avis convergeaient, si ce n'est que je n'étais peut-être pas aussi radical. « Viens voir la Belgique, un de ces jours, tu verras ce que c'est, un pays dégueulasse. » J'esquisse un sourire ironique, tire une taffe. Moi j'le trouvais pas si mal, le décors. Ça dépendait où on se trouvait, certes, mais des remparts, la vue était quand même pas mal. D'ailleurs, putain, vu le temps qu'il faisait ici, en Irlande, j'osais même pas imaginer, chez moi. À nouveau, je tire un long cou, penche légèrement la tête vers l'arrière, expire en une multitude de petits ronds de fumée. Finalement, je le regarde une seconde. « Envoie-moi chier si tu veux, mais... Est-ce que t'es heureux, Andreas ? Pas là, tout de suite, mais en général. » J'étais curieux. Moi, j'en avais rien à foutre d'être heureux ou non. C'était pas un concept qui m'attirait plus que ça, simplement parce que j'en trouvais la monotonie désespérante. Mais j'avais compris depuis longtemps que ma façon de penser et de raisonner était assez étrangère à celle de la plupart des gens. Je fronce légèrement les sourcils, espérant ne pas avoir l'air d'un de ces cons niais qui recherchaient à tout prix le bonheur, espérant que ça ne me fasse pas passer pour ce que je n'étais pas, genre un assistant social qui voulait à tout prix le faire renouer avec ses démons du passé. Non, j'étais vraiment pas là pour ça. Mais j'étais curieux de savoir ce que pouvait bien en penser ce personnage. Et aussi, j'avais l'impression qu'on n'avait pas du lui poser souvent la question.
Andreas

Andreas
MESSAGES : 1947
AGE : 32
LOCALISATION : from BRISTOL to MUNICH
EMPLOI : FOOTEUX
POINTS : 723

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) Empty
MessageSujet: Re: Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)   Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34) EmptyVen 22 Juin - 0:57

Ce qui m'avait poussé à participer à cette télé-poubelle ? Mais c'était simple comme bonjour, juste la volonté de prouver certaines choses à une certaine personne. Et pas des moindres. Il était certain que mon père me sous-estimait beaucoup trop aujourd'hui et que je me devais de lui ouvrir un peu les yeux maintenant. Je n'avais rien d'un incapable ni d'un bon à rien, comme il se plaisait pourtant à le dire à chaque fois que l'occasion s'y prêtait. « C'est marrant de t'entendre dire ça alors que tu donnes l'impression d'être le mec qui n'a rien à prouver à personne » rétorqua-t-il. Bah de toute évidence, il ne fallait pas se fier aux apparences ni à la première impression que je pouvais donner de moi. Mais quand je disais prouver quelque chose à quelqu'un, c'était une façon de dire faire fermer sa grande gueule à quelqu'un. Mais j'allais peut-être pas m'étendre sur le sujet. Après quoi j'aurais droit à diverses questions auxquelles je n'avais pas forcément envie de répondre. Une chose était sure, je n'étais certainement pas présent dans ce château pour profiter de la beauté du paysage. De vous à moi, l'Irlande ne me faisait vraiment pas tripper. Loin de là. « Viens voir la Belgique, un de ces jours, tu verras ce que c'est, un pays dégueulasse. » Ainsi donc monsieur était belge. Et bien je venais de l'apprendre. La Belgique je ne connaissais pas, néanmoins c'était très proche de l'Allemagne. Que dis-je, c'était juste à côté. Mais non, je ne prévoyais pas de m'y rendre prochainement. Un jour, peut-être... « Envoie-moi chier si tu veux, mais... Est-ce que t'es heureux, Andreas ? Pas là, tout de suite, mais en général. » Je tirai une bouffée de ma clope tout en l'écoutant, perplexe. Si j'étais heureux genre, dans ma vie de tous les jours ? Mais c'était quoi cette question au juste ? Rares étaient ceux qui me l'avaient un jour posée. Peut-être même était-il le premier en fait... Je ne m'en souvenais plus et ne cherchais pas à le savoir sur le moment. Là il me fallait surtout trouver de quoi lui répondre. « Selon toi est-ce que le fait d'être en accord avec moi-même, de ne penser qu'à ma gueule et de ne pas porter le moindre intérêt aux critiques des autres fait de moi un homme heureux ? » Je ne saurais définir le bonheur là tout de suite. Peut-être bien que j'étais heureux, ouais, ou peut-être que je ne l'étais pas. J'avais pourtant tendance à me considérer comme tel, mais il me foutait le doute là. C'est quand on se questionne réellement à propos de quelque chose qu'on remet tout en cause.
 

Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Swag is for boys, class is for men (20/06, 15h34)
» X-Men: First Class Rpg
» Nils Relationships || You like Swedish boys ?
» 01. Boys don't cry | Chambre étudiante de Stevie Evans
» Auberge volume 2 - SWAG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE TROIS :: SAISON 7 :: Extérieur-