GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Esther

Esther
MESSAGES : 3318
AGE : 29
LOCALISATION : dublin.
EMPLOI : maman à temps plein.
JUKE BOX : ARCADE FIRE - my body is a cage. KANYE WEST FT. JOHN LEGEND - blame game. ELLIE GOULDING - guns and horses. EMPIRE OF THE SUN - walking on a dream. BON IVER - can't make you love me. DRAKE - take care. SKRILLEX - scary monsters and nice sprites. LYKKE LI - get some. ED SHEERAN - kiss me.
POINTS : 866

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: cooper
Voir le profil de l'utilisateur

I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]   I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 EmptySam 14 Avr - 6:24

Non pas qu’en réalité, cela me dérangerait qu’il ait une colocataire, mais c’est tout de même bien de le savoir, avant de débarquer chez lui. Pourtant, je me dit qu’il en aurait tout de même glissé un mot. Et puis, je dis plutôt ça à la blague, mais ça je crois qu’il l’a bien remarqué vu le rire qui s’échappe de ses lèvres. « Une fille, un mannequin j'crois mais pas sûr, j'étais tellement absorbé par son décolleté que j'ai oublié de demander. » Je relève la tête vers lui, ouvrant la bouche de façon à être faussement offusquée. Ouais, non, je ne suis pas crédible, comme toujours, mais c’est pas bien grave. « Ouais bah son décolleté va se retrouver à la rue. C’est moi qui te le dit ! » dis-je en haussant un sourcil, un peu plus sur de moi cette fois-ci, un sourire en coin apparaissant sur mes lèvres. Je sais bien qu’il plaisante, c’est ce que je fais aussi, mais à un certain point, je crois que mon ton ce veux quelque peu possessif. Enfin, c’est pratiquement rien, mais juste d’imaginer Connor avec une autre fille en ce moment générait une once de jalousie en moi. Mais disons que c’est un peu con de penser ainsi, surtout là maintenant alors que je me retrouve sur lui pratiquement nue. Je souris finalement franchement, me trouvant vraiment ridicule avant de reporter mon attention sur son torse, mes lèvres se faisant un plaisir de couvrir chaque parcelle de peau qui se trouvent sur leur chemin. Je soulager de constater que Connor n’est pas réticent à mes caresses, surtout lorsque j’approche ses cicatrices. C’est qu’à un certain point, il me fait confiance et de savoir cela me rassure. C’est pourquoi je ne cesses d’embrasser son torse, descendant de plus en plus ma bouche se traçant un chemin sur son ventre. Je relève les yeux une dernière fois vers lui, le regard remplie de malice et un sourire aux lèvres, alors que je me faufile plus bas, mes lèvres brûlant sa peau de baiser, sur son ventre puis son bas-ventre, devant cependant m’arrêter au niveau de l’élastique de son sous-vêtement. mes doigts viennent caresser doucement et sensuellement le bas de son ventre, venant finalement se glisser lentement sous le bout de tissus où je pouvais clairement me rendre compte que tout cela ne laissait pas indifférent le jeune homme. C’est moi ou il faisait terriblement chaud là dessous ? Je n’en pouvais simplement plus. Et à entendre les soupirs de Connor, lui non plus. Alors que je m’occupais de passionnantes caresses qui arrachait les dit soupirs, je décide de finalement lui retirer son sous-vêtement, faisant la même chose avec le mien qui ne serait qu’encombrant dans quelques minutes. Puis je décide de remonter lentement et sensuellement, mon corps tout contre le sien avant de reprendre ma place initiale au dessus de lui, ma main se glissant derrière sa nuque pour l’attirer vers mon visage, ne tenant plus, ayant terriblement besoin de l’embrasser fiévreusement. Je sentais mon coeur battre à une vitesse à tout casser, alors que nos deux intimités se pressaient l’une contre l’autre. J’avais tellement et terriblement envie de lui, la même obsession que lors de notre escapade dans la chambre secrète venait de me prendre au ventre. Alors que nos langues ne semblent ne plus vouloir se séparer et que notre respiration se fait de plus en plus difficile, je recule de seulement un centimètre mes lèvres. « Et si... et si quelqu’un entre ? » dis-je dans un souffle contre ses lèvres, retournant automatiquement prendre possession de celles-ci, comme si je venais de ne rien dire. J’avais envie de me frapper mentalement d’avoir dit cela, parce que tout mon corps en entier me criait de me la fermer en ce moment même. Non, mais faut profiter du moment et arrêter de se prendre la tête toujours. Mais y’a ma raison qui me dit que je n’ai pas trop envie de me faire surprendre par un des candidats dans une position compromettante. C’est chiant, vivre avec d’autres personnes lorsqu’on veut un peu d’intimité tout de même. Merde, je ne sais plus quoi faire. Mais j’en connais un qui ne doit pas beaucoup m’aimer à ce moment même, surtout dans la position où nous sommes. En même temps, le désir est tellement fort que je ne peux pas croire que nous n’allons nous arrêter là. Et la couette nous cachait... Nous aurions juste à nous arrêter si quelqu’un se pointait le bout du nez. « Oublie ça... » murmurais-je à nouveau contre ses lèvres, toujours quelque peu incertaine, mais collant de plus belle mon corps contre le sien prête à lui appartenir en entier.
avatar

Connor
MESSAGES : 4776
AGE : 35
LOCALISATION : DUBLIN, IRLANDE
EMPLOI : PDG CONNELLY INC.
CITATION : REALITY MEANS YOU LIVE UNTIL YOU DIE, THE REAL TRUTH IS NOBODY WANTS REALITY
JUKE BOX : ANBERLIN, THE CRANBERRIES, U2, R.E.M, OASIS, NIRVANA, SIMPLE MINDS, GOO GOO DOLLS, SYSTEM OF A DOWN, THE SMITH
POINTS : 4978

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: rory, siomha
Voir le profil de l'utilisateur

I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]   I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 EmptySam 14 Avr - 19:52

Esther est jalouse intéressant, ça le fait sourire même si je sais qu'elle plaisante tout autant que moi, son ton ne trompe pas. Quelque peu possessive la jolie blonde, c'est bon à savoir. De toute façon je le suis aussi alors bon c'est pas comme si ça me dérangeant plus que cela, au contraire je trouve ça plutôt flatteur jusqu'à un certain point. Qu'est ce que je fais ? Je continue sur ma lancée attisant un peu plus la flamme ou je lui dis la vérité. Hum. C'est pas forcément facile de réfléchir correctement avec elle qui parsème mon corps de baiser, y'a mieux pour se concentrer. Je ne suis pas entrain de me plaindre au contraire par ailleurs. « oh comme tu es mignonne mais la seule qui pourrait se balader en petite tenue chez moi c'est ma sœur. Ouais on est un peu exhibitionniste sur les bords dans la famille, du coup je pense que tu vas pouvoir supporter non ? » Je souris malicieusement, il serait préférable que la petite ne squatte pas tout le temps d'ailleurs mais en théorie elles devraient pouvoir se supporter. Et sinon, ouais non y'a air de sinon. Elle prend possession de mon corps que je lui laisse volontiers, ses lèvres s'aventurant à divers endroits me procurant un plaisir qu'il m'est devenu impossible de dissimuler à présent. J'ai même l'esprit tranquille lorsqu'elle s'approche de mes cicatrices, comme si de rien était. Mon cœur bat la chamade lorsqu'elle s'approche de mon boxer, elle lève les yeux vers moi à ce moment là, ce qui accentu mon sourire même si je ne m'attends pas forcément à ce qu'elle s'apprête à faire. Le désir est tel que j'ai l'impression de ne plus pouvoir respirer, la chaleur qui émane de nos deux corps est quasiment insupportable et la couette qui nous recouvre n'aide clairement pas. Tel un charbon ardent j'ai l'impression de m'enflammer littéralement à mesure qu'elle intensifie ses caresses. Et puis elle s'arrête, j'ai envie de hurler mais lorsque je sens mon caleçon glisser le long de mes cuisses, un sourire se dessine sur mes lèvres. Esther remonte ensuite doucement si bien que nos corps s'effleurent sensuelement. Elle retrouve sa place sur moi et je me redresse à sa demande pour l'embrasser tandis que mains se faufilent dans sa chevelure dorée. Nos lèvres s'étaient retrouvés tout comme nos langues qui s'amusent à danser l'une avec l'autre, s'élançant dans une chorégraphie qu'elles maîtrisent à la perfection. Oui bon c'est le moment où on est censé ne faire plus qu'un là non ? Parce que j'sens qu'elle en a clairement envie et il n'y pas de doute à avoir concernant la mienne d'envie. Et vu dans la position où on est là maintenant, un léger mouvement et hop. Sauf qu'elle interrompt le baiser pour me poser une question qui ne m'avait pas réellement traversé l'esprit. « On s'en fout non ? » J'réponds avec spontanéité, en détachant de ses lèvres qu'elle a repris aussitôt. Mais visiblement on ne s'en fiche pas puisque sinon elle ne poserait pas la question. Merde. Hum. « Si tu cries fort, ils devraient comprendre au pire. » Je souris avant de retrouver ses lèvres que je mordille doucement. Pas sûr, peut être qu'ils s'inquiéteraient et qu'ils rappliqueraient. « Ou au pire... j'peux envoyer un message ... par transmission de pensée à Syssoï ... qui veillerait à ce que... personne ne nous ... interrompe. » Je souffle contre ses lèvres, tandis que je l'embrasse par intermittence. Qu'est-ce que j'peux en dire des conneries moi. Non mais j'prends ça à la légère, mais au pire, on avisera non ? Oui parce que je me vois mal m'arrêter là, maintenant dans ces conditions. Et puis après, elle me dit d'oublier. Ouf. Elle finit par se coller totalement contre moi, s'offrant d'elle même à moi pour mon plus grand plaisir. Cette union de nos deux être n'avait rien de comparable à la toute première fois, la découverte avait disparu pour laisser place à une envie irrépressible d'assouvir un désir, un besoin qui résultait d'une nécessité absolue. Mes mains ne pouvaient se détacher du corps d'Esther qu'elles parcourent avec douceur, geste qui contrastent totalement avec la fougue et la passion qui nous animent actuellement. J'ai l'impression que mon coeur ne pas tenir la cadence, qu'il va finir par s'expulser de ma cage thoracique tandis que j'ai le souffle cours. Ma respiration est saccadée mais je n'arrive pas à me détacher des lèvres de la jeune femme.
Esther

Esther
MESSAGES : 3318
AGE : 29
LOCALISATION : dublin.
EMPLOI : maman à temps plein.
JUKE BOX : ARCADE FIRE - my body is a cage. KANYE WEST FT. JOHN LEGEND - blame game. ELLIE GOULDING - guns and horses. EMPIRE OF THE SUN - walking on a dream. BON IVER - can't make you love me. DRAKE - take care. SKRILLEX - scary monsters and nice sprites. LYKKE LI - get some. ED SHEERAN - kiss me.
POINTS : 866

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: cooper
Voir le profil de l'utilisateur

I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]   I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 EmptySam 14 Avr - 21:25

« oh comme tu es mignonne mais la seule qui pourrait se balader en petite tenue chez moi c'est ma sœur. Ouais on est un peu exhibitionniste sur les bords dans la famille, du coup je pense que tu vas pouvoir supporter non ? » Je souris un peu plus en l’entendant, préférant grandement savoir que sa petite soeur traînerait dans les parages qu’une belle et grande mannequin avec un énorme décolleté. Non, mais à choisir, je prend sa soeur hein ! « Oui, je vais supporter sans problème. » dis-je en séparant mes lèvres de sa peau le temps de quelques secondes pour lui offrir un sourire, avant de retourner à mon occupation principale, qui devrait lui faire enlever sa soeur de la tête. Alors que mes baisers se font des plus passionnés et démontrant tout le désir que mon corps ressent pour lui à l’instant même. Que nos corps sont sur le point de ne faire qu’un et que mes lèvres dévorent les siennes, un instant de lucidité me passe à l’esprit et je décide de lui en faire part. On s’en fout. Hum... ouais... non. Je ne suis pas aussi exhibitionniste que lui moi, ça me dérange un peu de me faire surprendre en pleine partie de jambes en l’air. « Si tu cries fort, ils devraient comprendre au pire. Ou au pire... j'peux envoyer un message ... par transmission de pensée à Syssoï ... qui veillerait à ce que... personne ne nous ... interrompe. » Je ris faiblement contre ses lèvres en l’entendant, laissant mes mains parcourir avec tout autant d’envie sur son corps. Déjà, on oublie le fait de crier fort, ça ne serait pas des plus discret et je doute que cela éloigne les candidats restant. Y’a des petits pervers parmi nous, s’il ne l’avait pas encore remarqué. Oh et puis merde, nous ne pouvons simplement pas nous en arrêter là, cela relèverait de la terrible torture autant pour lui que pour moi. C’est pourquoi dans un mouvement lent mais passionné, je me colle à lui en entier afin d’offrir mon corps au sien. J’en perd pratiquement tous mes moyens, alors des soupirs de plus en plus fréquent s’échappent de mes lèvres pour s’écraser sur les siennes, le plaisir gagnant chaque centimètre de mon corps. Alors que cette échange est charnel et passionnel, ses mains sur mon corps ses font douces et tendres. Je m’accroche à ses épaules pour l’entraîner dans un mouvement , roulant sur le côté pour finalement changer les rôles, me retrouvant sous son corps, mes mains allant caresser son dos jusqu’à ses ses fesses avec fougue. Mes lèvres se détache pour aller se réfugier dans son cou, alors que le plaisir devient beaucoup trop intense après un long moment, mes ongles se plantant légèrement dans son dos, un gémissement allant s’écraser dans son cou, gémissement que j’avais voulu taire, mais dont je n’avais pas réussit. On repassera pour la discrétion, hm. Le corps encore crispé sous l’effet du plaisir plus qu’intense qui venait de traverser mon être, je dépose un baiser au creux de son cou avant de me laisser échouer contre le matelas, complètement vidé de tout énergie. Ma main caresse tendrement son dos à l’endroit où j’y ai planté mes ongles, tournant légèrement la tête pour pouvoir capturer son regard d’une si grande profondeur. Je lui souris, essayant tant bien que mal de reprendre ma respiration, mon coeur ne voulant pas arrêter de battre aussi vite. « J’exige ce genre de partie de pictionnary au minimum une fois par jour... » murmurais-je, laissant un rire léger s’échapper de mes lèvres. Dire que cette histoire de pictionnary était partie d’une simple blague entre nous. Cela avait un tout autre sens à nos yeux maintenant. « Je vais t’épuiser... » ajoutais-je les yeux brillant de malice, mais tout aussi de désir pour lui. Et puis, de toute façon, quel homme n’aimerait pas entendre de tels paroles. Je ne crois pas qu’il allait être le premier à ce plaindre de tout ça.
avatar

Connor
MESSAGES : 4776
AGE : 35
LOCALISATION : DUBLIN, IRLANDE
EMPLOI : PDG CONNELLY INC.
CITATION : REALITY MEANS YOU LIVE UNTIL YOU DIE, THE REAL TRUTH IS NOBODY WANTS REALITY
JUKE BOX : ANBERLIN, THE CRANBERRIES, U2, R.E.M, OASIS, NIRVANA, SIMPLE MINDS, GOO GOO DOLLS, SYSTEM OF A DOWN, THE SMITH
POINTS : 4978

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: rory, siomha
Voir le profil de l'utilisateur

I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]   I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 EmptySam 14 Avr - 23:37

J'suis pas trop étonné lorsqu'elle me dit qu'elle supportera ma petite soeur, bien mieux qu'un mannequin en tout cas. De toute façon j'aime pas les mannequins, trop fade, trop superficielle, trop. Trop quoi. J'ai bien envie de dire qu'on est sûr de rien et que la naine à une caractère aussi merdique voir pire que le mien néanmoins je m'abstiens puisque de toute évidence, c'est pas trop le moment de parler de ma soeur. D'ailleurs, j'vois bien qu'on ne partage pas le même point de vue vis à vis des autres et du fait de se faire surprendre. Clairement pas, vu son air. Oui bon j'sais que j'ai été quelque peu impulsif dans ma réponse, et le on s'en fout était sûrement plus un je m'en fous. D'ailleurs, j'pense que mes conneries ont été les bienvenues finalement, ouais c'est totalement mon genre d'interrompre ce qui s'apprête être une partie de jambe en l'air pour raconter de la merde. Peut être pour dédramatiser les choses et visiblement ça fonctionne puisqu'elle rit et qu'elle reprend où elle s'était arrêté, allant même au delà, au bout des choses. Mon corps tout entier brûle pour Esther dont les soupirs s'accordent avec mes coups de bassin. J'alterne moi même entre baisers et soupirs, tandis que mes mains caresse le corps de la jeune femme, de haut en bas, doucement, délicatement. Et puis, dans un mouvement contrôlé, on bascule sous l'impulsion d'Esther qui me surprend d'ailleurs si bien que je me retrouve au dessus à présent. C'est à son tour de parcourir mon corps de ses caresses, ce qui me procure des frissons instantanément, contrastant totalement avec le charbon ardent qu'est mon être tout entier. Les soupirs se transforment en gémissement, les caresses en griffures particulièrement délectables. La respiration haletante, je soupire finalement lorsqu'Esther s'écrase contre le matelas tandis que je dépose ma tête contre l'épaule de la jeune femme afin de respirer un peu plus profondément, en profitant pour déposer quelque minuscules baisers sur son épaule. Sa main vient caresser ma peau meurtrie tout en douceur alors que nos regard se captent à nouveau, on se sourit instantanément. J'sens son corps battre à tout rompre contre mon torse dont l'allure est identique à celle du mien, quant à la couette, je m'en débarrasserais bien volontiers si nous n'étions pas nu puisque la chaleur qui émanait de là dessous était presque insupportable. « Tout ce que tu veux mon ange... » Je souris, oui ça surtout, et puis je dépose un minuscule baiser contre ses lèvres, bref mais intense avant de m'écrouler à ses côtés. Je ne peux m'empêcher de rire lorsqu'elle dit qu'elle risque de m'épuiser. Je l'observe à nouveau me plaçant sur le côté mon torse contre son flan, mes iris ancré dans les siennes. « Je te rappelle que je me suis reposé durant dix ans, c'est toi qui risque d'être épuisée. » Je me mordille la lèvre, doucement, puisque finalement elle va finir par me tuer, j'suis plus aussi fougueux qu'il y a dix ans malheureusement, mais bon ça va, j'suis pas non plus entrain d'agoniser. J'caresse doucement son visage du bout des doigts, mon regard se fait beaucoup plus tendre. « Tu es vraiment sûr de vouloir venir chez moi ? Tu vas pas regretter ? Et ton travail, tes amis, j'veux pas que tu regrettes ton choix, vraiment pas... » Je murmure avant de l'embrasser une nouvelle fois, bien sûr que j'serais sûrement déçu qu'elle me dise qu'elle doit y réfléchir encore que c'est trop précipité, j'pourrais comprendre. J'pense...
Esther

Esther
MESSAGES : 3318
AGE : 29
LOCALISATION : dublin.
EMPLOI : maman à temps plein.
JUKE BOX : ARCADE FIRE - my body is a cage. KANYE WEST FT. JOHN LEGEND - blame game. ELLIE GOULDING - guns and horses. EMPIRE OF THE SUN - walking on a dream. BON IVER - can't make you love me. DRAKE - take care. SKRILLEX - scary monsters and nice sprites. LYKKE LI - get some. ED SHEERAN - kiss me.
POINTS : 866

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: cooper
Voir le profil de l'utilisateur

I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]   I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]] - Page 2 EmptyDim 15 Avr - 8:17

J’ai de la difficulté à reprendre mes esprits, tant tout cela releva d’un intensité inconnue. Mais ô combien agréable. Cela ne s’explique pas. Lui et moi, ensemble, il n’y a pas de mot pour décrire cette relation, sauf peut-être l’intensité. Mais à un certain point, nous savions qu’il y a la stabilité qui n’est pas très loin. C’est une sorte d’équilibre, comme deux être qui n’attendait que cela, se trouver pour mieux se sentir. C’est l’impression que j’ai alors que j’ai peine à retrouver ma respiration. Son corps se sépare du mien après un vif baiser, pour seulement quelques secondes, puisqu’il ne tarde pas à retrouver le contact contre ma peau. Mon visage tourné en sa direction, je ne peu m’empêcher de le regarder, le dévisager tellement je le trouve beau. Je ne manque pas de lui confier qu’il devra me combler au minimum une fois par jour. J’étais tout de même exigeante dans le domaine, il allait bien vite s’en rendre compte. « Tout ce que tu veux mon ange... » Je le regarde, un sourire s’étirant sur mes lèvres, alors que je retourne mon corps pour mieux lui faire face. « Tout, tout ce que je veux ? Je risque d’en profiter... » dis-je dans un souffle en le regardant malicieusement, ayant envie de reprendre possession de ses lèvres fougueusement. « Je te rappelle que je me suis reposé durant dix ans, c'est toi qui risque d'être épuisée. » Mon sourire s’agrandit, mon doigt se déposant sur son torse, traçant un chemin doucement et sensuellement vers son bas ventre. « D’accord... On peut recommencer maintenant si tu veux... » murmurais-je de façon aguicheuse, déjà prête à recommencer, alors que je n’avais pas encore totalement repris ma respiration normale. Lui non plus d’ailleurs. Puis, dans un regard tendre, il en vient finalement à me demander si je ne risque pas de regretter mon choix, comme si venir habiter à Dublin n’était pas la meilleure chose pour moi. Il était vrai qu’une telle décision, en temps normale, me demanderait beaucoup plus de réflexion. Mais drôlement, je n’avais pas trop envie de me poser une tonne de questions, à savoir si je prenais réellement la bonne décision. « Un boulot ça se retrouve... Je pourrai reprendre mes études d’infirmière ici, si je le veux. Et des amis, j’en ai quelques uns, mais pas énormément non plus. Et plus, on va bien aller en vacances en France une fois de temps en temps. Je sais que c’est complètement fou comme décision. Que jamais je n’aurais fait ce choix dans d’autres conditions. » Et c’était vrai, si un ancien copain m’avait demandé de venir vivre avec lui, j’aurais surement prit beaucoup de temps à y réfléchir, même si nous aurions habité la même ville. C’était simplement différent avec Connor. « Mais je crois que je n’ai jamais été aussi certaine de quelque chose. Vouloir être avec toi tout le temps. Dormir avec toi. Me réveiller à tes côtés. Faire l’amour avec toi. Non, sérieusement, je ne crois pas pouvoir regretter une telle décision. » dis-je finalement, ne le lâchant pas des yeux, voulant qu’il comprenne à quel point sa présence m’était maintenant essentielle et ce, de jours en jours. Si au début, le simple fait de me retrouver près de lui m’apaisait, que par la suite, un contact physique était nécessaire, maintenant, c’était beaucoup plus que ça. C’était plus que physique, bien que cet aspect n’avait pas disparue. Non, c’était aussi psychologique. Je me sentais complète lorsque je l’avais près de moi, lorsqu’il m’embrassait, lorsqu’il prenait possession de mon corps. Nous ne pouvions plus retourner en arrière, de toute façon, je n’en avais aucunement envie. Je voulais être à ses côtés, un point c’est tout. Mes lèvres retournèrent naturellement vers les siennes, prouvant une fois de plus ce que je venais de lui avouer, voulant une fois de plus qu’il comprenne par mes baisers passionnés à quel point il me rendait heureuse. Parce que bien sérieusement, il y avait longtemps que je ne m’étais pas sentit aussi bien dans ma peau. Que je n’avais pas ressentit ce sentiment de bien être me gagner en entier. Et c’était grâce à lui. Tout cela était grâce à Connor.
 

I know I'm right where I belong something from nothing never proved me wrong. [09/04/12 à 3h34]]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» I Belong To You [PV]
» Fanny Maurer ♥ Can we just for a night, let the stars decide where we belong ?
» Fili • I belong with my brother
» You belong to me tonight boy, i been looking for a real love
» Noham M. Bowers • "We're going back where we belong"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE DEUX :: SAISON 6 :: Intérieur-