GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 like resignation to the end ► 10/04 - 14H07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ruben

Ruben
MESSAGES : 1738
AGE : 40
LOCALISATION : CELBRIDGE, IR
POINTS : 134

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 2:13

    Moore

CUISINE ; MARDI 10 AVRIL - 14H07

Qu'on se le dise, je n'avais pas l'intention de bouffer quoi que ce soit. Non je n'avais pas faim, pas soif, pas besoin de quelque chose en particulier provenant de cette cuisine. Et pourtant je m'y étais rendu, cet après-midi, avec quelque chose de bien précis en tête. Pour comprendre, il fallait s'être trouvé quelques minutes plus tôt, aux alentours de quatorze heures, dans le salon. J'y étais en effet assis, feuilletant un magazine et sirotant un verre de menthe à l'eau, pour changer, quand j'avais soudainement surpris Moore passer devant la porte de ce salon, se dirigeant vers ce qui semblait être la cuisine. Nous ne nous étions pas parlé depuis quasiment une semaine. C'était très long, trop long pour moi. J'avais besoin que l'on revienne sur cette histoire de rupture, quitte à évoquer une nouvelle fois des sujets on ne peut plus délicats. Ainsi donc j'avais subitement lâché mon magazine et mon verre, posant ceux-ci sur la table basse, avant de prendre la direction de la cuisine. Je m'arrêtais net devant la porte de celle-ci, et pris une grande respiration. Puis je sautai le pas. Ma main vint se poser sur la poignée, et j'entrai finalement dans la pièce où, comme je m'en doutais, j'allais pouvoir trouver Moore. Celle-ci était assise sur l'un des tabourets, accoudée sur un comptoir. Ni une ni deux, je m'approchai d'un pas décidé du centre de la pièce avant de me placer de l'autre côté du comptoir, juste face à elle. « Je crois qu'il faut qu'on parle. Rectification : je veux qu'on parle. » Oui parfaitement, je voulais que les choses soient mises au clair entre nous deux. Elle voulait rompre, l'avait déjà fait d'ailleurs, d'accord. Mais je tenais à avoir de plus amples explications. Et que ce soit bien clair, j'étais loin d'accepter sa décision. J'espérais même la faire revenir sur celle-ci mais chaque chose en son temps, comme on dit.
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 33
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 2:57

C'est quand même moins drôle quand on est éliminés hein.. Mais bon je suis tout de même ravie de rester pour certaine choses. Pour d'autres moins. Ruben par exemple parce que je sais qu'il va essayer de me parler et je préférerais que les choses en reste là ce serait tellement plus facile. Parce qu'il se passe pas une seule seconde sans que je regrette ma décision. Parce que maintenant que j'ai goûté à ses bras, à ses lèvres, à sa présence j'ai encore du mal à m'en passer. Alors ne plus le voir aurait faciliter les choses. Mais non.. les choses ne sont de toute manière jamais simple. Mais jusqu'ici j'ai réussis à l'éviter. C'était de justesse hier alors que je jouais à où est Franckie. Mon jeu favoris au passage. Je suis tombé nez à nez sur lui alors qu'il entrait dans la cuisine et que moi je me trouvais sur le pas de la porte. Je l'ai esquivé et tout bonnement fuit comme la peste c'était beau. Mon meilleur moment je vous assure. Je suis sur le balcon entrain de fumer une clope quand je me décide à aller manger quelque chose. J'ai pas encore manger et comme je petit déjeune pas et bien la faim se fait bien ressentir, quel beau chant que donne mon ventre n'est-ce pas ? Je descends pied nue vêtu d'un jean et d'un tee-shirt ample laissant voir mon épaule nu de toute bretelle encombrantes. Je passe devant le salon sans m'y attarder ne remarquant pas l’objet de toute mes fuite assis sur un canapé et surtout le regard qu'il me porte. J'entre dans la cuisine et met ma tête dans le frigo je trouve une part de quiche lorraine je crois d'après ce qu'on m'a dit. Hm, c'est pas à moi maintenant c'est à moi. Je sors l'assiette et la met à chauffer au micro onde. J'ai à peine le temps de la sortir de prendre une fourchette et de m’asseoir dos à la porte sur un des tabouret que j'entends la porte s'ouvrir. J'ai pas l'intention de me retourner pour savoir de qui il s'agit. Mais rapidement je sens cette odeur que je reconnais à des kilomètre. Mon cœur fais un bon. Merde je suis piégé. Je vais pas m'arrêter de manger non plus non ? Il se met face à moi. Il est déterminé, je pioche dans mon assiette en soupirant légèrement. « Je crois qu'il faut qu'on parle. Rectification : je veux qu'on parle. » Mes yeux vriller sur lui d'une manière impassible. Je vais pas lui monter que sa simple présence me fait mal non plus. Ce serais vache de ma part. « Et bien parles. » dis-je d'un ton plat et pas très avenant du coup. Je sous entends là dedans qu'il peut dire ce qu'il veut il n'est pas dit que je participe à la conversation. Parce que j'ai tout dis, j'en ai assez dis je crois. Mais je sais que s'il me pose des questions je vais avoir du mal à ne pas y répondre.
Ruben

Ruben
MESSAGES : 1738
AGE : 40
LOCALISATION : CELBRIDGE, IR
POINTS : 134

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 3:09

J'avais besoin d'en savoir plus, d'obtenir des explications, de voir si j'étais le seul à réellement mal vivre cette rupture ou si elle se trouvait véritablement dans le même cas que moi. Elle avait décidé de mettre un terme à notre histoire. Soit. Seulement elle n'allait certainement pas s'en tirer comme ça, car un Ruben blessé était avant tout un Ruben tenace, rancunier et terriblement têtu. En d'autres termes, elle pouvait toujours rêver pour ne pas m'avoir sur le dos. Je ne comprenais pas pourquoi nous en étions arrivés à ce stade là, pourquoi en à peine une heure passée dans la bibliothèque nous n'étions déjà plus ensemble. Je ne me considérais pas comme étant le mec le plus balaise de ce nid, loin de là, mais j'étais quand même loin d'être con. Donc à priori j'étais encore apte à comprendre les raisons qui l'avaient réellement poussée à me larguer. Ses arguments à deux francs, là, du style pas d'enfants, je suis trop jeune, je ne suis pas faite pour toi, je n'y croyais pas. Alors d'accord l'engagement lui faisait peur, mais était-ce une raison pour m'envoyer dans les choux, pour me faire souffrir comme elle l'avait fait mercredi dernier ? Il me semblait que non, je ne méritais pas ça. Je lui avais bien signifié le fait que je voulais qu'on parle, tous les deux. « Et bien parles. » Pour qu'elle reste muette et que je gaspille ma salive à n'être écouté par personne ? Non, je refusais de parler à un mur. Je voulais avoir droit à une discussion, une vraie. « Je t'arrête tout de suite, il n'est pas question que je mène un monologue pour ne pas t'entendre dire un mot. Assume tes actes pour une fois, merde. » Alors oui, je vous l'accorde, je me montrais très légèrement agressif. Seulement je voulais me faire entendre, et comprendre. Si c'était pour qu'elle ne dise absolument rien, je préférais encore partir. Quant au fait d'assumer ses actes, en était-elle réellement capable ?
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 33
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 3:23

Ce n'est pas que je ne voulais pas parler, c'est que je considérais que j'en avais assez dit et que maintenant c'était à son tour de me dire ce qu'il avait sur le cœur ce n'est pas pour ça qu'il est là peu être ? « Je t'arrête tout de suite, il n'est pas question que je mène un monologue pour ne pas t'entendre dire un mot. Assume tes actes pour une fois, merde. »  Je m'attendais à une réaction de ce genre alors je ne bronche pas. Même si ce qu'il dit me fait de la peine parce que justement j'assume tellement ce que j'ai fais que je fais tout pour m'en tenir. Et surtout j'assume toujours mes choix, je prends souvent la fuite c'est vrai mais quand je décide quelque chose c'est décidé. Et il le sait alors qu'il raconte pas de conneries. Je le regarde impassible jouant avec ma fourchette. Il aura droit au masque aujourd'hui. « Je pense que j'ai assez parlé comme ça non ? Si je dois réagir je réagirais mais je suis là pour écouter pas pour parler. Alors je t'écoutes. » En gros si je reste là au lieu d'aller manger ailleurs c'est parce que c'est important pour lui et que du coup pour une fois je vais écouter et me taire alors qu'il me fasse pas tout un foin parce que je lui ai dit de parler. Il est là pour ça non ? Alors qu'il parle bon sang avant que je ne perde patience. Je sais que je vais finir par m'énerver au court de cette conversation mais pas dès le début s'il vous plaît. Même si lui donne le ton d'une dispute intersidérale dès les premiers mots. On est adultes non ? Alors tant que t'en a aucune raison m'agresse pas coco et tiens toi à carreaux. Putain je la redoutais cette conversation. Mais je ne vais pas nier le faite qu'elle est nécessaire surtout pour lui, pour moi c'est décidé pour lui ce n'est pas encore intégré et il a du mal à l'avaler ce que je conçois totalement. J'aurais réagis pareil à sa place, mais il faut qu'il comprenne que c'est inévitable maintenant ou demain c'est pareil ça aurait été terminé un jour ou l'autre. Autant maintenant pour limiter les dégâts.
Ruben

Ruben
MESSAGES : 1738
AGE : 40
LOCALISATION : CELBRIDGE, IR
POINTS : 134

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 3:52

Il y avait selon moi pas mal de choses à mettre au clair avec Moore. Elle le savait aussi bien que moi, d'ailleurs. Seulement je craignais de devoir entreprendre un monologue, et que celle-ci ne vienne au final à ne pas dire un mot. Parce que bon parler, d'accord j'en étais capable, mais si je n'obtenais aucune réponse en retour je me sentirais très légèrement frustré, voyez-vous. « Je pense que j'ai assez parlé comme ça non ? Si je dois réagir je réagirais mais je suis là pour écouter pas pour parler. Alors je t'écoutes. » Mmm si elle le prenait comme ça, alors j'allais parler. J'allais parler car j'avais en effet bon nombre de choses à lui dire, des choses qui l'autre jour dans la bibliothèque n'étaient pas parvenues à sortir sous le coup de l'émotion mais qu'aujourd'hui je me sentais capable de lui dire. Par contre je doutais que cela puisse lui faire grandement plaisir, mais toute chose devait être dite selon moi, qu'importe que celle-ci puisse blesser. Et entre nous, Moore ne s'était pas gênée pour me blesser et me jeter comme une vieille merde mercredi dernier. « Bien. Tout d'abord j'aurais une question à te poser : ta décision est-elle irrévocable ? Je veux dire, y'a une chance, même minime, que tu reviennes dessus ou c'est mort et dans ce cas je prends même pas la peine de continuer cette conversation, je l'abrège illico ? » Oui, je pouvais paraître franchement pas indulgent pour le coup, mais je ne voulais pas me battre pour rien. Si je restais, c'était pour tenter de recoller les morceaux entre nous. S'il n'y avait plus d'espoir, il n'y avait plus d'espoir et dans ce cas je passerais mon chemin. C'était aussi simple que ça. Marre de souffrir, marre d'être incompris et surtout marre qu'on me prenne pour un con.
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 33
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 4:44

J'étais clair, calme et précise. Maintenant qu'il fasse comme bon lui semble. Et je crois que ça il l'a très bien intégré. « Bien. Tout d'abord j'aurais une question à te poser : ta décision est-elle irrévocable ? Je veux dire, y'a une chance, même minime, que tu reviennes dessus ou c'est mort et dans ce cas je prends même pas la peine de continuer cette conversation, je l'abrège illico ? » Je plisse des yeux et réponds du tac au tac d'une voix blanche. « Et bien tu peux passer ton chemin. » dis-je dans un premier temps avant de regretter aussitôt ce que je viens de dire. Ce n'est pas qu'il lui était impossible de me faire changer d'avis. Bien au contraire je sais qu'il en serait capable mais je ne veux pas qu'il me fasse changer d'avis. Parce que ça va finir mal de toute manière. Il a dit qu'il me voyait comme la femme de sa vie. Non, c'est une illusion je suis la femme de personne, je ne suis faite pour personne et ça il pourra pas dire qu'il n'a pas été prévenu. Je pose ma fourchette délicatement et dit quelque chose avant qu'il ne s'en aille. « Écoutes.. je ne veux pas que tu me fasse changer d'avis. Parce que.. Parce que c'est trop dur. » dis-je me forçant à ne pas déjà me laisser gagner par l'émotion alors toujours le masque, toujours la voix impassible qui doit sans doute l'énerver mais j'espère qu'il comprendra pourquoi je ne veux pas trop m'impliquer dans cette discussion : pour ne pas finir comme la dernière fois. Mais bon je ne suis plus certaine qu'il me comprenne toujours. Alors je vais lui expliquer une dernière fois. « Tu as dis que j'étais la femme de ta vie, tu as dis que tu veux des enfants, j'ai dis que je n'en voulais pas. C'est pas compatible. Alors oui certes si enfant il y avait ce serait pas pour demain, mais dans quelques années quand tu en voudras et que je n’accéderais pas à ta demande. Parce que c'est ce qu'il va se passer je vais te briser le cœur pire encore que maintenant et je veux te préserver de ça. Tu vas me dire que c'est à toi de décider de la façon dont tu veux vivre tout ça mais non j'ai mon mot à dire et je ne veux pas d'un drame de plus. » Ma voix se fait douce. J'espère qu'il va comprendre, je ne pense pas qu'il va l'accepter mais au moins qu'il essaye de comprendre ce que je veux lui dire, ce que je ressens. Que selon moi c'est le meilleur choix. Parce que comme ça il trouvera quelqu'un pour lui, quelqu'un de... plus.. de moins comme moi. Je plisse mes lèvres en attente d'une réaction que j'ai peur, parce qu'elle risque d'être violente. En parlant de ça, mes yeux vrillent sur son poing blessé. Je ne peux m'empêcher de tendre le bras pour prendre sa main dans les miennes et regarder de plus près. Je murmure. « Je suis désolée. » Je m'attends à ce qu'il la retire d'une seconde à l'autre.
Ruben

Ruben
MESSAGES : 1738
AGE : 40
LOCALISATION : CELBRIDGE, IR
POINTS : 134

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 5:00

« Et bien tu peux passer ton chemin. » Génial. C'était la réponse que je ne voulais surtout pas entendre. Elle voulait donc que je mette fin à cette discussion qui venait à peine de commencer, elle voulait anéantir tous mes espoirs, me briser une seconde fois le coeur histoire de s'assurer que je ne m'en relèverais pas ? Je m'apprêtais à tourner des talons, quand elle reprit soudainement la parole. « Écoutes.. je ne veux pas que tu me fasse changer d'avis. Parce que.. Parce que c'est trop dur. » Parce que c'est trop dur ? Et pour moi, ça n'était pas trop dur aussi peut-être ? Non, il n'y avait visiblement que pour mademoiselle que c'était trop dur. Moi on se foutait pas mal du fait que je le vive mal, que je n'en dorme plus la nuit depuis plusieurs jours. Allons bon, j'allais peut-être avoir droit aux explications que je souhaitais. « Tu as dis que j'étais la femme de ta vie, tu as dis que tu veux des enfants, j'ai dis que je n'en voulais pas. C'est pas compatible. Alors oui certes si enfant il y avait ce serait pas pour demain, mais dans quelques années quand tu en voudras et que je n’accéderais pas à ta demande. Parce que c'est ce qu'il va se passer je vais te briser le cœur pire encore que maintenant et je veux te préserver de ça. Tu vas me dire que c'est à toi de décider de la façon dont tu veux vivre tout ça mais non j'ai mon mot à dire et je ne veux pas d'un drame de plus. » Elle ne voulait pas d'un drame de plus... Et bien laissez-moi vous dire qu'elle s'y prenait comme un manche pour le coup. Parce qu'elle faisait de ma vie un drame, à chaque seconde qui passait. Elle ne cessait de me renvoyer nos différences en pleine tronche, et ça, c'était terriblement dur à admettre car oui, nos différents étaient un fardeau et représentaient un frein à notre relation. Elle se saisit ensuite de ma main, celle dont le poigné était encore bandé suite au petit incident de la bibliothèque. « Je suis désolée. » On aurait pu croire que je retirerais aussitôt ma main de la sienne... et c'est en effet ce qu'il arriva. Je repris brusquement possession de mon poignet qui me faisait encore souffrir. Je ne voulais pas de ses excuses également. « Garde tes excuses pour toi je te pries, ça vaudra mieux. » Elle n'avait pas besoin de s'excuser voyons, elle me brisait le coeur, alors à priori elle pouvait très bien se passer d'excuses après ça. Celles-ci paraissaient presque superflues d'ailleurs. « Tu te projettes trop dans le futur. Tu vois la fin de notre histoire avant même que celle-ci ne commence. C'est pas l'optimisme qui t'étouffe, hein. Et notre amour, t'en fais quoi ? Et mon espoir, mes sentiments, mes projets avec toi... je les fous aux chiottes, c'est ça ? » Qu'elle me le dise tout net, que je sois définitivement fixé. A l'entendre il semblait en effet que rien n'était possible entre nous, et pourtant je n'étais pas de cet avis. Mais pour construire quelque chose à deux, encore fallait-il que nous soyons tous deux certains de l'avenir de notre couple. Hélas dans l'histoire, j'étais encore le seul à y croire.
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 33
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 21:46

Je ne crois pas qu'il s'est rendu compte que dès le moment où j'ai pris sa main dans la mienne j'ai fais chuté toutes mes barrières, et mon masque aussi facilement qu'un château de carte. Mais ça il le remarque pas bien entendu tout ce qu'il remarque c'est que j'ai pris sa main et que je me confond en excuse. Plus borné que lui ça n'existe pas. Impossible il ne regarde pas plus loin que jle bout de son nez il est persuader de me comprendre, mai non loin de là. Et d'ailleurs je croyais qu'il me comprenait aussi mais apparemment je reste une énigme pour lui.« Garde tes excuses pour toi je te pries, ça vaudra mieux. » Hm, il a reprit sa main. Je le regarde légèrement peiné. Je crois que je n'ai jamais été aussi sincère avec lui qu'aujourd'hui même, sans chichi ans rien de plus que moi et mes émotions que je lui laisse voir pour une fois. « Tu te projettes trop dans le futur. Tu vois la fin de notre histoire avant même que celle-ci ne commence. C'est pas l'optimisme qui t'étouffe, hein. Et notre amour, t'en fais quoi ? Et mon espoir, mes sentiments, mes projets avec toi... je les fous aux chiottes, c'est ça ? » Et là c'est bon je suis en colère comme il ose me dire ça ? Lui qui a décidé de parler d'avenir c'est lui qui c'est dit que c'était important et je me projette trop de la le futur il se fou de la gueule de qui là ? Il peut voir mon visage se déformer doucement par la colère. « Tu rigole j'espère ? » dis-je d'une voix forte mais sans crier. Je ne comprenais pas comment il pouvait me balancer ça en plein visage, alors que j'étais sincère, des plus sincère alors que je voulais le préserver d'une souffrance plus intense encore. «  Tu me reproche de trop me projeter dans le futur, toi qui m'a ériger femme de ta vie à seulement une semaine de vie en couple ? Toi qui a commencé à parler avenir et tout ce qui va avec ? Hein ? Sérieusement tu vas me reprocher ça alors que je vais dans ton sens ? T'es pas croyable... » D'un coup un peu brusque je pousse mon assiette mais trop fort si bien qu'elle atterrit au pieds de Ruben et se brise en mile morceaux. Je suis même pas désolé une seule seconde par ce geste. Je me calme et laisse mon regard se déposer sur le bois du plan de travail. « Tes projets ? Quelles sont te projets ? » dis-je d'une manière sarcastique. Puis je le regarde un regard glacial. «On va habiter ensemble dans quelques temps, ensuite tu va vouloir qu'on se marie. Et si j'accède à tout ça. Tu vas te dire, hm pourquoi pas le enfants. Et je vais dire non. Et même si je disais oui, ça fera de moi la femme la plus malheureuse au monde. Parce que je vais échouer. Quel beau projet d'avenir.. A croire que Cupidon n'avait pas tord on va finir malheureux, pauvre et alcoolique. » Je regarde ailleurs, je joins mes mains et joue avec mes ongles qui ont poussé quelque peut, je commence à gratter le vernis noir qu'il me reste sur les ongles. Il ne comprend pas que je fais ça par amour. Parce que si j'en avait rien à foutre je lui aurait dit. « Mais bien sur bébé on va y réfléchir mais pas pour l'instant. » Et j'aurais profiter de sa tendresse jusqu'au bout avant de le larguer quand le moment sera venu, avant de piétiner son coeur.
Ruben

Ruben
MESSAGES : 1738
AGE : 40
LOCALISATION : CELBRIDGE, IR
POINTS : 134

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE:
RELATIONS:
PARTENAIRE:
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 22:21

« Tu rigole j'espère ? » Argh. De toute évidence elle n'avait pas compris où je voulais en venir. Lorsque je lui avais reproché de trop se projeter dans le futur, je faisais référence au fait qu'elle nous voyait séparés avant même que notre histoire ne devienne sérieuse. Je savais bien que moi aussi, j'avais cette sale habitude de trop regarder vers l'avenir. « Tu me reproche de trop me projeter dans le futur, toi qui m'a ériger femme de ta vie à seulement une semaine de vie en couple ? Toi qui a commencé à parler avenir et tout ce qui va avec ? Hein ? Sérieusement tu vas me reprocher ça alors que je vais dans ton sens ? T'es pas croyable... » Je ne tardai bientôt pas à recevoir son assiette sur les pieds. Super. Je n'avais pas cherché à la mettre dans cet état, mais j'y étais parvenu avec succès visiblement. Je n'osais pas en placer une. Car qui pouvait me garantir qu'après l'assiette, ce n'était pas sa main que j'allais recevoir ? Et pas sur les pieds, bien sur. « Tes projets ? Quelles sont te projets ? » Mes projets, parlons-en... Ils étaient totalement différents de ceux de Moore, et j'en étais bien conscient. « On va habiter ensemble dans quelques temps, ensuite tu va vouloir qu'on se marie. Et si j'accède à tout ça. Tu vas te dire, hm pourquoi pas le enfants. Et je vais dire non. Et même si je disais oui, ça fera de moi la femme la plus malheureuse au monde. Parce que je vais échouer. Quel beau projet d'avenir.. A croire que Cupidon n'avait pas tord on va finir malheureux, pauvre et alcoolique. » Pauvre, certainement pas, car avec moi elle ne risquait rien. Alcoolique, peut-être. Malheureux, si elle voyait réellement les choses comme ça, forcément. Moore s'était fortement énervée, son assiette en avait d'ailleurs pâti. Et moi je me retrouvais comme un con à ne pas savoir quoi dire. Devais-je prendre une voix mielleuse, m'excuser ? Mais m'excuser pour quoi en fait ? Je ne me considérais pas en tord. J'en avais assez de passer pour un mec faible, qui s'excusait constamment et parfois sans raison. « Ouais j'suis pas croyable. Qu'est ce que tu veux, je suis fait comme ça. Et oui j'ai tendance à me contredire moi-même. C'est un de mes très nombreux défauts. » Alors que j'avais baissé un instant le regard, fixant le sol, je relevai finalement celui-ci pour le plonger dans celui de Moore. « Tu me reproches de voir en toi la femme de ma vie après une semaine de relation. Seulement tu oublies que je vis là ma première relation amoureuse, et surtout le fait que je suis raide dingue de toi depuis de nombreuses semaines maintenant. Après... est-ce que t'es réellement la femme de ma vie ? Je commence à me poser des questions, tu vois. » Logique, non ? Elle ne cessait de me jeter à la figure tout se qui nous opposait, affirmant que notre relation était vouée à l'échec avant même son commencement. Excusez-moi de me poser des questions suite à ça, hein. « J'aimerais juste qu'on soit heureux, tous les deux. Qu'on arrête de se prendre la tête, qu'on vive au jour le jour. T'es persuadée que je vais te demander de me faire un enfant, mais je sais pertinemment que si tu n'en veux pas, je n'insisterai pas et m'écraserai. Comme toujours. J'suis trop con, trop faible, et je tiens tellement à toi que je renoncerais à tout, même sans le vouloir. » Moore avait un réel pouvoir sur l'homme que j'étais. C'était comme si elle me contrôlait sans réellement le faire. « Je... vais nettoyer. » Je me baissai alors pour ramasser l'assiette brisée. J'étais comme qui dirait un peu... maniaque. C'était plus fort que moi, et au moins en étant baissé je n'étais plus visible. Je préférais prendre un instant avant de me relever. Derrière ce comptoir je me sentais à l'abri, comme si mon coeur ne pouvait être brisé par quelqu'un que je ne voyais pas et qui ne me voyait pas.
Moore

Moore
MESSAGES : 2447
AGE : 33
LOCALISATION : DUBLIN (IRELAND)
EMPLOI : ANIMATRICE RADIO
JUKE BOX : I'M A BITCH I'M A LOVER - SOMETHING FOR THE PAIN -
POINTS : 86

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 0 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (Artie) (Sonny) célibataire.
Voir le profil de l'utilisateur

like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 Empty
MessageSujet: Re: like resignation to the end ► 10/04 - 14H07   like resignation to the end  ► 10/04 - 14H07 EmptyLun 9 Avr - 23:45

J'aurais peu être pas du pousser cette putain d'assiette.. mais je voulais pas au départ donc.. J'ai juste sous estimé ma force. Hm. Mais bon c'est pas nouveau je suis excessive. « Ouais j'suis pas croyable. Qu'est ce que tu veux, je suis fait comme ça. Et oui j'ai tendance à me contredire moi-même. C'est un de mes très nombreux défauts. » Je soupire, pourquoi il dit ça.. Mais bon faudrait savoir ce que je veux aussi parce que je dis que j'aimerais qu'il aille dans mon sens et lorsqu'il le fait je comprends pas. J'ai peu être pas l'habitude de ça aussi, avec lui.. « Tu me reproches de voir en toi la femme de ma vie après une semaine de relation. Seulement tu oublies que je vis là ma première relation amoureuse, et surtout le fait que je suis raide dingue de toi depuis de nombreuses semaines maintenant. Après... est-ce que t'es réellement la femme de ma vie ? Je commence à me poser des questions, tu vois. » Bam prends toi ça dans la gueule Moore. Vas y c'est rien. De toute manière je le mérite non ? Première relation amoureuse, pour moi aussi au final puisque la première n'était qu'une supercherie. Une raison de plus pour ne pas la foutre en l'air puisqu'elle est importante alors il ne faut qu'elle se termine avec un de nous deux malheureux..« J'aimerais juste qu'on soit heureux, tous les deux. Qu'on arrête de se prendre la tête, qu'on vive au jour le jour. T'es persuadée que je vais te demander de me faire un enfant, mais je sais pertinemment que si tu n'en veux pas, je n'insisterai pas et m'écraserai. Comme toujours. J'suis trop con, trop faible, et je tiens tellement à toi que je renoncerais à tout, même sans le vouloir. » Non non il ne peut pas dire ça. Il ne peut pas il a pas le droit. Je reste interdite un long moment alors qu'il profite de ce moment pour se baisser ramassant les débris de l'assiette.. Ou plutôt se cachant je ne sais pas, il a peur de ma réaction face à ce qu'il vient de dire ? Ou... il veut juste se cacher parce qu'il ne supporte plus de me regarder ? Il a réussit à m’attendrir avec ses paroles. Je me déplace et me retrouve à sa hauteur, pliant les jambes pour arriver à sa hauteur. Ma main touche la sienne je lui dis d'arrêter avec ce geste. Je le force à me regarder en remontant son visage du bout des doigts. Comment vais-je dire ça. « Ruben... sincèrement rends toi à l'évidence. On ne sera jamais heureux ensemble. » dis-je d'une voix extrêmement douce, les yeux humides par l'émotion. Je me laisse tombé sur le sol, posant mon cul sur ce carrelage. Je soupire et passe ma main dans mes cheveux. Je suis pas bien, mon cœur se serre je déteste ça. Je déteste cette évidence. S'il croit que ça me fait rien tout ça c'est de ma faute, c'est comme ça que je me protège mais là je vais lui montrer que ça me fait autant mal que lui. « Je ne peux pas te demander de renoncer à ça... je ne peux pas. Je ne pourrais pas me regarder dans un miroir, je m'en voudrais toute ma vie de te priver de quelque chose d'aussi important à tes yeux. » Mes lèvres tremblent. Ça me peine... à un point. « Je veux que tu comprenne, cette situation ne me plaît pas ne me soulage pas.. pas du tout. J'ai l’impression que tu crois que... ça ne me fait rien que je me serre d'une excuse pour mettre fin à tout ça. C'est pas vrai... Je.. Je voudrais que tu reste avec moi tout le temps, je voudrais que tu ne me quitte jamais.. Mais ce n'est pas raisonnable. » Je ne pleurerais pas, je ne pleurerais pas. Je pose ma main sur son bras, une mai hésitante j'ai peur qu'il me repousse. S'il te plaît Ruben, comprends moi.
 

like resignation to the end ► 10/04 - 14H07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» like resignation to the end ► 10/04 - 14H07
» you can get addicted to a certain kind of sadness, like resignation to the end, 07.04 - 02:30.
» 01.05, 14h07 ≡ i just wanna be myself and i want you to know i am my hair

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: Les différents chapitres :: Les chapitres :: CHAPITRE DEUX :: SAISON 6 :: Intérieur-