GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20) Empty
MessageSujet: i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20)   i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20) EmptyLun 28 Jan - 1:52

I COULD FIND YOU IN THE DARK OF ANY TOWN.
W / @anouchka

La main de César n'avait plus quitté celle d'Anouchka depuis leur sortie du plateau, lorsque les résultats avaient été annoncés et que ses rêves de finale, mais aussi ceux de plusieurs des personnes qui comptaient le plus pour lui, s'étaient exhaussés. Il n'était pas encore sûr de bien réaliser ce qui se passait ni qu'ils étaient non pas quatre mais bien cinq à avoir atteint le dernier pallier de la compétition, mais il avait su dès que l'information avait été rendue officielle qu'il avait envie mais surtout besoin de célébrer ça avec Anouchka, au calme et loin de l'agitation du plateau. César était envahi de nombreux sentiments à l'idée qu'il leur reste une semaine à passer ensemble dans cette aventure avant le retour à la vie extérieure, et il se sentait profondément reconnaissant à l'égard du public de leur permettre en plus d'accéder ensemble à cette finale. Mais il y avait quelque chose d'autre qui grandissait en lui à mesure qu'ils s'éloignaient du plateau et que sa canne balayait le sol pour leur ouvrir le chemin, parce qu'il ne pouvait pas seulement garder le meilleur de cette soirée et faire comme si tout le reste n'avait pas d'importance, et alors que les révélations des secrets étaient venues répandre une émotion particulière tout au long de cette soirée. Il repensait à celle d'Anouchka, et il y avait tellement de choses qu'il aimerait lui dire, tellement de manières dont il aimerait la rassurer maintenant qu'il savait par quoi elle était passée, tellement de questions qu'il aimerait lui poser maintenant qu'elle pouvait tout lui dire. Mais il aurait été impensable pour lui de le faire en plein prime, et ça pourrait attendre qu'ils décompressent un peu et se remettent de leurs émotions. Alors après un léger détour par la cuisine où ils passèrent récupérer une petite bouteille de champagne et deux verres qui leur permettraient de trinquer à cette soirée, César attendit de reconnaître le couloir qui desservait les chambrées pour l'attirer doucement à l'intérieur de la chambre Xiwangmu, dont il n'avait plus si souvent poussé la porte ces dernières semaines depuis qu'Anouchka n'y dormait plus. Il aurait pu l'emmener dans la loveroom pour profiter d'un peu de calme, mais depuis qu'elle était accessible à tous l'intimité n'y était plus la même et il ne voudrait pas empêcher un couple de s'y rendre s'ils en avaient l'intention. Ils étaient tout aussi bien ici, la chambre étant encore déserte à cette heure car chacun fêtait probablement les résultats de son coté. Marchant jusqu'au lit qui autrefois était celui de la rousse, il attendit de sentir les bords du sommier pour déposer leur butin à coté, sur le sol. Là, il s'assit sur le matelas avant de l'attirer vers lui pour qu'elle s'installe sur ses genoux. « On est en finale ensemble, tu te rends compte ? » Il souffla en passant ses bras autour d'elle et dans un sourire trop large pour cacher tout ce qu'il éprouvait à cette idée, parce qu'ils auraient déjà eu de bonnes raisons de célébrer les résultats si Anouchka avait été la seule à l'atteindre mais qu'à présent qu'ils étaient tous les deux, c'était un moment purement magique. « Je t'ai emmenée ici parce que c'est là qu'on s'est embrassés pour la première fois. Exactement là, sur ce lit. » Ses lèvres étirèrent un sourire plus doux en repensant à cette soirée très particulière, alors qu'il releva justement le menton pour venir cueillir ses lèvres dans un baiser tendre et assez semblable à celui qu'ils avaient partagé ce soir-là. Ça lui semblait remonter à hier et pourtant des semaines s'étaient écoulées, et s'il l'avait amenée ici plutôt qu'ailleurs dans le palais c'est parce que ce soir-là il avait vraiment mesuré ce qu'il commençait à éprouver pour elle sans vraiment s'autoriser à mettre des mots dessus. Parce qu'à l'époque ils préféraient attendre, ne pas se précipiter ni se mettre de pression. Aujourd'hui, c'était différent. « Je t'aime. » Il souffla une fois leurs lèvres détachées et comme un aveu qu'il avait envie de lui faire depuis des jours mais qui n'avait jamais eu autant de sens que ce soir, et à cet instant précis. Maintenant ils n'avaient plus de secret l'un pour l'autre et ils connaissaient des choses profondément personnelles l'un sur l'autre, il pouvait dire qu'il était amoureux d'elle tout en connaissant son passé, son vécu, et tout ce qui faisait qu'elle était elle aujourd'hui. Il pouvait dire qu'il l'aimait en n'ayant jamais été aussi sûr de le penser, et il espérait secrètement qu'elle aussi. « Et je suis désolé... pour tout ce qui t'a été infligé. » Sa voix se serra en repensant à ce qu'elle avait avoué, parfois à demi-mot, au sujet de ces années qu'elle avait passé à répondre à la moindre demande d'un pouvoir abusif et qui l'avait ni plus ni moins abusée. Il y avait des choses qui l'avaient particulièrement perturbé mais il ne pouvait pas ne pas tenir compte du contexte, de la pression, et des années qu'elle avait passé à croire qu'elle ne pouvait servir qu'à flatter l'image de son pays... « Aujourd'hui je veux que tu puisses te sentir protégée. Parce que je ne laisserai jamais personne t'emprisonner ou te faire du mal. » Personne, et c'était très important pour lui qu'elle ait conscience de pouvoir se sentir à l'abri dans ses bras, parce qu'il ne supporterait pas qu'elle vive en ayant constamment peur qu'on la retrouve ou qu'on s'en prenne à elle. « Pourquoi est-ce que tu craignais que je change d'avis sur toi, ce soir-là ? » Il reprit doucement tout en caressant son dos, repensant justement à la soirée où ils en avaient discuté et aux quelques craintes qu'elle avait d'abord exprimé à ce sujet. Il se demandait si ça l'inquiétait encore et était prêt à la rassurer si c'était le cas.
Anouchka

Anouchka
MESSAGES : 629
AGE : 21
LOCALISATION : manchester, angleterre
POINTS : 172

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (TIMEO) (JULIETTE) (MAZE) LUCY
Voir le profil de l'utilisateur

i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20)   i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20) EmptyMer 30 Jan - 22:39

La fin de prime avait été rapide. Et particulièrement bouleversante. Parce qu’elle était passée en dernière pour la révélation de son secret. Et parce qu’elle avait été annoncée comme étant la première qualifié. Elle qui n’avait jamais vu sa place en finale assurée. Et voilà maintenant que son esprit se retrouve d’autant plus chamboulée qu’elle se laisse entraînée par César à travers le palais. Tenant en ses mains les flutes et du champagne. Mais ce n’est pas le principal pour elle de trinquer à sa place en finale. Mais c’est de se dire qu’elle l’a atteint avec César. Qu’à un moment donné dans la compétition ils ont décidé de se donner la main comme il le font en ce moment et de ne plus se lâcher. En tout cas c’est ainsi qu’elle avait abordée la compétition. Et les nominations. Et elle s’était toujours dit que se voir nominée serait moins insoutenable que de voir César en danger. Mais ils ont surmonté cela. Et les voilà tout les deux en finales, deux chances sur cinq de l’emporter. Et même s’ils ne gagnent pas le jeu au final ils auront gagné bien plus : l’amour. Et Anouchka se souvient parfaitement de son casting. Lorsqu’on leur demande ce qu’elle voudrait entre l’amour et l’argent, elle répondait qu’elle voulait un peu des deux. Mais qu’à choisir elle préférerait être pauvre mais avec quelqu’un qui l’aime que le contraire. C’est un peu la finalité de son aventure. César l’attire tout d’un coup vers lui et elle s’assoit naturellement sur ses genoux en lâchant un rire. Tout en passant à son tour un bras autour de son cou. « Oh c’est tellement inespéré ! » Qu’elle répond en parlant évidemment d’elle. Pour lui elle n’en avait jamais douté. Pas une seule seconde. Elle dépose ses lèvres furtivement sur les siennes et elle ne croit pas si bien faire puisqu’il lui souffle qu’il l’a emmené dans la chambre, dans sa toute première chambre, parce que c’est ici qu’ils se sont embrassés pour la première fois. Attendrie, elle laisse échapper un « oh » de tendresse. Et accueille son baiser avec d’autant plus de tendresse que lors de cette première fois, c’est elle qui avait franchi le pas. C’est elle qui s’était jetée à l’eau en imprimant ses lèvres contre les siennes. Séparant leur lèvres elle caresse tendrement le visage de son chéri. Et alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir la bouche, il est plus rapide. Et tant qu’elle en reste sans voix l’espace d’un instant. Pas parce que cela la choque, pas parce que ce n’est pas réciproque, mais simplement parce qu’elle ne s’y attendait pas. Parce qu’elle l’aime. Son amour de l’amour lui ferait dire qu’elle l’aime depuis le premier jour. Depuis leur collision dans la laverie comme un véritable coup de foudre physique. Depuis que ses yeux ont croisés les siens – oui c’est un peu bête – et depuis que ses fins doigts ont effleurés les siens. Elle l’aime mais s’était empêchée de le lui dire. Pour ne pas le dire trop tôt et tuer dans l’œuf ce qu’ils avaient réussi à développer. Pour ne pas lui faire peur. Pour ne pas lui faire peur à elle. Elle sent une vague d’émotion qu’il peut la sentir sautiller sur ses genoux. Spontanément elle pose ses verres et la bouteille sur le lit. Elle s’en moque de boire. « я люблю тебя » Qu’elle souffle en posant son front contre son front, son nez frôlant le sien. « Je t’aime aussi César » Qu’elle répète cette fois pour qu’il puisse comprendre. Parce qu’une vague d’émotion l’emportant lui faisant préférer le russe. « Oh je suis si heureuse… » qu’elle souffle un peu bêtement parce que cela semble évident. Mais l’espace de quelques instants elle perd son sourire. Parce qu’il est désolé. Désolé de ce qu’elle a pu vivre. « Oh tu n’as pas… Tu n’as pas à être désolé… C’est… » Elle sent sa gorge se resserrer. Elle a bien envie d’ajouter que c’est le passé mais pas vraiment. Ou en tout cas un passé qui influence son présent. Et si lors du prime elle avait su parler de son secret assez naturellement, à présent elle se sent trop émue pour se retenir. Alors forcément elle sent ses yeux s’humidifier et son cœur se resserrer un peu. Parce qu’elle se moquait des réactions des uns et des autres, seul César comptait au final. Et le fait qu’il exprime son envie de la protéger la touche profondément. « Quand tu me prends dans tes bras je me sens très protégée tu sais… Heureusement que tu es là… » Qu’elle souffle tout doucement, ses doigts se posant encore sur ses joues. Elle sait que son cœur d’artichaut traduit une peur d’être seule et donc vulnérable. Et alors que parfois elle est sortie avec des garçons précisément pour cela, elle sent qu’avec César c’est différent. Ca va bien au-delà de tout ça. Elle hausse doucement ses épaules. « J’avais peur que… Que tu me prennes pour une fille très bête. Qu’on peut manipuler facilement. » Elle souffle doucement. « … Et puis aussi pour ce que j’ai pu faire… » Même sous la contrainte. Coucher avec des gommes, former de faux couples pour les couvertures de magazines. Tomber parfois réellement amoureuse de ces hommes. « Je… J’aurai du me rebeller plus tôt mais j’ai été trop… Trop naïve je… Je les ai aidé… » Qu’elle termine en baissant les yeux. Ce sentiment la ronge encore après trois années passées en Angleterre. Qu’elle a su profiter d’être au sommet sans ouvrir les yeux sur ce qui se passe réellement derrière le rideau. Et que même si l’âge peut l’excuser, il lui a fallut dix ans pour s’en échapper.
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20) Empty
MessageSujet: Re: i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20)   i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20) EmptyJeu 31 Jan - 21:38

César savait qu'ils auraient tout le temps de fêter leur place en finale avec les autres finalistes, c'est pour ça qu'il avait d'abord ressenti le besoin de s'isoler un peu avec Anouchka pour faire retomber la pression et apaiser les décharges d'émotion provoquées par les révélations des secrets. Il voulait simplement terminer cette soirée sur une note plus calme et laisser à demain toute l'effervescence autour de la finale et de cette dernière semaine de jeu. Il avait donc tenu sa main et l'avait conduite à l'aide de sa canne jusqu'à la porte d'une chambre qui n'avait jamais été la sienne, mais qui quelques semaines plus tôt était encore celle d'Anouchka. Il aurait pu l'emmener ailleurs, mais c'est ici que ce moment trouverait le plus de sens, parce que ça le ramenait des semaines en arrière et le replongeait dans les prémisses de leur relation. A l'époque ils n'imaginaient probablement pas qu'ils réinvestiraient cette chambre des semaines plus tard pour fêter le fait d'être arrivés en finale ensemble, et cette pensée le faisait sourire, parce que c'était vraiment une très belle manière d'écrire la fin de leur aventure et que c'était symbolique à plus d'un titre pour lui. César s'assit ainsi sur le bord du lit tandis qu'elle s'installa sur ses genoux, passant ses bras autour d'elle pendant que ses lèvres esquissaient un doux sourire. « Et dire que certains pensaient que tu pouvais porter malheur... » Il souffla d'un ton amusé, se doutant qu'aujourd'hui Anouchka arriverait à en rire et alors que ces histoires autour de ses anciens partenaires paraissaient bien loin à ce stade de l'aventure. « Moi, j'ai l'impression que la chance me sourit depuis que je te connais. » Son sourire s'étira et sa main remonta doucement le long de sa joue pour la caresser. Et s'il l'avait emmenée dans cette chambre en particulier, c'était justement pour les souvenirs auxquels elle était rattachée. Il s'en souvenait très bien, et particulièrement de la soirée qu'ils y avaient passé ensemble et de la nuit où il y avait dormi près d'elle pour la première fois. Et de ce premier baiser, surtout, qu'ils avaient échangé sur ce même lit. Ce soir-là, Anouchka l'avait embrassé de la même manière qu'il entreprit de le faire à cet instant, et il se rappelait avec précision de ce qu'il avait éprouvé lorsqu'il avait compris qu'il lui plaisait autant qu'elle pouvait lui plaire, et que son handicap n'était pas un frein à cette attirance. Elle n'avait ensuite cessé de lui prouver que sa situation n'avait pas d'importance pour elle et que ça ne changeait rien à son désir d'être avec lui. Autant de pensées incroyablement rassurantes encore aujourd'hui, et qui l'incitèrent à lui ouvrir son cœur et à lui souffler les mots qu'il gardait pour lui depuis quelques jours en attendant de trouver le bon moment. Et ce soir, dans cette douce euphorie mêlée à ce moment très tendre, il avait le sentiment de l'avoir trouvé. Anouchka garda le silence une seconde, puis déposa son front contre le sien avant de lui souffler quelques mots de russe qui étirèrent plus largement son sourire. Il n'eut pas besoin d'attendre la traduction pour comprendre et ça lui procurait une immense émotion de l'entendre lui souffler qu'elle l'aimait en retour. Ce n'était pas si souvent qu'on le lui avait dit depuis son accident, et il avait l'impression de ne pas avoir traversé tout ça en vain. Que la souffrance psychologique et les désillusions par lesquelles il était passé, que les efforts qu'il avait du faire pour reprendre sa vie en main, tout ça en avait valu la peine si aujourd'hui on pouvait l'aimer tel qu'il était. « Je suis heureux, moi aussi. Je sais que tu vas changer ma vie de bien des façons, et que dehors tout ne sera peut être pas simple au début, mais ça ne m'effraie pas. Parce que ma vie manquait un peu de folie depuis dix ans. » Il souffla dans un sourire plus doux et tout en la serrant un peu plus fort contre lui, parce qu'il n'avait pas la moindre idée de combien les choses pourraient être complexes une fois l'aventure terminée, mais que ça ne lui donnait absolument pas envie de faire marche arrière. Il y a longtemps qu'il n'avait plus eu autant envie de lâcher prise pour se lancer à corps perdu dans quelque chose, ressenti ce frisson d'inconnu et eu le sentiment que c'était le meilleur chemin qu'il puisse suivre, alors la suite avec elle ne lui faisait absolument pas peur. Il revint ensuite à demi-mot sur la révélation du secret d'Anouchka, et sentit la chambre être gagnée par une émotion différente au moment où il lui assura qu'il voulait qu'elle se sente protégée, parce qu'il avait été bouleversé par le récit de ce qu'elle avait vécu et des peurs qu'elle avait pu connaître, et qu'il ne voulait plus qu'elle s'en fasse. Il avait toujours été capable de tout pour les personnes qu'il aimait, et il serait toujours là pour la faire se sentir en sécurité. « Tu n'auras plus à fuir, je te le promets. » Il lui assura doucement, parce qu'il voulait qu'elle sache qu'avec lui elle pourrait aller quelque part parce qu'elle l'aurait décidé, et non pas parce que c'était nécessaire ou plus prudent. « Et j'étais sérieux quand je t'ai proposé d'aider ta famille. Tu as dit qu'ils se trouvaient peut être en Asie, alors si tu veux... je t'aiderai à retrouver leur trace. On pourra même profiter d'être ici pour se renseigner, avant de repartir. Tu décideras. » Mais il avait vraiment envie de l'aider à reprendre contact avec ses proches, parce qu'aucune famille ne méritait d'être séparée et qu'il était convaincu qu'ils devaient beaucoup lui manquer. Il ne pouvait pas imaginer ce qu'il ressentirait s'il devait être séparé de ses sœurs, ce serait terrible de savoir que lui était ici et elles ailleurs sans avoir aucun moyen de les rejoindre. Elle lui confia finalement avoir eu peur qu'il la prenne pour une fille manipulable et ses lèvres esquissèrent un sourire plus tendre, avant qu'il ne baisse la tête. « Je ne vais pas prétendre que certaines choses ne m'ont pas troublé, parce que c'est le cas. Mais ça ne change rien, et surtout pas ce que tu représentes pour moi. » Il remonta doucement ses mains pour les poser de part et d'autres de son visage, et déposa un baiser à la naissance de ses lèvres. « J'accepte ton passé, tout comme je sais que tu acceptes le mien. Et j'aime celle que tu es aujourd'hui, c'est ça qui importe. Pas ce que tu as pu faire. » Il ne voulait pas lui tenir rigueur de choses qu'elle avait pu faire dans un contexte très particulier et sous la contrainte, parce que tout le monde faisait des choses qu'il regrettait ensuite et que dans un sens, elle était aussi celle qu'elle était parce qu'elle avait traversé tout ça. « Et puis, tu sors avec un type qui s'est rendu aveugle en voulant se faire des amis, je crois qu'en matière de bêtise je te distance et de loin. » Il ajouta dans un léger rire, pour apaiser pour de bon les craintes qu'elle pouvait avoir et parce que lui aussi en connaissait un rayon en matière de mauvaises décisions. C'était sa façon de dédramatiser ce qu'il avait pu confier au sujet de son accident. « On n'est pas parfaits, mais ça n'a aucune importance. » Il conclut dans un souffle. Ce qui en avait, c'était qu'ils soient bien l'un avec l'autre et prêts à mener cette relation plus loin encore à leur sortie, en laissant le passé là où il était et en vivant tout ce que l'avenir avait à offrir.
 

i could find you in the dark of any town (lundi, 00h20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» land speeder dark eldar
» D&D Dark Sun 4E
» A pleurer Dark MC Hammer
» AD&D "Dark Sun" : scénario premier "L'Ultime Cortège"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: PREMIER ÉTAGE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: CHAMBRE XIWANGMU-