GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 novacane. (lundi - 1h34)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Penny

Penny
MESSAGES : 515
AGE : 25
LOCALISATION : kissimmee, fl.
POINTS : 66

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 33 750€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (richard) (lina) césar
Voir le profil de l'utilisateur

novacane. (lundi - 1h34) Empty
MessageSujet: novacane. (lundi - 1h34)   novacane. (lundi - 1h34) EmptyLun 7 Jan - 3:00

@joaquim

C’était quoi ce prime ? L’amalgame d’émotions par lequel je suis passée m’a foutu le plus gros mal de crâne de l’histoire de l’humanité. La production a joué avec mes nerfs ce soir et c’est le cas de le dire. Penny, t’es éliminé, mais pas vraiment. En fait, peut-être que si mais attend. Ah en fait, non, rien à voir, ce n’était qu’une fausse alerte. Sérieux ? Heureusement que je n’ai pas de problèmes cardiaques parce que je crois que mon cœur aurait bien lâché avant la fin de l’émission. J’imagine que l’important c’est que je suis encore ici. Que j’ai encore la chance de gagner gros dans ce jeu et que même si je me rends compte que je ne suis pas la préférée du public – shocking news – et bien ça ne m’empêche pas de penser que j’ai encore ma place parmi tout ce beau monde. L’autre bonne nouvelle de la soirée, c’est Cupidon qui me l’a annoncé via le téléphone rose. Les exclus peuvent dès maintenant faire leur retour dans le palais. Évidemment, il y a un ou deux noms qui me sont venus en tête lorsque j’ai entendu la nouvelle. Et maintenant que la folie du prime est derrière moi, je me sens impatiente. Je ne sais pas qui j’ai hâte de voir en premier. C’est mal ? Bof… Je sautille sur place dans les coulisses, impatiente. J’ai un doute, parce que je me dis que Joa a peut-être décidé de ne pas revenir. Ce serait son genre. Parce qu’honnêtement, je le connais, et ça doit un peu le faire chier de se retaper un voyage en Chine que pour mes beaux yeux. Mais comme je dis toujours, il ne peut rien me refuser. Alors il va apparaître dans 3…2…1… Nop. Rien. Personne. Ça doit bien faire vingt minutes que le prime est terminé. Un soupir dramatique franchit mes lèvres, alors que je me décide de retourner vers le palais, quelques membres de la production me faisant signe que je n’avais plus rien à faire ici. Finalement, j’avais raison, il n’allait pas revenir. Et pour le coup, je n’avais pas non plus croisé Leon et ses cheveux de rêves, me disant que lui aussi avait peut-être décidé de ne pas revenir s’enfermer ici. Je ne peux pas leur en vouloir… Mais oui en fait, en ce moment, je me sens égoïste. Parce que j’aurais aimé les avoir ici à côté de moi. Célébrer un peut-être ? Balançant mes talons-hauts dans un coin du salon, me foutant un peu de me laisser trainer dans un espace commun, je prends la direction de la cuisine, ayant en tête de boire un petit verre… ou quatre. C’est chiant de n’avoir rien d’autre à faire aussi. Pas de ma faute. Sauf qu’il est là. Le con. La tête dans le frigo parce qu’évidemment, c’est l’occasion de manger de la bouffe gratuite. Aucune idée de comment il a fait pour passer sous mon radar, mon seul réflexe est de foncé droit sur lui pour sauter directement dans ses bras. Je me suspends littéralement à son cou. En mode paresseux qui s’accroche à une branche d’arbre comme si sa vie en dépendait. On doit surement voir toutes mes fesses comme ça, parce que ma robe était à la base beaucoup trop courte. Je m’en fous. Joaquim is back. « Vieille merde, tu m’as manqué » Je lui réserve toujours les meilleurs mots d’amour. Il devrait en être reconnaissant. « Je te jure que j’ai été sage, sage, sage. Le Père Noël ne m’a toutefois pas apporté de cadeaux… Va savoir pourquoi ! » Passer Noël sans Joaquim avait été étrange, même si ni lui ni moi n’étions fan de cette fête en général. J’enfouis mon visage dans cou, prenant quelques secondes pour apprécier le fait qu’il est ici. Plus que d’avoir l’impression d’avoir retrouvé ce que je considère comme un frère jumeau, j’ai vraiment cette sensation d’avoir retrouvé une partie de moi-même. Penny sans Joaquim n’est pas réellement Penny. « On boit pour fêter ça ? » Finis les conneries, qu’on sorte le fort.
Joaquim

Joaquim
MESSAGES : 103
AGE : 28
LOCALISATION : kissimmee, fl
EMPLOI : variable
POINTS : 302

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Golshifteh
Voir le profil de l'utilisateur http://byebyeweirdie.tumblr.com/

novacane. (lundi - 1h34) Empty
MessageSujet: Re: novacane. (lundi - 1h34)   novacane. (lundi - 1h34) EmptyMar 8 Jan - 3:16

Il y a pas mal de raisons qui poussent Joaquim à s’inviter pour un petit séjour dans le palais. Lui, ça le fait pas mal kiffer de se dire qu’il va se trimballer dans les couloirs comme un gros parasite qu’on aurait préféré voir disparaître à tout jamais. Il n’a pas d’ennemis à proprement parlé dans le jeu, mais il sait déjà que sa présence va être malaisante pour certains candidats, à l’instar de Gio ou de César qui fait n’importe quoi avec sa sœur depuis la semaine dernière. Penny, ça reste quand même le facteur number one qui lui vaut de se retrouver propulser dans l’aventure par la production comme au premier jour. Il se faufile dans la baraque comme s’il était parfaitement à sa place. Il croise une ou deux personnes, mais il continue sa route avec son air de merdeux inébranlable. Joaquim, il se sent comme un poisson dans l’eau quand il se décide à faire un petit arrêt par la case cuisine pour taper dans les réserves de bouffe des candidats. Il a le nez dans le frigo lorsque Penny fait son entrée et se retrouve dans la demi-seconde suivante pendue à son cou, à le coller. « Quel accueil. Ça me va droit au cœur. » il commente, sarcastique, face au petit surnom tout mignon dont il vient d’hériter, contrastant avec la chaleur de leur étreinte. Tous les deux, ils ont une manière assez personnelle de témoigner leur affection mutuelle. C’est même étonnant que personne n’ait saisit plus tôt qu’ils étaient frère et sœur, avalant l’immense bobard que Joaquim leur avait servit quand bien même ils n’arrêtaient pas de chamailler comme des débiles. Elle lui dit qu’elle n’a pas eu de cadeaux. « Et moi, je suis quoi ? » Ah oui. Une vieille merde. En attendant la production a été bien sympa de lui payer un billet d’avion pour accompagner Penny dans la fin de son aventure. Il y a moyen que ce soit essentiellement pour faire de l’audimat sur leurs dos, mais le résultat n’en reste pas moins appréciable. Il la sert dans ses bras, avant qu’elle ne s’ambiance dans son coin en réclamant de fêter leurs retrouvailles. Machinalement, il se dirige vers la planque des bouteilles d’alcool de la cuisine. Il n’a pas oublié où elles se trouvaient. C’est étrange de ne pas être chez-lui et de pourtant avoir l’impression de connaître les lieux sur le bout des doigts. Il sert un verre de gin. Un seul. Joaquim, il ne boit pas. Peut-être qu’il devrait dire quelque chose à ce sujet, parce que Penny et lui, ils partagent ce truc qui fait que parfois ils ne savent pas s’arrêter. Ils vont trop loin, c’est inscrit dans leurs gênes et y’a même moyen que leur conception même soit issue de la même pathologie héritée de leur mère. « Tu lâches ton Daredevil pour moi cette nuit ? » il tâte le terrain, histoire de savoir s’il y a un risque que sa sœur finisse par se faire tripoter sous sa couette s’il lui sert une dose d’alcool trop forte et qu’elle décide d’aller dormir avec son partenaire. Elle va sûrement lui dire d’aller se faire foutre. Penny, elle fait toujours ce qu’elle veut dans le fond. Il tend la main pour attraper la bouteille de coca entamée dans le frigidaire. Joaquim, c’est tellement un gros gland vis-à-vis des autres qu’il décide qu’il n’a pas besoin de verre et que boire à la bouteille sera tout aussi bien. Et puis ça évite de devoir faire la vaisselle en partant. Il pousse la boisson de Penny dans sa direction, avant de poser son cul sur le plan de travail pour siroter son soda peinard. « Je suis passé voir Debbie. Pour noël. » il l’informe en croisant son regard. Elle lui avait demandé de le faire, il s’y est plié. C’est sa mère après tout, il lui devait bien d’aller la voir pour les fêtes, même si c’est toujours compliqué pour lui. Elle a un nouveau mec, mais ça il le dit pas à Penny. Il y a des chances pour que le type se fasse la male avant la prochaine fois qu’elles se verront. Joaquim, s’il a du mal à rendre visite à sa mère, ce n’est pas forcément parce qu’elle a toujours été un parent foireux. Maintenant qu’il est adulte, ça le rend triste de constater la détresse qui plane sur son existence. « Tu sais qu’il y a un mec qui m’a filé de la thune pour une photo de nous enfants ? Apparemment y’aurait des doutes qui subsistent sur notre lien de parenté… » il expire dans un sourire. Ils sont cons ces journalistes. C’est peut-être choquant de se vendre comme ça, mais ça reste un moyen aisé de se faire de l’argent sans effort. Joaquim, il en a un peu rien à foutre d’avoir aucune dignité à ce sujet, tant les informations disséminées dans la presse seront oubliées dans un mois. C’est éphémère toute cette tornade médiatique, il en a parfaitement conscience. Tu peux être une chose un jour, et quelque chose de totalement différent le lendemain. On ne s’en rend pas compte, mais c’est très facile de changer de rôle. « Je le lui ai donné. » L’argent à maman il veut dire, même s’il ne le fait pas tant ça lui semble implicite comme démarche. Il aimerait bien pouvoir les prendre en charge financièrement comme c’était le cas avant. Elles, les gosses de la fille qu’il fréquente par intermittence, voir même ses potes. Le plus gros secret de Joaquim, ce n’est pas celui qui est inscrit sur son contrat et qu’il est venu défendre dans l’émission. Joa, c’est un type qui te fait croire qu’il est un merdeux finit, un branleur égoïste, mais qui en réalité serait prêt à tout et n’importe quoi pour s’occuper de ses proches.
Penny

Penny
MESSAGES : 515
AGE : 25
LOCALISATION : kissimmee, fl.
POINTS : 66

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 33 750€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (richard) (lina) césar
Voir le profil de l'utilisateur

novacane. (lundi - 1h34) Empty
MessageSujet: Re: novacane. (lundi - 1h34)   novacane. (lundi - 1h34) EmptyJeu 10 Jan - 21:43

La joie de retrouver Joaquim ne s’explique pas. Ma réaction à son retour peut paraître excessive, surtout considérant que nous n’avons été séparés que le temps de deux semaines. Mais il faut dire que la moyenne des gens ne sont pas aussi proches de leurs frères et sœurs. Je crois que le temps venu, les gens ici, ainsi que les téléspectateurs arriveront à comprendre les fondements de notre relation. Moi, je suis juste heureuse de pour continuer cette aventure en l’ayant à mes côtés. Si Joaquim dit qu’il a participé à cette émission que pour moi, l’inverse est tout aussi applicable même s’il ne voudrait pas l’entendre. Son sarcasme m’a manqué. Sa gueule familière de petit merdeux aussi et je ne me gêne pas de le lui faire savoir à ma façon. Est-ce qu’il est un cadeau de Noël ? Non, je n’irais pas juste que là. Quoique si on analyse la situation de cette façon, ça voudrait dire qu’il a été mon cadeau de Noël depuis les vingt-cinq dernières années. Ce qui fait du sens, lorsqu’on considère les cadeaux en biens matériels très peu élevés dans le passé. Je ne prends donc pas la peine de répondre à sa question, mon cerveau étant déjà passé à la phase B de ces petites retrouvailles. C’est-à-dire la célébration. Au fond, je lui demande si on boit pour fêter son retour, mais je sais bien que ça implique je serai celle qui boira de l’alcool et lui un coca. Ça fonctionne de cette façon depuis quelques années maintenant. Je fais volontairement abstraction du regard qu’il pose sur moi, ne voulant pas y lire quoi que ce soit qui m’agacerait. De toute façon, je n’ai pas besoin de le regarder pour comprendre ce qu’il pense au moment de me servir un verre de gin. Mon préféré. Il ne va quand même pas faire son rabat-joie alors que je ne suis qu’heureuse de l’avoir près de moi à nouveau. Un sourire doux, mielleux et légèrement manipulateur se glisse sur mes lèvres lorsque je m’empare du verre pour y tremper mes lèvres, roulant des billes lorsqu’il parle de César de cette façon. Ça y est, il a envie de balancer une remarque, mais il se retient. Pour l’instant. « Je dors avec toi. » Ce n’était même pas une question alors qu’il vient tout juste de revenir. Je ne comptais pas délaisser César toute la semaine non plus, mais comme je sens qu’un certain malaise c’est installé entre nous depuis la semaine dernière, je prends la porte de sorti de m’offre le retour de Joaquim. « Vas-y, je te connais. Il y a quelque chose qui te dérange avec César… » je lui demande son opinion tout en sachant qu’elle aura une influence sur ma perception de mon partenariat et des événements de la semaine dernière. Pour l’instant, je dirais que j’ai plus ou moins conscience de l’impact qu’a eu mon geste, bien que je ne sois pas certaine de comprendre et d’accepter complètement le froid qui s’est installé entre César et moi. Je me stop dans mon geste lorsqu’il me parle de Debbie, sentant le soulagement me bercer doucement. Évidemment qu’il avait rendu visite à notre mère. Je n’aurais pas dû douter de lui. C’est plus fort moi de m’inquiéter pour elle et de vouloir m’assurer qu’elle ne se retrouve pas dans une situation de crise et que nous serons trop loin d’elle pour trouver une solution et régler la situation. Habituellement, les parents s’inquiètent pour leurs enfants. Dans notre famille, j’ai toujours eu la sensation qu’on s’inquiète tous l’un pour l’autre. Joaquim a tendance à être un peu plus dur avec elle alors que j’ai tendance à être beaucoup plus clémente. « Elle va bien ? Elle habite où maintenant, elle loue encore une chambre chez son amie Jeanine ? » L’histoire de leur vie. Mais où habite Debbie maintenant ? Où habite Penny, elle ? Et Joaquim ? Nomade à l’américaine. Joaquim me parle d’un fou qui était prêt à payer pour avoir une photo de nous enfants et ça me parait complètement irréel. « Sérieux ? » Difficile de comprendre ce qui se trame à l’extérieur quand on vit dans une bulle depuis autant de semaines. « J’espère que t’as demandé une tonne d’argent pour. J’étais tellement mignonne quand nous étions petits. Je compensais pour deux. » Je lui tire la langue telle l’éternelle gamine que je suis avec lui. Je me fous qu’il vende un effet personnel à un inconnu, tant que ça nous a rapporté un peu. En fait, c’est encore mieux, puisqu’il a donné l’argent à Debbie. Ça me rassure tellement. Si Joaquim est au courant de 99% de ma vie, il y a bien une minime partie de que je me garde bien de lui dévoiler. Je sais que je vais devoir lui une fois la fin de l’aventure. Qu’il va surement se fâcher pour ensuite peut-être comprendre. Je me croise les doigts. Je suis juste contente de savoir qu’il l’a aidé un peu. Il n’aurait jamais fait le contraire. Il a toujours été là pour nous. Il en a tellement sur les épaules. « Merci… » Pour tout. Je viens à nouveau vers lui pour m’installer à ses côtés sur le plan de travail, passant mes bras autour de lui pour rechercher un peu de chaleur humaine à nouveau. « T’as fait quoi toi depuis deux semaines ? À l’exception de profiter de ton nouveau statut de célébrité. » Je me paye un peu sa gueule. Je sais qu’il n’en a rien à faire de la popularité éphémère qui accompagne les participants de l’émission à leurs sorties.
Joaquim

Joaquim
MESSAGES : 103
AGE : 28
LOCALISATION : kissimmee, fl
EMPLOI : variable
POINTS : 302

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Golshifteh
Voir le profil de l'utilisateur http://byebyeweirdie.tumblr.com/

novacane. (lundi - 1h34) Empty
MessageSujet: Re: novacane. (lundi - 1h34)   novacane. (lundi - 1h34) EmptyDim 13 Jan - 1:18

Joaquim, il l’observe du coin de l’œil lorsqu’il mentionne l’aveugle de service l’air de ne pas y toucher. Elle dort avec lui, c’est acté. Au cours du jeu, il a toujours fait mine d’être gonflé à l’idée de la voir s’incruster sous sa couette, mais il est habitué à sa présence dans son lit. C’est bizarre dit comme ça, mais pendant des années ils n’ont pas pu se payer le luxe de dormir chacun de son côté. Il y avait Debbie dans le Queen-size de gauche et eux dans celui de droite. C’était mieux ainsi. Il préférait sentir sa sœur tout contre lui, parce que ça le rassurait et il imagine que la réciproque fonctionnait également pour elle. Ce n’est pas non plus complètement anodin s’il mentionne César. Elle n’est pas conne, elle flaire tout de suite qu’il a quelque chose à l’esprit. Elle doit aussi se douter que le baiser échangé avec son partenaire n’est pas passé inaperçu à l’extérieur. La production ne serait jamais passée à côté de l’occasion de diffuser de telles images capables d’apporter leur lot de drames. « T’aurais pas dû faire ça, Penny. » il lâche brutalement en portant la bouteille de soda à ses lèvres. Joaquim, il se doute que si au cours du prime il n’y a eu aucun retour à ce sujet, ça ne signifie pas que ça va rester ainsi. Ca va finir par se savoir, sauf qu’à ce moment-là elle n’aura pas l’appui des images de son côté. « Tu sais pourquoi ? » Le raisonnement de Joa est sûrement bien différent de ce qu’elle commence à s’imaginer au fond de son petit crâne. Il n’en a rien à foutre qu’elle ait choisit de jeter son dévolu sur l’un des seuls types en couple de l’émission. Ce détail lui passe complètement par-dessus la tête. Lui, c’est un grand frère un peu bizarre dans le fond. Penny, il la laisse faire tout ce qu’elle veut sans sourciller. Si elle veut s’amuser avec un garçon sous ses yeux, aller plus loin avec celui-ci au cours d’une soirée, il n’y verra pas d’inconvénient tant que ça se déroule dans les règles de l’art. En revanche, s’il sent que sa sœur va se retrouver flouée d’une quelconque manière, il n’hésite pas à aller briser la mâchoire du pauvre malheureux. « Ici, il a commencé à construire quelque chose. S’il prend ses responsabilités sur ce qu’il s’est passé, il perd tout. » Il y a Anouchka, mais aussi son statut de gentil garçon qui lui colle à la peau, voir même potentiellement le soutien du public qui bave sur sa charmante romance. « Mais moi, je sais qu’il faut être deux dans ce genre de situation. Il t’a laissé le cajoler et l’embrasser. Si on ne veut pas être proche d’une fille, on ne l’est pas. » Joaquim, il n’a jamais souhaité se rapprocher de Goldfish à l’époque, ce qui a par ailleurs grandement nuit à leur relation. Elle était maquée et il se pourrait bien que lui aussi il ait toujours eu dans le viseur une gonzesse qu’il n’aurait pas aimé décevoir en faisant n’importe quoi. Quand ils partageaient le même plumard, qu’elle dormait à poil et qu’elle essayait de sympathiser, il ne la laissait pas faire en se montrant cassant parce que la situation le mettait mal à l’aise. Il n’a pas toujours été très juste, peut-être même extrême, mais il ne veut pas que Penny s’imagine qu’elle était la seule actrice de leur petite scène. « Il ne l’avouera sûrement pas, mais je pense que c’est ce qu’il voulait sur le moment. Et crois-moi, je ne laisserais personne rejeter toute la faute sur toi. » Ce serait trop facile de faire passer Penny pour une briseuse de couple sous prétexte qu’elle a initié ce baiser, alors que le candidat est à l’origine de toute l’ambiguïté de leur échange. Joaquim, il ne connait pas ses raisons, si c’est pour tester ses sentiments à l’égard de l’autre rouquine, si c’est parce que Penny lui plait un chouilla ou si c’est parce que c’est glorifiant d’avoir son harem personnel, mais les faits sont là. Faut arrêter de se voiler la face, si la situation lui déplaisait, il aurait très facilement pu y mettre un terme. L’alcool, la tristesse de l’américaine ce soir-là, ce ne sont que des prétextes pour justifier leur proximité. En soit, Joaquim n’a encore rien à reprocher à César. Ce type, c’est un peu comme s’il se trouvait sur un fil et on ne sait pas encore trop bien de quel côté il va tomber. Tout dépendra de la manière dont il présentera la situation à Anouchka le moment venu et s’il aura la stupidité de servir des excuses bidons à sa bien-aimée. Joaquim, il ne dit pas seulement tout ça parce qu’il s’agit de sa sœur et que donc la situation le rend partial. Il peut avoir l’air d’un petit merdeux comme ça, d’un branleur mythomane qui fait passer son intérêt avant celui des autres, mais il a toujours assumé les conséquences de ses actes. Il s’est un peu foutu de la gueule des supposées féministes lors de son casting, mais il a également parfaitement conscience des différences de jugements et de traitements qui persistent entre les sexes. Faut pas se leurrer, une gonzesse aura toujours plus facilement tort dans ce genre de cas qu’un mec, et ça l’emmerderait de voir sa petite sœur en faire les frais. Il esquisse un vague sourire en ressentant le soulagement en provenance de sa sœur lorsqu’il évoque sa visite auprès de Debbie. « Tu pensais vraiment que je n’allais pas allé la voir ? » Sûrement oui. Il n’est pas toujours très tendre à son égard, mais ça ne change rien à ce qu’il ressent. Sa mère et sa sœur, ce sont la prunelle de ses yeux. Il reste quelques secondes silencieux lorsqu’elle lui demande où elle habite actuellement. « Elle a rencontré un mec. » il lâche finalement sans s’attarder dans un haussement d’épaules qui veut tout dire. Ça ne sert à rien d’en parler pendant des plombes : Debbie a toujours eu de terribles goûts en ce qui concerne la gente masculine. Non pas que leurs beaux-pères successifs étaient de méchants gars, mais elle a ce don pour faire passer le dernier des ratés pour un prince charmant. Ils lui promettent la lune, mais au final ils ne sont jamais fiables. Elle rêve d’un homme qui la tire de sa vie merdique, qui soit enfin capable de lui apporter la sécurité et la stabilité dont elle a besoin, mais ce genre de rêves n’arrivent que dans les comédies romantiques. En attendant, c’est à Joa qu’incombe la responsabilité de s’assurer que les femmes de sa vie parviennent un tant soit peu à vivre correctement. Il est prêt à tout, Joaquim, et on ne peut pas dire qu’il manque de ressources lorsqu’il s’agit de se renflouer les poches. Le coup de la photo, c’est l’un de ces plans débrouilles dont il a le secret. Il l’a tellement enfumé ce journaliste en jouant à celui qui n’était pas trop chaud pour lui refiler des souvenirs intimes et personnels que le prix a grimpé jusqu’à atteindre une somme plus que satisfaisante. Elle vient le coller en squattant le plan de travail à ses côtés, mais il daigne tout de même passer un bras autour de ses épaules. « J’ai vu des gens… » il mentionne, un brin évasif. Ce n’est pas toujours bon signe quand il ne dit pas exactement ce qu’il glande de ses journées, mais dans ce cas peut-être que ça pourrait l’être. Un vague sourire passe sur ses lèvres. « Tu te souviens des mômes de cette fille que je fréquentais avant de… d'avoir des problèmes ? » La nana en question, c’est Kristen qui avait déjà deux mioches dans les bras quand il l’a rencontré, mais pas de fiancé à l’horizon. Ce qu’il aime bien chez-elle, c’est cette façon qu’elle a de pété un plomb pour un oui ou pour un non. Elle crise à cause de son aînée qui ne veut plus lui tenir la main devant l’école, de sa coloration bas-de-gamme qui vire au jaune, de son père qui pue l’alcool quand elle lui rend visite… Kristen, c’est loin d’être la fille idéale. Parfois, elle le jette en lui demandant d’aller se faire foutre, avant de chialer pendant des semaines parce qu’ils sont en pauses et qu’ils ne se voient plus. « J’ai passé du temps avec eux. Je crois que le plus petit ne se souvenait plus de moi, mais ce n’est pas grave. » Il a disparu de leurs vies pendant un sacré bout de temps, mais à présent il n’y a plus vraiment de risques qu’il se fasse la malle sans prévenir. Joaquim, il essaye désespérément de permettre à sa sœur de se barrer de leur bled pourrit, mais lui, il se dit de plus en plus que tout ce à quoi il aspire se trouve peut-être à Kissimmee.
 

novacane. (lundi - 1h34)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Scheldeprijs (HC) Lundi 18h
» BANDI, VORYEN LAVALAS ATAKE KONVWA PREZIDANSYEL NAN OKAP:YO FOUKE 30 MALENDREN
» Lundi 25 octobre 21H - Domptage du cheval de l'Eriador
» very bad trip - lundi 19 mars, 09h45
» savonnage d'après-prime, lundi 1/10 01:39 (jared)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: REZ-DE-CHAUSSÉE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: LA CUISINE-