GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 Faufile. (vendredi - 00h10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Penny

Penny
MESSAGES : 515
AGE : 26
LOCALISATION : kissimmee, fl.
POINTS : 66

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 33 750€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (richard) (lina) césar
Voir le profil de l'utilisateur

Faufile. (vendredi - 00h10) Empty
MessageSujet: Faufile. (vendredi - 00h10)   Faufile. (vendredi - 00h10) EmptyMar 27 Nov - 4:46

Je suis sur le point de revêtir mon traditionnel vieux t-shirt pour me mettre au lit, bien que le sommeil est loin de me peser à cette heure de la soirée. Je manque simplement de volonté de trouver quelqu’un à embêter à cette heure du soir. Quoique maintenant que je pose mon regard sur le lit semi-vacant de @César – Lucy y étant déjà confortablement installée pour sa nuit – je viens peut-être de me trouver une porte de sortie pour ne pas affronter la nuit et la solitude qui l’accompagne. Le souvenir de la semaine dernière alors que le candidat avait fait intrusion dans mon lit me revient à l’esprit. Il était rentré tard parce qu’il avait prolongé sa petite balade nocturne, lui faisant perdre la notion du temps. Les chances pour que le même scénario se dessine à nouveau ce soir sont minces, mais pas totalement impossibles. Et sans réellement inverser les rôles, puisque je ne viendrai pas me faufiler sous ses draps alors que Lucy dort à côté, je me dis que l’idée d’aller à sa rencontre n’est pas complètement idiote. J’ai besoin de quiétude pour une fois, et César est un candidat qui peut m’apporter ce sentiment ici. C’est ce qu’il dégage, sa façon d’interagir qui diverge évidemment de la majorité des gens. Un cardigan plus chaud sur le dos, je file vers la cuisine pour préparer du thé que je transverse dans un thermos, prête à affronter la température plus fraîche de la nuit. L’ennui de la Floride me happe à chaque fois que j’ose mettre le bout de mon nez dehors. Je déteste le froid. Je ne suis pas habitué au froid. Autre fait que je n’ai pas calculé dans mon plan de dernière minute; la noirceur. Prendre une lampe de poche avec moi n’aurait pas été une mauvaise idée maintenant que je me balade sur le domaine et que j’emprunte des chemins qui sont de moins en moins éclairés par le palais qui se distance au loin. Je me sens tellement conne, et étrangement pas tant en sécurité. Je sais qu’il ne peut rien m’arriver. Enfin, je crois. Si ça se trouve, il était à la salle de bain et je suis ici, dehors, à me geler le cul pour une personne qui doit être au chaud à l’intérieur. Je suis sur le point d’abandonner lorsque j’aperçois une silhouette. Et une canne. Bingo. « Ah c’est ici que je te trouve! » Ouais César, ça doit bien fait vingt minutes que je te cherche, j’espère que tu te sens mal. « Je t’attendais dans mon lit, mais comme tu n’arrivais pas… » Leçon numéro un, rarement prendre ce qui sort de ma bouche au premier degré. Ma phrase reste en suspens alors qu’il comprendra que je fais semblant de m’inquiéter pour lui. Certains ne doivent que voir son handicap et s’imaginer qu’il ne pouvait pas fonctionner comme tout le monde. César, il a ses limites, mais je crois qu’il est capable de les repousser bien plus que la moyenne. Bien plus que moi-même, je ne le fais. « Tiens, je t’ai apporté du thé. » Parce que je suis la meilleure. Dans toute ma douceur, je viens saisir sa main maintenant que je me trouve à ses côtés pour lui offrir le thermos en cadeau. Bon, s’il peut partager ça ferait mon affaire aussi. Je reste silencieuse quelque seconde, observant son visage que se démarque légèrement dans la noirceur des lieux. « Tu me dis à quoi tu réfléchissais avant que j’arrive…? » Nous ne sommes pas si proches lui et moi, mais j’ai cette envie d’en connaître un peu plus sur lui. De savoir ce qu’il ressent à cet instant. Peut-être rien de spécial. Mais j’aime bien les détails banals. « J’espère que je ne te dérange pas. Je ne sais pas pourquoi je suis venue te rejoindre. Je crois que j’ai un peu de difficulté avec le concept du sommeil dernièrement. » Pas que dernièrement en fait, mais cette semaine un peu plus.
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

Faufile. (vendredi - 00h10) Empty
MessageSujet: Re: Faufile. (vendredi - 00h10)   Faufile. (vendredi - 00h10) EmptyMer 28 Nov - 3:00

Si César avait pris l'habitude de sortir prendre l'air en pleine nuit, c'est parce qu'il n'avait jamais supporté de rester allongé à ne rien faire, y compris quand le sommeil mettait un peu de temps à venir le trouver. Il se rappelait de son séjour à l'hôpital après son accident, du temps qu'il y avait passé quand il était sorti du coma et qu'il lui avait fallu se remettre progressivement sur pied, guérir de ses traumatismes et s’habituer à l'idée qu'il ne verrait probablement plus jamais. Il était resté des semaines allongé sur ce lit qu'à la fin il ne supportait plus, à entendre ses proches lui parler comme s'ils étaient au fond d'un couloir où on avait éteint la lumière, et à souffrir pendant qu'on essayait de lui faire voir les choses du bon coté. C'est là qu'il avait compris pour la toute première fois de sa vie ce que c'était que d'être seul, de l'être vraiment. Il se rappellerait toujours de la colère qu'il avait ressenti à l'égard des autres, mais surtout de lui-même. Et il avait tellement mal vécu la transition après sa sortie de l'hôpital qu'il avait été incapable de rester seul pendant des semaines après sa convalescence. Alors rester immobile sur un lit à attendre, c'était toujours un peu comme se replonger dans ce passé qu'il avait eu tant de mal à distancer. Il préférait sortir et profiter d'un moment de sérénité dans un endroit qui chasserait ce genre de souvenirs. A New York, tout était beaucoup plus calme à la nuit tombée, et il n'était pas rare que son chien et lui arpentent son quartier à une heure où beaucoup de gens étaient déjà couchés. Ici, il n'y avait pas Dougie pour partager ce genre de balades avec lui et c'est peut être dans ces moments-là qu'il lui manquait le plus, mais César s'était au moins créé assez de repères pour pouvoir gagner l'extérieur sans réveiller toute sa chambre, ce qu'il avait donc fait ce soir encore. Il avait emprunté la terrasse du palais et suivi le ponton pour se rapprocher de la rivière, puis avait laissé ses pas le conduire un peu plus loin. C'est après qu'il ait marché plusieurs centaines de mètres que sa canne butta contre quelque chose, et après quelques secondes qu'il comprit que c'était certainement le banc des amoureux qui d'après ses calculs devrait se trouver tout près. Il se baissa alors à hauteur du banc, s'aidant de sa main pour s'y asseoir tandis qu'au même moment une voix familière s'éleva dans sa direction. Celle de Penny, dont la remarque dessina un sourire amusé sur ses lèvres. « Tu me cherchais ? » Il demanda, comprenant qu'elle espérait peut être tomber sur lui, ce qui si c'était vrai lui ferait plaisir parce qu'il ne pensait pas avoir de la compagnie à cette heure. « Je pensais que nos rendez-vous clandestins étaient tombés à l'eau maintenant que tu as changé de partenaire. Je suis pas sûr que Lina abandonne votre lit aussi souvent que Richard. » Ses lèvres dessinèrent un sourire plus malicieux, parce qu'il avait conscience qu'elle n'était pas sérieuse et qu'il ne l'était pas lui non plus, mais qu'aujourd'hui il avait beaucoup plus de facilités à s'amuser de sa petite mésaventure de l'autre soir dans le lit de Penny. Le fait que la candidate l'ait très bien pris et l'ait mis à l'aise y était forcément pour beaucoup. « Merci. T'es sûre que c'est pas le tien ? » Il souffla doucement lorsqu'elle lui glissa un thermos de thé dans la main, hésitant un peu à l'accepter si la candidate se l'était préparée pour elle. Pourtant il ne dirait pas non à quelque chose de chaud, les températures étaient plutôt fraîches à cette heure et il avait tout juste pensé à enfiler une petite veste. « Je pensais... à des choses qui te paraîtraient certainement un peu ennuyeuses. J'ai pas très envie de t'embêter avec ça. » Il esquissa un sourire un peu gêné, persuadé que Penny n'était pas venue jusqu'ici pour l'écouter parler de son passé, de ce qui ne s'invitait pas toujours naturellement dans une conversation parce qu'il avait toujours eu du mal à parler de ce genre de choses et que le temps ne rendait pas ça plus facile. « Quelque chose te tracasse ? » Il demanda par la suite, en levant la tête dans la direction dont provenait sa voix, lorsque Penny lui avoua avoir des difficultés à trouver le sommeil. « Tu me dérange pas. J'allais justement ouvrir un club d'insomniaques, tu te joins à moi ? » Il émit un léger rire tandis qu'il tapota la place juste à coté de lui, essayant par là de lui faire comprendre que lui était content qu'elle l'ait rejoint et que ce serait dommage qu'ils restent tous les deux dans leur coin s'ils étaient partis pour veiller un petit moment avant d'essayer de se rendormir. « Et tu pourras peut être me parler de ce banc. » Parce qu'il en avait entendu parler au même titre que tout le monde, mais qu'il ne s'y était jamais vraiment attardé jusqu'ici. Pour lui il n'avait forcément pas l'air très différent des bancs où il avait l'habitude de s’asseoir, mais il savait qu'il y avait toute une légende derrière sa présence ici.
 

Faufile. (vendredi - 00h10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeux de plateau vendredi 27 août ?
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Résumé de la partie du vendredi 14/09
» Repêchage 2011: Vendredi 8 juillet 2011
» Nécromunda vendredi 13 20h ! (Faceoff)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: EXTÉRIEUR – EAU (NORD) :: LE BANC DES AMOUREUX-