ACHARAALYANOUCHKACESARPENNYGOLSHIFTEHCRISTOPHERGIOMAZELUCYLINAJOAQUIM
FAWNKARLARHEADASHRICHARDBASTIANZIYANLEONSIDJULIETTEULISESTIMEO
Partagez | 
 

 Admiral. (mardi à 12h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Joaquim
MESSAGES : 96
AGE : 28
LOCALISATION : kissimmee, fl
EMPLOI : variable
POINTS : 240

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Golshifteh
Voir le profil de l'utilisateur http://byebyeweirdie.tumblr.com/

MessageSujet: Admiral. (mardi à 12h30)   Lun 26 Nov - 3:12

@Karla

Joaquim, il s’est installé dans la bibliothèque en quête d’un peu de lecture pour l’occuper au cours de l’après-midi. C’est assez paradoxal, parce qu’il y a autant énormément que peu de choix dans les étagères. Disons que les livres sont pas mal orientés chinois pour coller avec l’ambiance de la saison, mais il y a toujours moyen de se dégoter quelque chose. Il s’est trouvé un manga. C’est certainement en japonais puisque non traduit, mais il arrive sans trop de difficulté à saisir le fil de l’histoire à partir des images. Affalé sur un canapé, il relève vaguement la tête lorsque Karla pénètre dans la pièce avec ses grands airs de princesse casse burne. Il la laisse prendre ses aises sans rien dire, de manière à ne pas la faire fuir immédiatement. Ce n’est qu’après plusieurs minutes de silence, qu’il finit par se décider à l’ouvrir, dévoilant le fil de ses pensées. « Il y a un personnage type là-dedans. On l’appelle tsundere. Il s’agit en général d’une fille qui se comporte comme si elle ne s'intéressait ni ne ressentait rien pour personne. Elle est un peu méchante, distante, égocentrique, voir explosive… » C’est marrant, non ? Jusque-là, ça ressemble drôlement à une certaine personne présente dans la pièce. « Elle est aussi très attirante. » il glisse l’air de rien, ses iris scrutant les pages du bouquin coincé entre ses doigts. « Mais tu vois, elle a aussi une face cachée plus douce, tendre et protectrice. » Joaquim, il n’a jamais eu l’occasion de constater un tel comportement chez Karla depuis le début de l’émission, mais à ce qu’il parait elle est aussi capable de se montrer plus conciliante. Il y a Leon avec lequel elle a déjà un peu laissé tomber le masque à en croire les chroniques diffusées lors du prime. A ce qu’il parait, elle a également essayé de faire quelques efforts avec les autres candidats cette semaine, mais on ne peut pas dire que cet élan de gentillesse soit arrivé jusqu’à lui. « Ces personnages, elles ont toujours un point commun dans le synopsis. Elles se montrent exécrables avec leur crush afin de cacher leurs sentiments. Parfois même sans aucune raison. » Concrètement, ce sont des pétasses qui jouent aux nanas inaccessibles à la limite du passif-agressif en soufflant le chaud et le froid avec les autres. « Du coup, je me demandais… » il expire en adoptant un ton faussement détaché. Genre le gars s’en fout, alors qu’en vérité il jubile à l’idée de lui faire péter un plomb et la pousser à balancer tout un tas de réflexions désobligeantes et acerbes. Joaquim, il est un peu maso dans son genre. « Est-ce que tu comptes encore m’envoyer chier si j’essaye de te donner une immunité ? » il l’interroge finalement en arborant un léger sourire en coin moqueur, alors qu’il se place en love interest ultime de la candidate. Lors du dernier meeting en équipe, on ne peut pas dire qu’elle se soit montrée super reconnaissante quand il a suggéré de lui permettre d’être sauvée dans le cas où l’équipe adverse l’aurait nominée. Encore une chance que son caractère merdique leur ait permis de choisir la bonne personne, bien que Juliette se soit barrée malgré tout. Joa, il est un peu en manque de cette autre gonzesse avec laquelle il déconnait bien quand elle l’envoyait balader. C’est pour ça aussi qu’il met le paquet sur Karla pour obtenir sa dose journalière de répliques remplies de cynismes. Si la production n’est pas complètement débile, elle doit essayer de créer des histoires amoureuses pour chaque candidat de l’émission. Il ne faut pas oublier qu’à partir du moment où ils passent à la télévision, ils deviennent du divertissement. Un soap opéra censé distraire les téléspectateurs de leur morne quotidien. Qu’elle le veuille ou non, Karla entre également dans ce phénomène, ce qui signifie qu’il va falloir lui dégoter un mec avec lequel la shipper. Joaquim, elle le fait tellement délirer que ça ne le dérangerait pas d’occuper cette place pour se marrer un peu dans les prochaines semaines.
avatar

Karla
MESSAGES : 200
LOCALISATION : paris, fr.
EMPLOI : violoniste.
POINTS : 115

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 20 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: leon.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Admiral. (mardi à 12h30)   Lun 26 Nov - 22:41

Après mon drôle de moment passé avec Achana, je décide de trouver une pièce où m’isoler. Je ne suis pas fan de l’asiatique, mais il semblerait que j’ai eu un peu plus envie d’en savoir à son sujet, comme si le premier jugement que je me suis faite sur elle ne me suffisait pas. Je ne suis pas sûr d’avoir changé d’avis sur elle, mais j’en ai appris un peu plus sur le personnage. Je choisis donc la bibliothèque pour prochaine destination, puisque c’est la pièce la moins fréquenté par les autres candidats. En même temps, avec le niveau d’intelligence de chacun et le fait qu’on ait en plus un aveugle dans l’aventure, ça n’aide pas à rendre cette pièce beaucoup plus populaire. Lorsque je pénètre, je remarque tout de suite @Joaquim. C’est bien le dernier candidat que j’aurais pensé croiser ici, mais ça lui ferait bien trop plaisir. Je l’ignore simplement en fouillant dans les étagères de la bibliothèque où la majorité des livres sont à consonnance asiatique. Cependant la production n’a pas oublié de mettre des livres écrit en anglais et qui concerne pour la plupart la sexualité. Comme ce bouquin sur le kamasutra qui est traduit en plusieurs langues. Lamentable. Mon choix s’arrête sur un grand classique de Agatha Christie, Les dix petits nègres. Livre que j’ai déjà lu mainte et mainte fois. Je m’installe sur le fauteuil en face de Joaquim et toujours sans le moindre mot, je l’ignore. Sauf que le son de sa voix se fait entendre. Je coince donc mon doigt entre les pages et pose mes yeux sur lui. Il me parle d’un genre de personnage qu’on retrouve souvent dans les mangas et dès le début, j’y retrouve mes propres caractéristiques. Il ajoute que ce personnage est aussi très attirant. J’hausse un sourcil à cette dernière information qu’il a ajouté. Je ne sais pas encore clairement où il veut en venir, mais je le laisse continuer en restant silencieuse. Il me parle de la deuxième facette de ce personnage qui n’est pas du tout commune aux miennes cette fois. J’ai un sourire qui se dessine tout doucement sur mes lèvres lorsqu’il continue son monologue en soulignant que ce genre de personnage est souvent exécrable avec la personne qu’il convoite. Je vois rapidement où il veut en venir, mais je reste cloitrée dans mon silence, pour voir jusqu’où il va aller avec ce discours. Et finalement la question arrive. Pas celle que je pensais, mais une question aussi désopilante que j’attendais. Je me redresse sur mon fauteuil, refermant le livre complètement. Il a réussi à capter définitivement mon attention. « Si je pense que dire mon nom lors du meeting peut m’être défavorable, oui, je t’enverrais chier une nouvelle fois, même si tu pensais bien faire. » J’ai bien eu raison de ne pas les laisser faire, puisqu’en choisissant Juliette à ma place, on a su trouver le bon nom et m’éviter de prendre trois voix. Je me lève de mon canapé pour m’avancer jusqu’à Joaquim, m’asseyant sur le rebord de son siège. Ma main se pose sur la sienne. « Pour ce qui est de ta vraie question, à savoir si je ne craquerais pas sur toi, ce qui expliquerait ma méchanceté quotidienne à ton encontre. » Je laisse glisser mes doigts le long de son bras, puis le long de sa nuque suivie par sa joue avant de saisir sa casquette que je retire de sa masse de cheveux. « Sache que les princesses dans mon genre ne s’intéressent pas au bouseux dans le tien. » Je me relève afin de regagner ma place, jouant avec la casquette que j’ai entre les doigts avant de fixer le candidat de nouveau. « Quoique dans un autre style, sans cette immonde casquette, tu aurais pu être tout à fait le genre de mec qui m’intéresse. » On ne va pas se mentir, si on retire ce comportement qui m’insupporte et ce style vestimentaire de mec de cité, Joaquim est un beau garçon. « Et pour en revenir au type de personnage que tu as décrit, je n’ai malheureusement pas ce côté doux et attachant. » Ma personnalité n’est pas complexe, je n’ai pas de double personnalité ou de côté caché.
avatar

Joaquim
MESSAGES : 96
AGE : 28
LOCALISATION : kissimmee, fl
EMPLOI : variable
POINTS : 240

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Golshifteh
Voir le profil de l'utilisateur http://byebyeweirdie.tumblr.com/

MessageSujet: Re: Admiral. (mardi à 12h30)   Dim 2 Déc - 3:43

Joaquim, il parle, alignant les caractéristiques propres au personnage de fiction qui se rapproche le plus de la personnalité de Karla. Limite, il est même étonné qu’elle ne lui mette pas un stop d’office, l’envoyant chier de ce soprano doux et chaleureux dont elle a le secret. Toute sa tirade ne desservait qu’un seul objectif, une question en cachant une autre. Alors, il lui plait ou pas du tout ? Il aborde son rictus de petit con sympathique à mesure qu’il la laisse parler, comme elle l’a fait quand c’était lui qui racontait ses conneries. Au final, lors du dernier meeting, qu’ils aient décidé de protéger la jeune femme ou Juliette n’aurait rien changé à l’issu des éliminations du prime, puisque celle-ci a décidé de se barrer de son plein gré. Joaquim, il est un peu déçu par le départ précipité de cette meuf qui avait l’air plus lucide que d’autres candidats. Plus il les fréquente, plus il se rend compte qu’il les trouve un peu niais sur les bords avec leurs histoires à deux balles. C’est comme Goldfish qui n’arrête pas de lui piquer des crises dès qu’il a le malheur de vouloir ouvrir sa gueule ou César qui veut lui apprendre le mode de vie des aveugles depuis qu’il lui a fait une petite blague de rien du tout. Franchement, Joa, c’est juste le plus gros incompris du nid. Il a envie de déconner et de rigoler avec tout le monde, mais personne ne semble saisir son sens de l’humour majoritairement basé sur l’auto-dérision. Karla, c’est un morceau bien plus compliqué à dérider que par exemple une Aly ou une Penny. Elle a l’air toute sérieuse comme ça, pourtant elle manie le sarcasme avec une certaine virtuosité qui le pousse à vouloir lui offrir toutes les cartes en mains pour se foutre de sa gueule. Joaquim, il aime bien ce genre de meufs un peu pestes sur les bords qui ne te font pas de cadeaux. Il la mate depuis son siège, un sourire en coin, quand elle se décide à se lever pour venir squatter son accoudoir. Il y a ses doigts qui viennent glisser sur son épiderme, remontant de son bras jusqu’à sa nuque. Alors ouais, forcément, il ne peut pas s’empêcher de frissonner comme un teubé, mais ce n’est pas quelque chose qui le dérange réellement. Joaquim, il ne se place pas dans une position offensive avec Karla, cherchant à savoir qui aura le dessus sur qui au sein de leur petite joute verbale. Il est entièrement à son service, dans le don de soi pour lui offrir l’occasion de se moquer de lui. Ça le fait marrer comme situation. Dans le fond, tout ce qu’il veut au sein de son aventure, c’est rigoler sans prendre au sérieux quoique ce soit. Elle le traite de bouseux, ce qui lui tire un léger rire. « D’accord Cendrillon, message reçu. » Selon ses propres dires, Karla serait out of his league, ce qui n’est pas non plus une découverte incroyable pour tout un tas de raisons. Les féministes, elles sont tout le temps-là à les gonfler avec leurs histoires de patriarcat. Pourtant, on ne peut pas non plus dire qu’elles soient toujours ouvertes et conciliantes à propos de leur partenaire masculin. « Il y a un autre truc que j’ai remarqué dans les histoires. » il souffle, passant des mangas aux contes pour enfant. « Le prince charmant n’est jamais réfractaire à l’idée de serrer une nana comme Blanche-Neige qui n’a pourtant pas l’air de posséder un grand patrimoine au moment de leur rencontre. » Ces princesses-là, elles sont bonnes, il y a coup de foudre et ça s’avère suffisant. Avec un peu de chance, elles font le ménage et la popote, mais ce n'est pas important au moment de les demander en mariage. « En revanche, il n’y a aucune héroïne qui accepte un prétendant issu de la populace. Leurs mecs, ils ont toujours un grand château, des titres royaux ou une calèche du feu de dieu assortie à leur manque de personnalité flagrant. » Elle peut essayer de réviser ses classiques, c’est toujours ce schéma qui s’applique dans le synopsis. Même la gonzesse dans la reine des neiges qui finit par se taper une sorte de bûcheron, est de base davantage intéressée par le beau-gosse plein de thunes. Joaquim, peut-être bien qu’il n’a pas beaucoup d’argent, mais il a beaucoup de talent. C’est aussi en ça qu’ils sont plus proche qu’elle ne le croit. Karla est peut-être une virtuose du violon, mais lui aussi il cultive certains dons cachés. « Si ce n’est qu’une histoire de casquette, je peux l’enlever. » il souligne dans un vague sourire, alors qu’elle la lui a déjà volée. De toute façon, Joaquim il savait bien qu’elle était obligée de craquer face à sa nonchalance et à sa jolie petite gueule. Il sait qu’il est beau. Et là où il l’est encore plus que d’autres, c’est qu’il y a quelque chose d’assez naturel et accessible chez-lui qui ne lui confère pas une aura de mannequin prétentieux à la plastique transformée par les anabolisants. « Et ton secret ? » Il y a moyen que celui-ci mette en lumière un certain aspect de sa personnalité ou de son histoire permettant aux autres de se montrer beaucoup plus tolérants et compréhensifs face à son caractère de merde. C’est un peu le même principe qui s’applique pour tous les candidats : leur secret constitue une sorte de pièce maîtresse de leur existence. Il se redresse légèrement sur son siège, fixant pensivement sa casquette qui se trouve toujours entre ses doigts. « T’as pas envie de ma raconter un truc sur ta famille ? » Elle va certainement l’envoyer chier, mais il aimerait bien en apprendre davantage à ce sujet. Ca l’intéresse réellement. « Et je te dirais un truc personnel en échange. Je sais d’avance que tu apprécieras la thématique de mon anecdote. »
avatar

Karla
MESSAGES : 200
LOCALISATION : paris, fr.
EMPLOI : violoniste.
POINTS : 115

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 20 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: leon.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Admiral. (mardi à 12h30)   Mer 5 Déc - 0:37

Pour une fois, je suis assez gentille pour accorder de l’attention à Joaquim et ses bêtises. Ce mec doit être certainement masochiste, il aime bien s’en prendre plein la gueule. Et il sait pertinemment qu’il peut avoir sa dose d’insulte quotidienne en me parlant simplement. Quand il me compare à ses héroïnes de mangas qui se montre froide, puis attachante, je lui fais part de son erreur. D’accord je suis froide, même une garce occasionnellement, mais je n’ai en rien ce côté gentil et attachant. Et Joaquim n’est sûrement pas mon crush. Je me joue de lui, l’asticote, mais je lui fais comprendre qu’il n’aura jamais le niveau pour être avec une fille comme moi. Bien que sans sa casquette, c’est plus du tout le même Joaquim. Il semble avoir compris le message, pourtant il continue son récit en parlant cette fois du goût des princesses pour les hommes du même rang, alors que les princes, eux, n’hésite pas à choisir les femmes du peuple. Il n’a vraiment pas tort sur ce point. « C’est seulement que les héroïnes ont déjà eu assez de problème pour ne pas choisir un mec dans la galère. C’est un peu comme dans le monde réel. » On ne va pas se mentir, quand tu t’en sors dans la vie, t’as pas envie de te trouver un mec qui te tire vers le bas, donc tu cherches ton équivalent ou quelqu’un avec un meilleur niveau de vie que le tien. Je comprends les filles qui peuvent penser de cette manière, moi je m’en fiche un peu, je ne recherche personne. Rester seule me permets d’avancer à mon rythme et sans avoir personne pour me freiner. Il me dit alors que s’il s’agit seulement d’une histoire de casquette, il peut la retirer. J’ai un rictus qui se dessine aux coins des lèvres. « T’es prêt à faire autant d’effort pour moi ? C’est presque touchant. » Je souligne bien le presque dans mes propos. Quand je lui explique que je n’ai pas ce côté doux et attachant, il me demande si mon secret lui l’est. Je reste impassible, je n’ai aucune envie de lui donner le moindre indice, il ne manquerait plus que ce soit lui qui trouve mon secret, ça m’énerverait vraiment. « Mon secret ne me rendra pas plus attachante, je ne l’espère pas en tout cas. » Je n’ai en aucun cas envie d’être vue différent quand les candidats connaîtront mon secret. Il me demande alors de raconter des choses sur ma famille et qu’en échange, il me dira des choses personnels sur lui. Est-ce que j’ai vraiment envie de savoir des trucs sur lui ? Pas forcément, mais c’est mieux pour la recherche des secrets. « Ma famille n’est pas très ordinaire. Je viens d’une famille de roms. C’est un peu l’équivalent des mexicains chez vous, tu sais, les immigrés qu’on n’a pas vraiment envie d’accepter et d’aider. Il n’y a jamais eu de preuve d’amour chez moi, même si on a toujours été très unis face aux problèmes. Aujourd’hui, je suis la réussite familiale. Et donc c’est moi qui entretiens mes frères et sœurs. Mon père, lui il est bien trop fier pour être entretenu par sa fille. » Je ricane à la fin de cette phrase avant d’ajouter : « Ce qui est assez drôle quand on sait qu’il a été entretenu par tout un pays dès qu’il a débarqué en France. » C’est certainement très loin de ce qu’il aurait pu penser de moi, mais c’est bien la famille dans laquelle j’ai grandi. Et c’est bien pour ça que je ne m’intéresserais jamais à un homme qui pourrait de nouveau me foutre dans la merde à cause de son manque de moyen. « Raconte là maintenant, ton anecdote. » Je sais que même sans raconter mon histoire, il aurait fini par me la raconter. Il a su me rendre curieuse, vaut mieux pour lui qu’elle en vaut la peine.
avatar

Joaquim
MESSAGES : 96
AGE : 28
LOCALISATION : kissimmee, fl
EMPLOI : variable
POINTS : 240

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 10 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Golshifteh
Voir le profil de l'utilisateur http://byebyeweirdie.tumblr.com/

MessageSujet: Re: Admiral. (mardi à 12h30)   Dim 9 Déc - 0:14

Joaquim, il hoche lentement la tête face aux paroles de Karla comme si c’était super logique et extrêmement clair, mais dans le fond il ne pige toujours pas pourquoi les meufs préfèrent les princes aux bouseux dans son genre. Outre les arguments évidents reprenant le patrimoine génétique et immobiliers de ces personnages n’ayant aucun souci d’argent, il ne comprend pas où se trouvent le reste de leurs atouts alors qu’ils n’ont aucun caractère réellement définit. Ce que ça doit être chiant de se trimbaler avec un tel boulet au bras à tous les bals du royaume sous prétexte qu’il présente bien, alors qu’en réalité il sert à que dalle. « Ceci dit, tu remarqueras qu’ils ont tellement pas de personnalité, que personne ne s’est emmerdé à leur dégoter un nom. » il fait remarquer dans un sourire nonchalant. Dans la plupart des contes, le titre de prince charmant suffit amplement à les désigner. Joaquim, il est certainement con et inutile, mais au moins il ne risque pas de piquer une crise identitaire à force de se voir déposséder de son patronyme. Tout ça pour dire que même si ces types combattent des dragons et des vilaines belles-mères, ils sont bien loin d’être si intéressants qu’il n’y parait. Karla, elle n’arrête pas de le charrier à propos de ses casquettes, ce qui le fait plus marrer qu’autre chose. Sérieusement, cette gonzesse est à mourir de rire avec tous ces petits pics qu’elle lui balance régulièrement. Limite ça y est, il est amoureux. Joaquim guette ses réactions lorsqu’il mentionne le secret de la jeune femme. Karla, elle n’a pas envie que celui-ci change la perception qu’on se fait d’elle, mais ça va forcément arriver. Pour tous les candidats, même ceux ayant une histoire insignifiante, leur révélation générera un impact sur l’idée qu’on se faisait d’eux jusque-là. Parfois ce sera négatif, mais la plupart du temps ce sera sûrement positif parce que l’émission est là pour ça, créer de l’émotion, du sensationnalisme. Dans son cas, elle part de tellement bas avec son caractère de merde, que même s’il s’avérait qu’elle avait buté toute sa famille, le fait de découvrir quelques informations à son sujet la rendrait plus humaine. Joaquim, il a peut-être une vision erronée du schéma des secrets, mais il se dit que plus t’as l’air d’être une pourriture, plus il y a des chances pour que cette révélation soit bénéfique à ton image publique. Du coup, lui il ne se place pas trop mal à ce niveau-là. A la rigueur, ceux qui risquent le plus de perdre en crédibilité, ce sont les candidats un peu niais, trop gentils et légèrement neuneu sur les bords comme Anouchka ou Sid. « Ce n’est pas le but de l’émission ? » Genre, faire passer la pilule dans le cas où on aurait fait quelque chose de pas très moral dans le passé ? Idem dans le cas d’une maladie ou d’un drame. Il l’écoute attentivement détailler son contexte familial, parce que c’est un élément assez curieux de son histoire. Il ne sait pas toujours comment considérer sa stature de reine qui le met à terre, par rapport à son passé dans la mendicité. « Quand j’étais plus jeune, j’entretenais ma famille. Je me mettais pas mal la pression pour être à la hauteur. » Comme quoi, ils ne sont pas forcément si différents que ça. Il ne sait pas s’il en va de même pour Karla, mais Joaquim, il avait la trouille de tout faire foirer et de les décevoir alors qu’ils comptaient sur lui. Il cherche son regard quelques secondes au cas où elle voudrait partager son ressentit à ce sujet, mais c’est peut-être un peu trop lui en demander au niveau confession, alors il enchaîne sur sa propre anecdote. Elle va sûrement se sentir un peu arnaquée au niveau de l’intérêt de celle-ci, mais il s’en fout pas mal. Elle est tout spécialement sélectionnée pour ses beaux yeux. « Cette casquette-là, elle représente les Patriots de Boston. Je n’y ai jamais mis les pieds, ni vu l’un de leurs matchs autrement qu’à la télévision. On a un rituel chez-moi. » Un truc super important et qui va sûrement lui paraître pas mal dérisoire parce qu’il n’est pas sûr qu’elle puisse le saisir. « J’ai eu un beau-père qui jouait un peu au yo-yo avec ma mère. » Il se barrait, puis ils revenait continuellement, n’ayant aucun scrupule à la laisser comme une merde le temps d’aller s’encaniller ailleurs. « A chaque fois il me ramenait une casquette d'une équipe de sport du bled où il était partit en déplacement. Maintenant, avec le recul, je crois que c’était du flan et qu’il ne quittait même pas la Floride. » Ce n’est pas si compliqué de se dégoter des affaires aux couleurs des équipes les plus populaires de la nation. « Et si je pense ça, c’est parce que j’ai fait la même chose aux mômes de ma copine pour leur faire plaisir. » Joaquim, il ne sait pas exactement où se barrait le régulier de sa mère, mais lui il avait ses propres raisons pour disparaître de temps à autres de la vie de ces enfants qu’il a élevé par intermittence. Peut-être qu’elle en a un peu plus conscience au fil de leur conversation, mais la famille c’est un axe majeur de son existence. Même la descendance d’un autre, il en prend soin comme de la prunelle de ses yeux.
 

Admiral. (mardi à 12h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BIG BANG THEORY - mardi 26 juin, 16h25
» MARDI GRAS
» Les Etats que nous devons gagner Mardi, Pour que Obama aille jusqu'au bout
» Faites entrer l'accusé
» La maj du mardi 19 avril 2011 :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: REZ-DE-CHAUSSÉE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: LA BIBLIOTHÈQUE DES QUATRE SAISONS-