ACHARAALYANOUCHKACESARPENNYGOLSHIFTEHCRISTOPHERGIOMAZELUCYLINAJOAQUIM
FAWNKARLARHEADASHRICHARDBASTIANZIYANLEONSIDJULIETTEULISESTIMEO
Partagez | 
 

 fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Sid
MESSAGES : 386
AGE : 23
LOCALISATION : hobart, tasmania (aus)
EMPLOI : lighting designer
POINTS : 100

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 16 500€
RELATIONS:
PARTENAIRE: ♥️ rhéa ♥️
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)   Lun 12 Nov - 3:07

w/@gio
fairy tales of yesterday will grow but never die


C'est un jour important. Un jour particulièrement symbolique pour Sid mais aussi un jour qui fait mal. Et il a beau avoir du mal à se repérer dans le temps ici, ce jour-là il ne risquait pas de passer à côté. C'est un anniversaire qui ne se célèbre pas, et au lieu de souffler une bougie aujourd'hui il va plutôt en allumer une. Il ne peut pas faire grand-chose d'autre, Sid, et c'est sa manière à lui de dire qu'il n'oublie pas. Qu'il ne l'oublie pas. Il y a un an sa vie basculait et les mois qui ont suivi ont été les pires de son existence, il a sombré si bas qu'il a bien failli se noyer. C'est dur, très dur aujourd'hui de sourire alors que le cœur n'y est franchement pas. Quelque part il s'en veut un peu d'être ici aujourd'hui, parce qu'il n'est pas présent auprès des personnes qui affrontent cette date terrible elles aussi, parce que son rôle aurait été de les soutenir et parce qu'il ne peut pas aller déposer la moindre fleur sur la sépulture de Eddie. Il n'a pas été beaucoup confronté à la mort Sid, mais il peut dire qu'il ne s'y fera jamais. Au fait que les gens qu'il aime meurent, que la vie puisse s'arrêter comme ça, d'un claquement de doigts. Il a mal comme au premier jour, et il pense conserver cette douleur intacte toute sa vie. On dit pourtant que le temps guérit toutes les blessures, mais lui n'y croit pas. Cette date anniversaire ranime la douleur qu'il a tenté de ravaler ces derniers mois, ça lui remet bien à l'esprit que son ami n'est plus là et que la vie doit continuer sans lui. Sauf que ça il a toujours autant de mal à l'intégrer, et le processus de deuil débuté il y a un an suit péniblement son cours. Un an après il passé la phase de déni et de colère mais reste bloqué dans la phase de dépression et de douleur l'empêchant de parvenir à une acceptation des choses. C'est trop tôt, et il a le sentiment que ça le sera toujours. Il arrive pas à prendre de distance avec son chagrin Sid, il admet pas cette réalité qui veut que son ami soit parti. Il trouve refuge dans l'avant pour fuir l'après, et comme on le lui a beaucoup dit il vit effectivement dans le passé. Le présent n'est que souffrance et l'avenir n'existe pas pour lui. Sid ce rend ce soir-là à la bibliothèque pour faire vivre le souvenir de son ami, et avoir ce geste symbolique en sa mémoire à défaut de pouvoir se rendre sur les lieux de sa dernière demeure. Il éteint les lumières de la pièce, s'installe à une table puis dispose la bougie qu'il a ramené avec lui au centre de celle-ci. Il sort de sa poche un briquet, et allume la chandelle de cire en versant en même temps sa première larme depuis longtemps. Elle a besoin de sortir, il ne la retient pas. Plongé dans ses pensées faites de souvenirs heureux avec Eddie, Sid en sort brutalement lorsque la porte de la bibliothèque s'ouvre, face à lui. La silhouette d'un camarade s'avance alors dans la pièce, uniquement éclairée par sa bougie, et il ne parvient à mettre un nom sur cette personne que lorsqu'elle réduit la distance entre eux pour ne plus se trouver qu'à deux mètres de lui. « Oh @gio, c'est toi. Pardon, on y voit pas grand-chose et c'est ma faute. » il laisse entendre supposant que son camarade doit quand même se demander pourquoi toutes les lumières sont éteintes. « J'ai allumé une bougie pour Eddie. Aujourd'hui ça fait un an qu'il est parti.. » Sid préfère le dire comme ça, plutôt que de laisser clairement entendre qu'il est mort. Le sens est le même, la façon de le dire juste bien plus acceptable pour lui. Il y a des mots qui ne veulent toujours pas sortir, même un an après. « C'est le seul véritable ami que j'ai jamais eu. » il ajoute en esquissant un faible sourire, les yeux rivés sur la flamme chancelante devant lui. Il a été souvent déçu en amitié Sid, presque autant qu'en amour et s'il lui est si difficile d'affronter la perte de cet ami c'est parce qu'il est le seul à ne jamais s'être servi de lui. Son amitié était sincère, et on lui a arraché. Il sait qu'il ne retrouvera probablement jamais d'ami comme lui, qui n'ait pas peur de l'assumer à ses côtés, qui soit prêt à lui accorder du temps de façon désintéressée et qui soit présent dans les bons comme dans les mauvais moments. « Tu crois à l'amitié dans un tel jeu ? » il reprend en relevant ses yeux mouillés vers Gio. Sid ne sait pas s'il a envie d'y croire de son côté, quelque part oui bien sûr il aimerait se dire qu'il est possible de trouver de vrais amis ici.. mais il a été déçu tellement de fois dehors qu'il se demande si ça ne risque pas d'être encore pire dans un jeu où les manipulations et les faux-semblants sont apparemment monnaie courante. On a presque jamais été sincère avec lui, pourquoi ce serait différent ici ?
avatar

Gio
MESSAGES : 1665
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs
POINTS : 220

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 29 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)   Lun 12 Nov - 20:19

Gio a fini son livre. Il n'a pas autant lu depuis longtemps. Il faut dire que d'habitude, il n'a pas de temps pour lui, alors que dans le nid, il a pas de mal à trouver un moment pour se caler dans son lit avec un bouquin. Le truc avec Gio, c'est qu'il finit toujours ce qu'il a commencé et même si le roman qu'il vient de lire ne lui a pas particulièrement plu, il l'a lu jusqu'à la dernière page. Il a envie d'une intrigue policière, un bon vieux Agatha Christie avec Hercule Poirot qui vient et trouve la solution en restant assis dans sa chaise ou presque. Quand il entre dans la bibliothèque, il est étonné de la trouver éteinte. Ça le décontenance un peu surtout qu'il n'a jamais vu la pièce dans le noir et qu'il n'a jamais fait attention à où se trouvait l'interrupteur. Il s'apprête à faire demi-tour quand une faible lumière attire son attention. Gio se transforme alors en détective et avance presque à l'aveugle entre les rayons de livres. Il tombe sur Sid qui s'excuse d'avoir éteint les lumières, la voix tremblante. « Pas d'problème. » lui assure Gio avec un haussement d'épaules. L'espace d'un instant Gio croit voir le reflet d'une larme sur le visage de Sid, mais il n'a pas le temps d'être sûr que Sid reprend la parole et lui explique pourquoi il a allumé une bougie. La gorge de Gio se noue un peu en entendant les mots de l'Australien. Après la confession qu'Eddie, c'est son nom, était le seul véritable ami que Sid ait eu, Gio décide -du moins il réagit- de prendre la bougie des mains de Sid, de la poser sur une table à côté et de prendre son camarade dans ses bras. « Oh. Viens par là. » dit-il joignant le geste à la parole. Gio ne sait pas toujours comment réagir face aux émotions fortes, cependant il fait toujours du mieux qu'il peut et c'est ce qu'il fait à cet instant. « J'suis désolé Sid. » murmure-t-il à l'oreille de Sid avant de se racler la gorge, un peu ému lui aussi. Il serre son camarade dans ses bras, une main dans sa nuque, sans pour autant y mettre trop de force, il voudrait pas l'étouffer. Après quelques secondes, il recule et répond à la question que Sid lui pose. « Bien sûr que j'y crois. Quand j'vois le nombre de couples qui sont sortis de Fake Lover, j'crois même à l'amour dans le jeu. » C'est une évidence à ses yeux, et il considère presque déjà Sid comme un ami. Pas un ami comme les gars du BJ-GAP, mais un ami fraîchement découvert, un début d'amitié. Il sait qu'il ne devrait pas, mais il ose quand même demander : « Il lui est arrivé quoi à ton ami ? Si tu veux pas en parler, j'comprends, t'inquiètes pas. » En prenant la précaution de laisser à Sid une porte de sortie s'il ne veut pas en parler.
avatar

Sid
MESSAGES : 386
AGE : 23
LOCALISATION : hobart, tasmania (aus)
EMPLOI : lighting designer
POINTS : 100

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 16 500€
RELATIONS:
PARTENAIRE: ♥️ rhéa ♥️
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)   Mer 14 Nov - 1:26

Si un camarade vient à pénètrer dans la bibliothèque à ce moment-là, il risque de penser que Sid s'adonne à des rituels sataniques ou tout du moins obscurs puisque ce doit être quand même peu courant de trouver quelqu'un claustré ici dans le noir, avec une bougie comme unique source de lumière pour tout le lieu. Ça n'a rien d'habituel pour lui non plus, à vrai dire il avait pensé commémorer la mémoire de son ami disparu le jour de la fête des morts mais il trouve encore plus symbolique de le faire aujourd'hui, un an après son décès. Pourquoi dans cette bibliothèque, il ne le sait pas vraiment, c'est un endroit calme où il pensait ne déranger personne. Cette bougie qu'il allume, c'est tout ce qu'il peut faire pour faire savoir à Eddie qu'il ne l'oublie pas. Il espère que là où il se trouve, son ami peut le voir et qu'il appréciera l'attention. Ce n'est peut-être pas plus mal, au fond, qu'il passe le cap de la première année loin de chez lui. Sid aurait pu resombrer s'il s'était trouvé à Hobart à ce moment-là, forcément il aurait demandé à se rendre au cimetière, il aurait été voir la famille d'Eddie.. cette aventure lui permet au moins de prendre un peu de recul sur tout ça, même si les milliers de kilomètres de distance n'estompent pas la douleur qu'il ressent. Il faut espérer qu'ici il parviendra à se changer les idées, et qu'il ne s'engage pas dans une semaine durant laquelle il ne fera que broyer du noir. Ce serait pas bon pour lui de retomber là-dedans maintenant, émotionnellement c'est une période où il est très vulnérable, encore plus que d'habitude. L'entrée dans une telle aventure, loin de chez lui et la perte de tous ses repères entraine forcément son lot de bouleversements chez un garçon aussi sensible que lui. C'est un moment de recueillement profondément douloureux que Sid n'affronte pas seul bien longtemps, puisque Gio fait son entrée dans la bibliothèque à son tour ce soir-là. Il prend alors conscience que le fait d'avoir éteint les lumières doit perturber son camarade, et il s'excuse pour ça. Sid sait qu'il va avoir droit à des questions sur sa présence ici dans de telles conditions, alors il lui explique pourquoi il ressentait le besoin d'allumer cette bougie aujourd'hui. Il lui parle d'Eddie naturellement, il n'a rien à cacher à Gio parce qu'il est d'une grande bienveillance avec lui depuis le début et il n'a pas peur de s'ouvrir à des personnes comme lui. Il est surpris que la première réaction du grand brun soit de le prendre dans ses bras, c'est le genre de contact que l'on n'initie généralement pas avec Sid, peu importe les circonstances. « Merci.. » il souffle en laissant tomber sa tête contre l'épaule de son camarade. Il lâche par la même occasion sa deuxième larme, à l'abri du regard de Gio et parvient à la chasser avec sa manche avant qu'ils ne s'écartent l'un de l'autre. Gio tient un discours rassurant sur l'amitié dans un tel jeu, il dit qu'il y croit et qu'il est même prêt à croire en l'amour. « C'est vrai, y'a eu autant de couples que ça ? » il lui demande en ouvrant de grands yeux ébahis. « Moi aussi j'ai envie de croire aux deux, mais tout ce que je risque c'est d'avoir le coeur brisé une fois de plus. » il ajoute avant de soupirer. L'amour comme l'amitié lui ont apporté leur lot de désillusions, mais il retombe éternellement dans le piège qui s'est refermé sur lui à maintes reprises, comme s'il n'apprenait rien à chaque fois. Sid n'est pas de ces gens vaccinés après un chagrin d'amour qui ne veulent plus en entendre parler, sans passion même inévitablement synonyme de déception il ne saurait pas pourquoi il vit. Gio lui pose la question à laquelle il ne pensait de toute façon pas échapper, sa réponse est d'ailleurs prête depuis l'instant où il a évoqué la disparition d'Eddie. « Il a eu un accident de voiture, à Launceston. Il a.. avait vingt-cinq ans. » Il ressent comme un coup dans le cœur quand il se reprend pour employer le passé, c'est encore si dur aujourd'hui de considérer qu'il ne le reverra plus. Et d'admettre que l'on puisse être emporté si jeune. « Un choc frontal avec un camion, au moins il a pas souffert. » il précise alors. C'est un peu ce qu'il se répète depuis le jour où la nouvelle est tombée, qu'Eddie n'a même pas dû voir la mort arriver tant ça a dû se passer vite. Il dort mieux en sachant ça. « Tu as déjà perdu un proche ou quelqu'un de ta famille, Gio ? » C'est une question très personnelle, mais il se dit que cette barrière-là a en quelque sorte sauté entre eux maintenant, en tout cas il se risque à s'embarquer sur ce terrain-là. « Eddie tu penses qu'il peut être un esprit errant en ce moment ? Je me dis que s'il est perdu, ma bougie lui permettra peut-être de retrouver le chemin de la lumière, t'en dis quoi ? » Pour qu'il trouve la paix et le repos éternels, il manque d'ajouter. Il est pas branché magie blanche Sid mais y'a des moments où ça l'arrange bien de croire à certaines choses. Si Eddie se trouve dans une sorte de monde astral, il espère juste qu'il n'a pas peur et qu'il ne souffre pas non plus. C'est rassurant pour lui de penser que son ami est peut-être encore présent à ses côtés, que son esprit n'a pas quitté ce monde.
avatar

Gio
MESSAGES : 1665
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs
POINTS : 220

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 29 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)   Mer 14 Nov - 19:21

Sid le remercie et Gio ne sait pas vraiment de quoi. D'être une personne humaine qui ne veut pas le voir pleurer ? Ou de l'avoir pris dans ses bras ? Il doit bien avouer que quelle que soit la réponse, Gio ne voit pas de raison de lui dire merci, il fait ce qui lui semble juste, normal. Voir une personne qu'il apprécie au fond du trou le peine et s'il peut retirer un peu du poids des épaules de Sid en manifestant sa présence physiquement, c'est déjà ça. « Y'a vraiment pas besoin de me remercier. » dit-il à demi-mot avant de laisser Sid s'éloigner. Gio est une personne très affectueuse et si Anouchka l'est également, il ne veut pas imposer à Sid une proximité trop longue qui pourrait le mettre mal à l'aise alors qu'il est déjà pas au top de sa forme. Sid n'a pas l'air de trop connaître les histoires d'amour des saisons passées et même si Gio n'est pas capable de se rappeler de tous les noms des anciens candidats, il sait que ce n'est pas rare de voir des couples se former et perdurer une fois sortis du nid. « Il y en a plus ou moins un par saison qui tient sur la durée, il y a des gens qui se sont mariés, j'pense même qu'il y a eu des bébés Fake Lover. » Il n'est pas complètement sûr mais presque et puis si ce n'est pas le cas, ça devrait pas tarder. L'idée demeure la même. « Et moi ça fait qu'une semaine, mais j'ai déjà plus envie d'imaginer ma vie sans vous tous dedans ! » ajoute-t-il avec un sourire franc. Peut-être pas tous tous, mais certains d'entre eux. Aly par exemple, il veut la voir à la sortie parce que c'est sa partenaire et que son aventure Fake Lover, sera à jamais synonyme d'elle, Sid c'est pareil, il le trouve trop chouette et il se sent même un peu protecteur envers lui alors il est pas question qu'une fois sorti du nid il le laisse tomber. « J'veux pas être le rabat-joie de service, mais c'est toujours le risque qu'on prend quand on se lance dans une relation qu'elle soit amoureuse ou amicale, on prend le risque qu'elle s'arrête. T'as toujours l'option de rester tout seul, mais je l'envie à personne. » répond Gio sérieusement quand Sid explique qu'il risque d'avoir le cœur brisé à nouveau. Gio est tiraillé par la compassion et l'envie de donner un coup de boost à Sid qui semble presque être prêt à passer sa vie en ermite par peur d'échouer ou de souffrir. Ces deux sentiments sont normaux, mais Gio ne croit pas qu'ils doivent finir par dicter sa vie. Il ajouterait presque quelque chose mais Sid lui fait une confession qui lui glace le sang. Il a perdu un de ses seuls amis. Gio, un peu désemparé, lâche un : « Oh, j'suis désolé. » accompagné d'une caresse qui se veut réconfortante sur le bras. C'est fou que la mort ait cet effet sur tout le monde, il a beau avoir été de l'autre côté, à la place de Sid et s'être dit cent fois que les gens qui le prenaient dans les bras et qui lui disaient qu'ils étaient désolés ne l'aidaient en rien, Gio n'a pas d'autre code à utiliser que ceux-ci. Sid lui demande ensuite s'il a déjà perdu quelqu'un et Gio prend une grande inspiration. « Oui. Mon cousin, il s'est tué à moto à Noël il y a trois ans... Mon oncle et ma tante lui avait offert une nouvelle moto de cross pour Noël et il s'est tué en l'essayant, la roue s'est prise dans un barbelé et il est mort dans la chute. » La triste réalité c'est que Gio en veut encore à son oncle et sa tante pour ce cadeau, qu'il en veut encore à Thomas de s'être tué, qu'il est encore en colère et bouleversé. Mais il a appris à gérer sa peine et à ne pas la laisser dominer sa vie. « J'peux pas t'répondre avec certitude. J'espère que non, en un sens, j'espère que ton ami a trouvé la paix et qu'il est fier de toi depuis l'autre côté du miroir, s'il y a un autre côté du miroir. Mais j'pense pas qu'il soit un esprit errant. » dit-il sans aucune conviction personnelle. Gio ne croit pas en l'au-delà, il ne croit pas à l'enfer ou au paradis, il croit qu'une fois qu'on meurt, il n'y a rien, mais il comprend pourquoi les gens veulent imaginer que les membres de leur famille qu'ils ont perdu sont encore parmi eux d'une certaine manière et parfois, il se surprend même à espérer que Thomas les voit tous être heureux et lui rendre hommage comme ils peuvent. « Tu veux dire... une prière pour lui ? J'te préviens j'en connais pas mais j'peux me recueillir si tu penses que ça l'aidera et t'aidera toi aussi. » propose-t-il d'un ton neutre, Gio n'est pas croyant, mais il ne voit aucun mal à dire un Notre Père ou autre si ça peut participer à apaiser Sid. Peut-être que certains le trouveront hypocrite pour ce comportement, mais Gio ne voit en ça qu'une manière de répandre le bien autour de lui.
avatar

Sid
MESSAGES : 386
AGE : 23
LOCALISATION : hobart, tasmania (aus)
EMPLOI : lighting designer
POINTS : 100

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 16 500€
RELATIONS:
PARTENAIRE: ♥️ rhéa ♥️
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)   Lun 19 Nov - 1:11

L’étreinte initiée par son camarade le surprend, Sid n’aurait pas pu s’attendre à ce genre de démonstration de soutien. Il est bien rare que l’on instaure le moindre contact physique avec lui, les gens préfèrent généralement prendre leurs distances, ce n’est donc pas le genre de réaction à laquelle il est habitué. Sid pensait verser quelques larmes dans l’indifférence générale aujourd’hui, comme il le fait toujours. Le fait que Gio ne le laisse pas dans un coin et se montre sensible à sa douleur lui réchauffe le cœur en un jour si difficile, c’est tout ce dont il avait besoin car rester seul dans un tel moment n’est pas bon. Le soutien de son camarade s’avère précieux, il le remercie pour ça parce que c’est tellement plus que ce à quoi il a droit en temps normal. Beaucoup de personnes l’auraient laissé pleurer face à sa bougie sans faire quoi que ce soit, mais Gio est bon lui, il n’est pas insensible à ce qui l’entoure et à la détresse de son prochain. « Si, je t’assure. » il laisse entendre avant de renifler et de passer sa main sur ses yeux humides. Pour son camarade c’est peut-être normal, mais Sid n’a pas souvent l’occasion de croiser quelqu’un d’aussi bienveillant. Le remercier est bien le minimum qu’il puisse faire, en retour. Il est étonné quand Gio évoque les couples formés dans l’émission, qui seraient mine de rien assez nombreux. « Oh ? J’ai hâte de voir quel sera le couple qui durera cette saison, alors. » il rétorque dans un sourire. Il aimerait même qu’il y en ait plus d’un, peut-être que les candidats feront mentir les statistiques. « Et des bébés Fake Lover ? C’est trop cool ! Tu crois que Cupidon devient à chaque fois leur parrain du coup ? » Bon, c’est pas une question existentielle mais c’est un truc qui lui vient sur le moment. Si ça se trouve l’angelot gagne automatiquement ce rôle pour tous les bébés de couples issus de son émission, c’est peut-être même lui qui les marie aussi. Gio ajoute qu’au bout d’une semaine d’aventure il ne peut déjà plus imaginer sa vie sans eux, ce qui ne manque pas de le faire sourire. « C’est beau ce que tu dis. Alors toi aussi tu t’attaches vite aux personnes ? » Ça leur ferait un point commun et pas des moindres. Sid pense à chaque fois passer pour un fou quand il dit être déjà attaché aux personnes qu’il vient à peine de rencontrer, mais il est pas le seul dans ce cas là il faut croire. L’amitié et l’amour dans ce jeu sont certainement possibles, mais Sid craint quand même de se retrouver avec le cœur brisé une fois de plus. Il le voit comme quelque chose d’inévitable, surtout que l’enfermement et le fait que les sentiments sont possiblement décuplés dans un tel cadre ne vont certainement pas limite le problème, au contraire. Gio est d’avis que s’engager dans une nouvelle relation n'est jamais sans risque, et il n’a pas tort. « Oui, c’est vrai. » il concède dans un léger haussement de tête, avant de reprendre « Mais moi je me retrouve tout le temps avec le cœur en morceaux parce que les gens finissent toujours par me rejeter.. Je suis vraiment très malchanceux en amitié comme en amour, mais rester seul j’en suis incapable alors voilà, c’est ça ma vie. » il déclare, fataliste. Il ne peut pas se résoudre à rester seul, même si c’est de toute façon comme ça qu’il finit à chaque fois. « Ta dernière histoire d’amour, elle remonte à quand ? » il lui demande en laissant son regard glisser vers lui. Il se demande s’il pourrait trouver ici quelqu’un affichant un cv amoureux aussi chaotique que le sien, il en doute quand même un peu, mais sait-on jamais qu’il ne soit pas le seul malchanceux en amour dans un jeu où pourtant il semble possible de croire en de belles histoires. Après quoi Sid choisit de se confier sur la disparition de son ami, survenue il y a tout juste un an. Un malheureux accident de la route qui a coûté la vie à Eddie, mort sur le coup heureusement. Il n’a pas souffert, et c’est avec cette idée que Sid se rassure depuis trois cent soixante-cinq jours. Le fait que Gio se dise désolé le réconforte le temps d’un instant, tout comme cette caresse sur son bras qui l’apaise et repousse les larmes qui pourraient avoir de nouveau l’envie de rouler sur ses joues. Son camarade lui confie avoir lui aussi été confronté à la mort d’un proche, il y a trois ans. Son cousin qui s’est tué en moto, un bête accident là aussi, d’autant plus tragique dans les circonstances qu’il lui raconte. « À Noël, mais c’est horrible.. » il souffle d’une voix tremblante, fortement touché par le drame qu’a connu son camarade. « Il devait être jeune.. Je suis tellement désolé. » Sur le moment il ne sait pas quoi dire d’autre, ça lui parait toujours un peu bête et facile même si c’est tout à fait sincère. « On va dire qu’aujourd’hui on commémore la mémoire de Eddie et de ton cousin, euh.. il s’appelle comment ? » Cette flamme il aimerait qu’elle soit pour leurs proches disparus, deux jeunes qui avaient la vie devant eux et qui tiennent une place dans son cœur. Oui, même le cousin de Gio qu’il ne connaît pas. Sid se rassure comme il peut à présent, la disparition de Eddie reste insurmontable un an après alors il se met en tête que peut-être l’esprit de son ami erre autour de lui depuis tout ce temps, qu’il n’est jamais vraiment parti. Gio n’y croit pas, lui, et à vrai dire Sid ne sait pas ce qu’il en est de son côté non plus. Il y a juste parfois des pensées qui rassurent, même si elles semblent ne reposer sur rien de très rationnel. « J’espère aussi qu’il a trouvé la paix.. Tu as raison, s’il flottait depuis un an ça voudrait sûrement dire qu’il est perdu et c’est pas une très bonne chose. Je crois que je préfère le savoir au paradis. » Tout compte fait, c’est l’idée qui lui apparaît comme la plus plaisante. Eddie au paradis pour veiller sur sa famille, ses amis, et sa petite-amie. C’est là qu’est sa place il n’en doute pas, et il préfère le voir comme un ange que comme une âme tourmentée et perdue, quand il y pense. « J’ai déjà prié avant que t’arrives, et puis je veux pas t’obliger à y prendre part si c’est pas ton truc. » il reprend dans un fin sourire. Son camarade n’est apparemment pas croyant, ils n’ont donc pas ça en commun mais il respecte ça. Il aurait peur de le mettre mal à l’aise, de l’incommoder plus qu'autre chose alors il considère que les prières dites tout à l’heure sont suffisantes. « Je suis désolé si j’ai plombé ton moral avec tout ça.. Alors qu’à l’origine toi tu venais juste lire, j’imagine ? » C’est quand même l’usage principal que l’on puisse faire d’une bibliothèque, et il réalise qu’il a sûrement stoppé son camarade dans son élan. « Tu peux rallumer la lumière si tu veux. » il ajoute d’une petite voix, anticipant le fait qu’il devra probablement éteindre sa bougie et donc, symboliquement, dire une nouvelle fois au revoir à Eddie. Il redoute ce moment mais il va pourtant bien falloir le faire, il ne sait juste pas s’il en trouvera la force.
avatar

Gio
MESSAGES : 1665
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs
POINTS : 220

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 29 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)   Mer 21 Nov - 20:48

Sid est trop mignon à s'essuyer les yeux, il y a une innocence un peu enfantine dans ses gestes, que Gio trouve attendrissante. Histoire de le réconforter Gio lui passe la main dans le dos et frotte vigoureusement, ça a souvent l'air de fonctionner comme geste, alors il ne voit pas de raison de ne pas reproduire l'expérience pour découvrir si Sid y est allergique ou non. « Allez, ne pleure pas, sinon tu vas m'faire chialer. » dit Gio avec un éclat de rire et l'oeil brillant. Il pleure pas souvent Gio, mais c'est parce que les gens autour de lui sont joyeux, il a la capacité émotionnelle d'une éponge et c'est facile de rester heureux et de rigoler en permanence quand les gens n'ont pas de problème. Une fois que quelqu'un commence à vider son sac, Gio ne sait pas faire autrement que compatir, au sens premier du terme, et souffrir avec eux. Bien sûr, il essaie toujours d'être une source de réconfort et de bonne humeur, mais ce n'est pas toujours un grand succès. Lui qui aime à dire qu'il vise à répandre le bonheur et la quiétude partout, il sait bien que c'est une entreprise difficile. « J'sais pas, faudrait demander, mais comme Cupidon fait souvent le matchmaking, peut-être qu'il a un droit de regard sur le bébé ouais. » dit-il en haussant les épaules, pas convaincu qu'un personnage de téléréalité qui se trimballe toujours à poil ou presque serait le meilleur role model pour un nouveau né, mais bon. Sid semble intrigué par le fait que Gio manifeste déjà de l'attachement envers leurs camarades. C'est presque embarrassant à dire, parce que Gio trouve que c'est trop tôt pour dire ce genre de choses, mais c'est la vérité. Il est plus proche de certains d'entre eux qu'il ne l'est de gens qu'il a connu il y a deux ans. Leur proximité et captivité -volontaire- les forcent à des rapprochements express. « Ça dépend des gens, mais j'trouve qu'ici on a pas trop le choix. J'pensais pas m'attacher aussi vite, mais comme on est coupé du monde et compagnie, j'me retrouve à rêver de vous la nuit et tout. J'ai aucun répit ! » finit-il par plaisanter. Pour ce qui est de préserver le cœur de Sid, Gio n'a pas vraiment de solution à lui proposer. « Peut-être que c'est juste que tu choisis pas bien au départ. Dis-toi, qu'il suffit de tomber sur la bonne personne une fois et c'est pour la vie. C'est normal d'pas trouver du premier coup. » Il faut embrasser beaucoup de crapauds avant de trouver son prince charmant, ou un truc comme ça. Gio y croit dur comme fer. Seuls les vrais chanceux rencontrent la personne avec qui ils vont finir leur vie dès leur première tentative. Lui, il n'est pas vraiment à plaindre, une relation sérieuse qui s'est terminée il y a près de deux ans et d'autres qui n'ont pas duré mais ne l'ont pas vraiment fait souffrir non plus. « Ma dernière vraie relation ça remonte à il y a plus de deux ans, depuis j'ai eu quelques flirts mais ça va jamais très loin... Et toi ? » s'enquiert-il pas très sûr d'avoir envie de savoir la réponse, ni même que Sid enquête davantage sur la sienne. Gio est une personne qui se tourne toujours vers le futur, se remémorer une relation qui a échoué, ou qui du moins n'a pas été un total succès, c'est s'imprégner d'une négativité dont il n'a que très peu besoin. Surtout parce que sa mère parle encore à son ex-copine et l'invite encore à manger chez eux même après que Gio ait rompu. C'était la première et la dernière qu'il leur ait présentée. Depuis... il a mentionné des noms, de fille ou de garçon, il a décrit ou montré des photos, recueilli une approbation ou un regard courroucé, mais il n'a pas eu de relation suffisamment poussée pour officialiser ça auprès de ses parents. Parler de la mort de son cousin le fait un peu grincer des dents mais c'est un mal pour un bien, Gio a bien conscience que la façon dont il fait son deuil -ou qu'il ne fait pas son deuil selon comment on le regarde- est parfois contreproductive, mais il ne sait pas faire autrement. Il peut être un rayon de soleil dans la nuit pour les autres, mais il ne sait pas vraiment comment gérer ses propres émotions. « Ça pourrit un peu les Noëls qui suivent ouais, il avait même pas dix-sept ans. » admet-il avant de répondre à la deuxième question de Sid, la gorge nouée parce qu'il n'a pas parlé de son cousin, n'a pas dit son nom depuis plusieurs mois. « Thomas. » Même ses amis les plus proches n'osent pas le mentionner si Gio n'en parle pas le premier. Ils savent que le sujet est très sensible et qu'il vaut mieux le laisser de côté, mais pas Sid, Sid lui il pose des questions parce qu'il n'a pas vu Gio à l'enterrement, un mois après l'enterrement, trois mois après. C'est peut-être pas plus mal. « On peut rester un peu plus longtemps dans le noir ? Ça fait longtemps que j'ai pas pris le temps de vraiment penser à lui et de me recueillir. » demande Gio, presque honteux d'avoir besoin de demander alors que bon, il pourrait utiliser la nuit pour penser à ça. Mais Sid l'a surpris avec sa session prière et recueillement et maintenant, il est ouvert à la possibilité parce qu'on ne lui a pas laissé le choix et qu'on l'a pris par surprise. « Tu crois en Dieu du coup ? » qu'il demande avec toute la délicatesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Gio s'estime équilibriste sur un fil entre l'agnosticisme et l'athéisme, aussi quand les gens prient, quand les gens croient, il aime savoir en qui et en quoi. C'est une curiosité pour lui, comme on cherche à percer un mystère qui ne nous a jamais été confié. Il connait aussi beaucoup de gens qui sont dans sa position mais à qui il arrive de prier pour des occasions particulières, celle-ci en est peut-être une pour Sid, bref, il veut juste en apprendre davantage sur son camarade.

 

fairy tales of yesterday will grow but never die (mardi, 21h00)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Examen de Rang S : Ethan Rayne] Fairy Tales
» Verity • A little bird told me to believe in dreams and fairy tales
» M - Fairy Tales suck ! |FINIE|
» My Fairy Tales ♠ Vous Pensiez que nous n'étions que des Contes? [Acceptée]
» THE PURSUIT TALES ▲ all of a mind trick

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: REZ-DE-CHAUSSÉE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: LA BIBLIOTHÈQUE DES QUATRE SAISONS-