GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 if i told you i was terrified for days - lun, 23:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucy

Lucy
MESSAGES : 845
LOCALISATION : pékin, china.
POINTS : 36

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 2 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (césar) annie
Voir le profil de l'utilisateur

if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 Empty
MessageSujet: if i told you i was terrified for days - lun, 23:00   if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 EmptyLun 12 Nov - 1:26

@césar

C'est fou comme le temps peut s'écouler. Dans un espace aussi cintré que celui offert par le nid, tout semblait s'échapper. Tout allait aussi vite que lentement, si bien que je n'arrivais pas bien à comprendre comme le tout fonctionnait. Je veux dire, j'avais l'impression d'être entré hier, et pourtant d'avoir déjà vécu pas mal de choses au sein de l'aventure. Certes, je n'avais pas lié autant de liens que la plupart des candidats, probablement parce que je n'étais pas du genre à m'attacher facilement. Je gardais mes distances, comme un filet de sécurité. C'était mieux ainsi. César, il m'avait été facile de créer un semblant de relation avec lui, bien que j'avais parfois l'impression que nous n'étions pas réellement du même monde lui et moi. Je me disais également qu'il ne devait pas réellement réussir à me cerner, ou à me comprendre. Je me cachais derrière des petits pics d'humour, faiblesse que je supportais depuis des années maintenant, et qui m'empêchais bien d'avancer. Au delà de ça, j'échappais également à des situations plutôt gênantes où je ne saurais quoi dire. Parce que la Lucy que tout le monde connaissait, elle avait le dernier mot sur tout, et ne se laissait jamais atteindre par autrui. C'était ainsi et pas autrement. Le prime de la veille avait été assez calme selon moi. J'avais souffert de quelques malus, rien de bien alarmant, et Ziyan m'avait même rapporté un petit bonus plutôt intéressant, que j'avais déjà hâte d'utiliser. Après, bon, ça n'était pas comme si je me voyais nominer qui que ce soit à l'heure actuelle, puisque je n'avais pas particulièrement d'ennemis ou de personnes que je souhaitais impérativement voir sortir. Tout ce que j'avais retenu, c'était que je devais donc un massage à César, ce qui m'amusait assez. C'était peut-être étrange, mais je n'avais jusqu'ici jamais "sexualisé" mon partenaire. Je veux dire, pour moi c'était comme mon frangin dans cette aventure, mon bon pote. Pas certain qu'il s'agissait là de l'idée initiale de Cupidon, mais la question ne s'était jamais trop posée... Jusqu'à ce que César enlève son haut, là, à cet instant. « Alors hm... tu t'allonges sur le dos, là... » je comprenais mieux ce que Penny entendait par "il y avait encore César" lorsque j'avais pleuré le départ physique de Bastian. Tenté qu'il soit arrivé un jour. « Tu vas trouver ça drôle, mais je te pensais pas être du genre à... être actif physiquement. » oui, je l'imaginais mal faire beaucoup de sport, et pourtant il était plutôt bien dessiné. « Ça doit te manquer... de ne plus voir les regards des autres. » on était tellement habitué à vivre sous les yeux des autres, que ne plus rien ressentir de la sorte, plus d'attirance, plus de jugement, ça devait faire quelque peu étrange. Attendant qu'il s'allonge sur le lit, je grimpais alors légèrement au dessus de lui, à califourchon, frottant mes mains pour bientôt les poser contre ses épaules, appliquant l'huile massante.



I've never been a socialite
Can you feel me now that I'm vulnerable in oh-so many ways ? Oh, and I'll never change.
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 Empty
MessageSujet: Re: if i told you i was terrified for days - lun, 23:00   if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 EmptyLun 12 Nov - 16:09

Au départ, César ne savait pas si Lucy était sérieuse lorsqu'elle lui avait proposé un massage en échange des informations qu'il aurait réussi à capter grâce à son ouïe supersonique pendant le prime, parce qu'il fallait bien avouer qu'elle n'était pas forcément la candidate qu'il imaginait la plus enthousiaste à l'idée de masser un garçon. Ils apprenaient encore à se connaître et à se cerner l'un-l'autre, mais Lucy instaurait depuis le départ une certaine distance dans sa façon de gérer leurs échanges, et il avait bien compris qu'elle ne se voyait pas forcément s'attacher à lui au-delà du jeu en lui-même ou de ce qui les unissait symboliquement dans l'aventure, là où certains candidats avaient peut être déjà posé les bases d'une relation très complice. Il tentait depuis le départ de s'adapter à elle, ayant appris à le faire au fil des années et particulièrement quand quelqu'un se retrouvait autant concerné par sa situation. Parce que Lucy, elle était sa partenaire et donc probablement la personne qui se sentait la plus responsable de lui dans cette aventure, et il se répétait depuis le début qu'il n'avait pas la moindre envie de devenir une gêne pour elle dans ce jeu, raison pour laquelle l'humour fonctionnait toujours assez bien pour détendre l'atmosphère quand sa cécité revenait facilement sur le tapis. Alors oui, il avait été surpris qu'elle tienne à lui offrir ce massage, simplement parce que ça impliquait une proximité physique qu'ils n'avaient pas forcément beaucoup eu jusque là en dépit du fait qu'ils dormaient dans le même lit et passaient pas mal de temps ensemble. Mais parce que c'était le genre de propositions qui ne se refusaient pas, il ne perdit pas de temps pour retirer son haut et s'allonger sur leur lit quand elle le lui demanda. « Je te préviens, si j'ai des bleus partout c'est normal. C'est toujours comme ça quand je dois prendre mes marques dans un endroit que je connais pas, mais t'inquiète pas je sens rien. » Il préférait quand même la prévenir, parce que ce n'était pas la première fois qu'elle le voyait torse nu mais elle n'avait peut être pas eu vraiment l'occasion de faire attention à ce genre de détails avant ce soir, et il ne voudrait pas qu'elle imagine qu'il s'adonnait à des combats clandestins avec les autres garçons ou était le bouc émissaire d'un candidat. Sa prochaine remarque dessina un sourire plus amusé sur ses lèvres. « Parce que je suis aveugle, ou parce que je suis payé pour préparer des burgers ? » Il demanda dans un léger rire, alors qu'il savait parfaitement que ça n'avait rien à voir avec son métier et que peut être, dans l'inconscient de Lucy comme dans l'inconscient de beaucoup d'autres personnes, les non-voyants n'étaient pas forcément intéressés par l'idée de faire de l'exercice ou de faire attention à leur ligne. « Ça me manque parce que c'est plus difficile de savoir ce que j'inspire aux autres et qu'avant j'accordais beaucoup d'importance à ce que je pouvais lire dans leur regard. Mais ça m'empêche pas d'y penser, souvent, et c'est pour ça que je continue à prendre soin de moi et que j'ai envie qu'on puisse penser que je me fiche pas de l'image que je renvoie simplement parce que moi je peux plus apercevoir mon reflet dans un miroir. » C'était très important pour lui de continuer à faire attention à lui, de porter des vêtements dans lesquels il se sentait mis en valeur, de faire attention à sa coiffure, à son rasage, et à toutes sortes de détails que lui ne pouvait plus voir mais que les autres pouvaient encore remarquer. « Si j'avais décidé que c'était plus important pour moi de plaire, j'aurais fait une croix sur ma vie intime et affective et il en était pas question. » Handicapé ou non, il restait un homme de vingt-huit ans qui espérait bien ne pas terminer sa vie en tête à tête avec son chien et qui comme n'importe qui d'autre aimait plaire au sexe opposé. Ça lui avait pris un peu de temps mais il avait fini par accepter l'idée que son accident n'avait pas sonné la fin de sa vie, mais le début d'une existence un peu différente mais toute aussi riche de possibilités. « Entre nous, je te pensais pas non plus du genre à grimper sur les garçons pour les masser. Ça t'arrive souvent ? » Il s'amusa au moment où il sentit ses mains se déposer contre ses épaules, parce qu'il aurait compris qu'elle ait juste proposé ça comme ça, sans forcément avoir envie de le faire.
Lucy

Lucy
MESSAGES : 845
LOCALISATION : pékin, china.
POINTS : 36

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 2 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (césar) annie
Voir le profil de l'utilisateur

if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 Empty
MessageSujet: Re: if i told you i was terrified for days - lun, 23:00   if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 EmptyDim 18 Nov - 0:02

J'ai toujours eu conscience que je pouvais paraitre légèrement abrupte, et qu'il était parfois difficile de me suivre ou de deviner qui j'étais réellement. La vérité était que je n'en avais moi-même pas franchement la moindre idée jusqu'ici. Parfois je tentais même d'avoir des réactions que je n'aurais normalement pas eu, comme si changer mon propre caractère allait faire de moi quelqu'un de distinguable, d'entier. C'était bien souvent faux. L'avantage que j'avais avec César, c'est que je n'avais pas l'impression d'être jugée sur beaucoup de points, chose qui aurait probablement été différente avec un Cristopher ou un Ziyan à mes côtés. Chacun avait ses qualités et ses défauts, et évidemment il y en avait également du fait de me retrouver avec mon partenaire, mais je ne me plaignais pas jusqu'ici. Le brun m'expliquait qu'il ne fallait pas que je m'en fasse si je voyais des bleus sur son corps, et en effet, maintenant que je faisais face à son dos, je pouvais en repérer un non loin de son épaule. J'en venais d'ailleurs à me demander comme il était possible de se cogner à cet endroit, hormis faire une roulade avant... Lorsque je lui expliquais que je ne l'imaginais pas vraiment avoir une activité physique, tout simplement parce que je n'avais pas conscience qu'être aveugle n'handicapait pas grand chose de ce côté là, il me fit légèrement sourire avec sa prochaine question. « Un peu des deux je suppose... C'est vrai que les cuistots ont souvent tendance à avoir la brioche devant. » mais de toute évidence, la production n'avait pas prévu de recruter un ou deux grassouillets cette saison. C'était même chose plutôt rare, je crois bien. J'en venais ensuite à lui demander si ça ne lui manquait pas, le regard des autres. Je m'étais dit qu'à sa place, j'aurais peut-être eu un peu de mal à le vivre, bien que j'étais loin d'être la candidate la plus superficielle par ici, il fallait se l'avouer. C'était cependant toujours agréable de savoir que l'on plaisait, que l'on laissait une impression. Lui ne s'en fichait pas. Il voulait continuer à plaire et de toute évidence, ne souhaitait pas finir ses jours seul, ce qui était bien compréhensible. « T'es bien souvent plus âpreté que moi, alors je veux bien te croire. » ironisais-je en haussant légèrement les épaules. Me mordant un instant la lèvre inférieure, je réalisais que pour le coup, César ne pourrait jamais me dire qu'il me trouve belle, et cette idée là, étrangement, ne me dérangea pas du tout. Ça faisait bien longtemps que je n'avais plus réellement envie d'avoir affaire au jugement des autres. Lorsqu'il ajoutait qu'il ne m'aurait pas imaginé aussi... tactile, un léger sourire étira mes lèvres. « Souvent ? Non. Mais je me dis que y'a peut-être une chance sur cent que tu sois Daredevil, alors forcément, je ne veux pas passer à côté de cette opportunité. » bien oui, c'était quand même l'un des super héros les plus sexys, et de toute évidence, ça faisait toujours bien sur le CV que d'avoir rendu service à un justicier. « Plus sérieusement, je donne vraiment l'impression de ne pas être... attentionnée ? » Franchement, j'avais aucune idée de ce qu'il pouvait penser de moi jusqu'ici. Probablement avait-il du mal à se faire une idée, comme tous les autres. Je ne serais de toute façon pas vexée de sa réponse. Enfin, il ne me semblait pas.



I've never been a socialite
Can you feel me now that I'm vulnerable in oh-so many ways ? Oh, and I'll never change.
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 Empty
MessageSujet: Re: if i told you i was terrified for days - lun, 23:00   if i told you i was terrified for days - lun, 23:00 EmptyLun 19 Nov - 3:10

César aimait mieux prévenir Lucy que son exploration du palais avait du lui laisser quelques bleus sur le corps, ce qui arrivait généralement quand il découvrait un endroit pour la première fois et apprenait à se repérer grâce à sa canne, mais aussi grâce à ses mains et toute autre partie de son corps qui pouvait facilement entrer en contact avec un mur, un meuble ou un autre obstacle qui se dresserait sur sa route. Il s'était pris le rebord d'un plan de travail contre le flanc et le coté d'une étagère au niveau de l'épaule l'autre jour, et si ça ne lui faisait plus vraiment mal il préférait quand même que sa partenaire soit au courant avant qu'elle imagine un autre scénario. Lucy parut plutôt surprise que son corps laisse supposer qu'il pratiquait une activité physique régulière, probablement parce qu'elle ne s'attendait pas à ce que le sport fasse partie des activités que choisirait un aveugle ou ne l'imaginait pas capable de s’entraîner au même titre que n'importe qui d'autre. Ça ne le vexait pas, il tâchait toujours de garder à l'esprit que pour une grande majorité de candidats, il était probablement le premier aveugle qu'ils côtoyaient d'aussi près, et qu'il y avait des choses évidentes pour lui qui ne l'étaient pas forcément pour eux. Lucy entra cependant dans son jeu lorsqu'il supposa que ça pouvait aussi être une façon détournée de lui faire comprendre qu'elle s'attendait plutôt à ce qu'il soit très porté sur la nourriture compte tenu de son métier. Sa remarque lui tira un léger rire. « En fait, c'est souvent tout l'un ou tout l'autre. Mais moi j'ai des horaires assez lourds, mon patron a doublé notre charge de travail parce qu'il veut économiser sur les salaires pour agrandir le food-truck. Du coup j'ai peu de temps pour manger, je le passe à cuisiner pour les autres. » C'était son boulot, même s'il n'imaginait peut être pas que ce serait aussi dur quand il avait commencé et que Rick le prendrait à ce point au sérieux quand il lui avait dit qu'il se sentait d'attaque pour assumer des responsabilités. « J'espère que je vais pas avoir de problèmes en disant tout ça à la télé. » Il reprit d'un ton plus amusé, réalisant que son patron n'avait peut être pas envie que ce genre de choses se sachent, même si César n'avait pas l'impression d'être réduit en esclavage, ce qu'il faisait il le faisait de bon cœur et parce que cuisiner était sa passion, et c'était important pour lui que Rick ne le traite pas différemment parce qu'il était aveugle. « Et toi, tu fais quoi déjà comme métier ? » Il lui semblait qu'ils n'en avaient pas vraiment discuté jusqu'ici, et ça l'intéressait forcément. Il confia par la suite à Lucy que le regard des autres lui manquait pour tout ce qu'il ne pouvait plus y lire, mais qu'il restait essentiel à ses yeux de continuer à prendre soin de lui pour que les personnes qu'il rencontrait voient qu'il voulait continuer à plaire et non se résigner parce que lui ne pouvait plus se voir à travers un miroir. Il savait que sa situation n'était déjà pas son meilleur atout à l'échelle de sa vie sentimentale, alors il tenait à faire attention à l'image qu'il renvoyait. « Je suis sûr que t’exagères et que tu te mets bien mieux en valeur que tu le penses. D'ailleurs, Gio t'a décrite exactement telle que je t'imaginais. » Ses lèvres dessinèrent un sourire complice, parce que ça l'amusait d'évoquer à demi-mot sa conversation avec Gio, Lucy allait probablement se demander ce qui avait pu se dire à son sujet mais elle n'avait pas d'inquiétude à avoir puisque Gio n'avait pas lésiné sur les points positifs de chacun des candidats qu'il lui avait décrit. Distrait tandis que Lucy massait ses épaules, César fit remarquer qu'il ne l'imaginait pas forcément se montrer tactile avec les garçons, et sa réponse l'amusa. « C'est vrai qu'il vit à New York lui aussi, ça nous fait déjà deux points en commun. Ma couverture n'est peut être pas si brillante que je le pensais... » Il émit un léger rire, pas certain d'avoir beaucoup d'autres points communs avec Daredevil et ses super-pouvoirs, mais se félicitant toujours que le monde des comics ait un peu de place pour un super-héros non-voyant. Sa question lui fit ensuite prendre un air un peu plus sérieux. « Je dirais pas ça, non. Mais je sens que tu es très indépendante et que tu fonctionnes pas forcément beaucoup à l'affect, alors j'aurais compris qu'il y ait une limite que tu tiennes pas forcément à dépasser avec moi. » Il souffla doucement, simplement pour qu'elle sache qu'il n'avait pas la prétention de l'avoir cernée en une seule semaine et continuait d'essayer de la découvrir, mais qu'il aurait compris qu'elle ait parlé de ce massage surtout sur le ton de la plaisanterie lors du prime. « Maintenant soyons clairs, je me plains absolument pas du fait que tu me masses. Au contraire, tu fais ça parfaitement et si j'arrête brusquement de parler c'est que je me suis endormi. » Il plaisanta, complètement détendu et relâché pendant que ses mains frictionnaient son dos.
 

if i told you i was terrified for days - lun, 23:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haily Hannah Halloway || So no one told you life was gonna be this way ?
» [terminé] LUMÈS → I told you I couldn't let you go.
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» MOEBIUS / GIR (JEAN GIRAUD)
» [JANUS] There are some days ... feat. MI AE ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: PREMIER ÉTAGE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: CHAMBRE PANGU-