ACHARAALYANOUCHKACESARDASHGOLSHIFTEHCRISTOPHERGIOJULIETTELUCYLINAJOAQUIM
FAWNKARLAMAZEPENNYRHEABASTIANZIYANLEONULISESRICHARDSIDTIMEO
Partagez | 
 

 sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

César
MESSAGES : 451
AGE : 28
LOCALISATION : harlem, nyc.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 17 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: LUCY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/ En ligne

MessageSujet: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Lun 29 Oct - 12:14

SWEET DREAMS ARE MADE OF THIS.
W / @rhéa

César n'avait jamais vraiment cru à l'idée selon laquelle une personne aveugle aurait l'odorat plus développé qu'une personne capable de percevoir le monde avec ses yeux, pour autant il savait que son rapport aux odeurs avait radicalement changé depuis qu'il ne voyait plus. Elles avaient pris plus d'importance dans la représentation qu'il se faisait d'un espace ou d'une chose, simplement parce qu'il avait à sa disposition un nombre d'informations plus limité que la moyenne pour se les représenter mentalement. Il ne faisait pas d'efforts particuliers pour percevoir une odeur, mais son cerveau se concentrait sur ce genre de détails en particulier chaque fois qu'il apprivoisait un nouvel environnement, qu'il découvrait un nouvel endroit ou rencontrait une nouvelle personne. Il sollicitait simplement ses autres sens davantage qu'autrefois. Parce qu'il y a quelques années, ça n'aurait sûrement pas eu beaucoup d'importance pour lui qu'une fleur renferme tel ou tel parfum, mais qu'aujourd'hui il se passait quelque chose de particulier à l'intérieur de son être quand il respirait l'air de ce jardin où se mêlaient toutes sortes de senteurs très appuyées qui symbolisaient la puissance et la beauté éphémères de fleurs que son imaginaire pouvait sculpter comme il en avait envie. Ses doigts couraient le long des pétales d'une fleur dont l'odeur se faisait plus discrète et qui semblait se rapprocher d'une orchidée. Être aveugle n'avait pas fait de lui un expert en variétés de fleurs, mais il savait en reconnaître quelques unes à force d'analyse et de concentration et cette fleur-là ça n'était pas la première fois que ses doigts la caressaient. En vérité, il venait souvent se perdre par ici depuis qu'il avait intégré l'aventure, peut être autant par préférence personnelle que parce que c'était l'un des endroits où il se sentait le moins handicapé par rapport aux autres. Ce rapport un peu spécial qu'il avait avec les plantes, c'était une chose qu'on ne pouvait pas lui enlever et qui le faisait se sentir à sa place dans cet endroit en particulier. Tendant finalement le bras vers une autre fleur, il eut la surprise de sentir une main se heurter doucement à la sienne, comme si quelqu'un avait eu la même idée que lui. La main en question était fine, un peu froide aussi, ce qui d'après son oncle avait toujours été un gage de bonne santé. « Il paraît qu'on a les mains froides lorsqu'on a le cœur chaud. J'ai jamais vraiment su à quel point ça pouvait être vrai. » Il souffla dans l'esquisse d'un léger sourire, alors même qu'il n'avait pas la moindre idée de l'identité de la personne à qui appartenait cette main. Ce n'était pas toujours déplaisant parce qu'il y avait aussi une part de mystère pas désagréable quand on découvrait quelqu'un autrement qu'avec les yeux, mais venait toujours un moment où l'inconnu devenait frustrant pour lui aussi. « J'aime bien cet endroit, tu y viens souvent ? » C'était son cas et peut être aussi celui de sa camarade, après tout il y avait probablement beaucoup d'occasions où il se croyait seul mais ne l'était pas réellement, les autres avaient l'avantage de pouvoir l'éviter quand il apparaissait dans leur champ de vision mais lui n'avait pas toujours celui d'aller vers eux. « On pourrait peut être s'y promener ensemble, si t'as du temps devant toi ? » Il demanda doucement et après quelques secondes, ses deux mains jointes au sommet de sa canne qui était prête à se remettre en route. Il aimerait bien explorer ce jardin un peu plus concrètement, à travers des yeux capables d'en apprécier chaque particularité et de compléter sa propre perception des lieux, encore limitée.
avatar

Rhéa
MESSAGES : 181
LOCALISATION : paris, fr
EMPLOI : commissaire priseur
JUKE BOX : later bitches, the prince karma - i'm a mess, bebe rexha - breathin, ariana grande - taki taki, dj snake - i like it, cardi b - do it tonight, cedric gervais - eastside, benny blanco, halsey & khalid - moonlight, gaullin

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: SID
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Sam 3 Nov - 19:45

Le jardin zen, depuis la veille et ta discussion avec Gio, tu n'attends qu'une chose, y retourner la journée. Une pomme dans la main en guise de dessert, tu te diriges vers le jardin. L'endroit est le même, les couleurs et les lumières sont différentes. La brise fait danser tes pointes sur tes épaules. Tu frissonnes avant d'engager le pas à travers les allées du jardin zen. Tu découvres une multitude de fleurs que tu n'avais pas vu la veille à cause de la nuit tombée. T'as l'impression de te promener au milieu d'un arc en ciel, toutes ces couleurs sont magnifiques et à la fois reposantes. Tu croques plusieurs fois ta pomme en marchant, tu ne croises personne. Au loin tu aperçois un mur d’orchidées. Des blanches, des roses pâles. On dirait presque une arche de mariage tellement cela parait féerique. Tu t'approches doucement et aperçois un garçon près de ces fleurs. A sa façon de contrôler ses gestes, tu comprends que c'est César, votre colocataire d'aventure malvoyant. Tu te souviens de son prénom, il avait retenu ton attention lors du l'entrée dans le Nid en raison de sa singularité. Tu t'approches, tu ne t'annonces pas, tu ne dis rien. Ce n'est pas parce que c'est lui, tu te serais comporté avec tout le monde de la même façon. T'as généralement rien à dire aux gens, c'est pas ton genre. Contrairement à la plupart des gens, tu n'est pas du tout gênée par le silence. Même les silences qui s'installent dans les conversations ; d'ailleurs, ça t'amuses toujours de voir les autres se sentir idiots dans ces moments. Lorsque tu arrives à sa hauteur, tu tends une main pour faire comme lui. T'as l'impression d'être une enfant, quand tu vois quelque chose qui te plait, tu ne peux pas t’empêcher de toucher. Et cette fleur te plait. Tu n'as pas anticipé son geste alors que sa main vient heurter la tienne. « Il paraît qu'on a les mains froides lorsqu'on a le cœur chaud. J'ai jamais vraiment su à quel point ça pouvait être vrai. » Cette introduction te fait sourire, ça a le mérite d'être original. Après un léger soupir, tu lui réponds « J’espère que c'est vrai. » Comme s'il y avait vraiment une définition de cœur chaud. Toute ta vie, t'as entendu des idiots te balancer à la figure que t'as une cœur de pierre, que t'es une fille glaciale. Ça ne t'as jamais fait ni chaud ni froid, pour toi, ce n'est pas le nombre d'avis qui t'importe, mais de qui ces fameux avis proviennent. Cependant aujourd'hui, c'est bien la première fois que t'entends le contraire. C'est étrange... Tout ça juste à cause d'une histoire de sang qui ne circule pas assez dans tes doigts à un instant t. « J'aime bien cet endroit, tu y viens souvent ? » Y venir souvent ne serait pas exact, mais t'as déjà le sentiment que ce jardin zen va être l'un de tes endroits préféré ici. « C'est la seconde fois, mais je sens que je vais y revenir souvent, ce jardin est magnifique. » T'es pas du tout embêtée par les mots qui viennent de sortir spontanément de ta bouche. Tu sais bien que César ne peut pas voir ce jardin, mais il doit très bien savoir qu'il est magnifique, rien qu'avec les odeurs, et ce calme ambiant... Il te propose de te balader avec lui dans le jardin zen. De base tu venais ici dans ce but, pourquoi pas casser les habitudes en te montrant un peu sociable ? « Oui j'ai du temps devant moi, allons y. »  Tu allies le geste à la parole en te mettant en marche, oubliant une seconde comment César pouvait se repérer dans un espace qu'il connait encore peu. Tu croques encore une fois dans ta pomme pour la terminer et tournes la tête pour remarquer qu'il marche juste à côté de toi. Après tout, il ne doit pas être bête, pour s'engager dans une aventure comme celle ci, loin de chez lui, c'est qu'il doit connaitre ses limites, et surtout ses capacités. « Au fait, je m'appelle Rhéa. Toi César c'est ça ? »
avatar

César
MESSAGES : 451
AGE : 28
LOCALISATION : harlem, nyc.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 17 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: LUCY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/ En ligne

MessageSujet: Re: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Dim 4 Nov - 23:38

César eut un léger sourire lorsque sa camarade laissa entendre qu'elle espérait que cette histoire de mains froides et de cœur chaud était vraie, parce que sur le moment il lui revint à l'esprit le soir où il avait entendu cette expression pour la première fois, lorsque son oncle avait pris ses mains entre les siennes et les avaient trouvé glacées, peut être parce qu'à l'époque il leur était un peu difficile de joindre les deux bouts et que le chauffage venait parfois à manquer dans l'appartement de leur famille recomposée. Il revoyait de brèves images à l'intérieur de son esprit, comme si là-dedans les bandes du film de son passé l'attendaient le temps d'un cours visionnage, alors que ses yeux n'étaient plus en mesure d'alimenter cette banque de souvenirs qui comptait aujourd'hui essentiellement sur ses autres sens pour recevoir des informations d'un autre genre. Quand il entendait, qu'il touchait ou qu'il ressentait, il se créait là aussi des souvenirs, simplement un peu plus particuliers. C'est pour ça qu'il aimait venir ici, dans cet endroit qui ne se percevait pas simplement avec les yeux mais qui pouvait aussi s'apprécier autrement. César, c'était en particulier les odeurs de ce jardin qui l'attiraient chaque fois qu'il venait, parce qu'il s'attardait forcément beaucoup plus sur ce genre de détails et que sa mémoire olfactive se développait elle aussi à mesure qu'il sollicitait davantage son odorat pour découvrir ce qui l'entourait. « Il l'est vraiment ? Je l'imagine comme étant immense et très coloré. » Il souffla doucement, lorsque sa camarade fit allusion au jardin et à son envie d'y revenir régulièrement. Il n'avait jamais douté du fait que cet endroit soit magnifique, à vrai dire il l'avait senti la première fois qu'il avait respiré ces effluves de parfums floraux, mais c'était toujours assez tentant pour lui de s'en remettre aux yeux de ses interlocuteurs. Un peu comme s'il était intimement persuadé que leurs visions d'une même chose pouvaient se compléter. « Je viens aussi régulièrement pour profiter des parfums qu'il dégage. Il paraît qu'à long terme, ce que ton cerveau oublie ton nez peut s'en rappeler. » Et il en était peut être d'autant plus convaincu depuis qu'une partie de ses souvenirs se trouvaient précisément être des odeurs, dont le souvenir le replongeait dans des moments particuliers. Ça pouvait parfois être trois fois rien, l'odeur d'un café, d'un vêtement ou d'un after-shave. « Y'a une odeur particulièrement évocatrice pour toi ? » Il demanda après quelques secondes, songeant que ça pouvait être un moyen comme un autre d'apprendre à cerner la personne à qui il s'adressait, avant de supposer que le moyen le plus simple pour ça était encore de lui proposer de se promener quelques instants avec lui dans ce jardin. Il ne risquait pas d'être accaparé par la beauté des lieux, pas la beauté telle qu'on la percevait traditionnellement en tout cas, et il n'aimait pas toujours autant la solitude qu'il le prétendait. En fait, depuis qu'il vivait dans le noir toute la journée, ça avait plutôt tendance à l'angoisser. Il l'avait d'ailleurs dit au cours de son casting, l'une de ses plus grandes peurs était probablement de finir totalement seul dans l'obscurité la plus totale. Sa camarade accepta, ce qui étira légèrement son sourire tandis qu'ils se mirent en marche, lui s'aidant de sa canne pour se repérer sur un chemin qu'il commençait à reconnaître. Il pouvait la sentir à coté de lui et s'aidait du bruit de ses pas pour savoir s'il marchait à la bonne vitesse. Elle lui apprit alors s'appeler Rhéa, et il reconnut ce prénom pour avoir brièvement échangé avec elle jusqu'ici. « Oui, c'est César. » Il lui confirma dans l'esquisse d'un léger sourire avant d'ajouter. « Rhéa, ça sonne un peu latin. Tu viens d'où ? » Il ne disait pas ça simplement parce que lui-même portait un prénom d'origine latine, mais c'est vrai que le simple fait de connaître ce détail à son sujet l'amenait à l'imaginer d'une certaine façon. Peut être brune avec des yeux sombres et la peau un peu hâlée. C'était idiot parce qu'un prénom n'était pas toujours représentatif d'une apparence, mais il était bien forcé de commencer quelque part. « Tu savais que chez certains fleuristes tu pouvais donner ton nom à une fleur ? » Il reprit distraitement, pendant qu'ils s'enfonçaient dans le jardin.
avatar

Rhéa
MESSAGES : 181
LOCALISATION : paris, fr
EMPLOI : commissaire priseur
JUKE BOX : later bitches, the prince karma - i'm a mess, bebe rexha - breathin, ariana grande - taki taki, dj snake - i like it, cardi b - do it tonight, cedric gervais - eastside, benny blanco, halsey & khalid - moonlight, gaullin

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: SID
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Mar 6 Nov - 22:03

Tu souris doucement à ses mots avant de lui répondre. « T'as complètement raison, il est exactement comme ça. » en parlant du jardin zen. Tous le monde serait d'accord sur ce point, car cet endroit n'est pas seulement beau pour les yeux, mais aussi pour tous les autres sens. Il t'avoue qu'il y vient régulièrement aussi. Tu ne l'a pourtant jamais croisé encore, mais t'es contente que ce soit le cas, aujourd'hui. T'es de bonne humeur et de bonne composition, et cette entrée en la matière de votre conversation te plait. « Y'a une odeur particulièrement évocatrice pour toi ? » il te demande alors que vous êtes tranquillement en train de vous balader dans les allées fleuries. Tu prends une seconde pour réfléchir avant de lui répondre, comme une évidence. « Le parfum d'été de ma mère. Ça me fait voyager, ça me ramène en Italie, où j'ai passé toutes mes grandes vacances chez mes grands-parents. » tu laisses couler un instant, soupires. Rien que d'en parler, t'as l'impression de sentir les effluves d'odeur du fameux parfum, c'est tellement réconfortant. « Et toi ? » tu lui retourne la question. En même temps, sa question était tellement originale et intéressante, tu ne peux t’empêcher d'être curieuse à son sujet également. « Je suis française et italienne, mais mon prénom vient de la mythologie grecque donc rien à voir. Mes parents ont fait n'importe quoi avec nos prénoms à mes frères et sœurs et moi ! » tu lui réponds en riant légèrement. Ils se sont juste laissé aller à un peu d'originalité, si on peut dire ça comme ça... « César, è anche italiano, giusto ? » tu te tente à lui demander en retour, avec ton accent Italien approximatif car désormais trop peu pratiqué dans ton quotidien. Soit tu as raison, et c'est un top, soit tu as tord, et c'est un flop. Tu tournes la tête vers lui et prends une seconde pour observer son visage, ses traits qui s'animent ou pas lors que tu mets à parler en Italien. Là, tu réalises que tu n'as jamais pris ne serait-ce qu'une seconde pour le regarder. Vieux réflexe qui t'ordonne de ne pas fixer les gens, c'est malpoli. Pour le coup, avec César, t'imagines que c'est différent, qu'il ne va pas remarquer ton regard un peu trop longtemps posé sur lui. Il te dépasse d'une bonne tête, à l'air d'avoir un sourire communicatif et un torse musclé sous son tee-shirt. Son portrait sur le papier est plus que vendeur. « Tu savais que chez certains fleuristes tu pouvais donner ton nom à une fleur ? » Étonnée, tu lui répond aussitôt. « Ah non, je ne savais pas. Du peu que t'as entendu de moi, si tu devais donner mon prénom à une fleur, comment tu imaginerais la fleur ? » C'est par curiosité que tu lui poses la question, mais aussi et surtout car tu n'as absolument aucune idée de la réponse que tu pourrais toi même donner, concernant ton cas.
avatar

César
MESSAGES : 451
AGE : 28
LOCALISATION : harlem, nyc.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 17 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: LUCY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/ En ligne

MessageSujet: Re: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Jeu 8 Nov - 2:30

Que le jardin soit magnifique, ça n'étonnait pas César qui sentait depuis le départ que cet endroit-là n'était pas comme les autres et qui pouvait en percevoir les richesses même sans s'aider de ses yeux. Les parfums, les énergies, tout ça l'apaisait chaque fois qu'il venait passer quelques instants dans ce lieu qu'il n'avait jamais trop de mal à se représenter dans son esprit, peut être parce qu'il se rappelait les jardins qu'il avait pu voir étant plus jeune et que son cerveau faisait comme un rapprochement, ou peut être parce qu'il avait appris à associer des odeurs, des sons et des sensations à des images mentales étonnamment précises. Ce jardin, il le visualisait comme étant immense avec toutes sortes de couleurs chaleureuses, mais peut être que c'est parce que c'était surtout la façon dont une partie de lui aurait voulu le voir. Ses lèvres s'étirèrent à la remarque de sa camarade, avant qu'ils ne se mettent à évoquer les odeurs qui pouvaient parfois être des souvenirs très évocateurs, même soumis à l'épreuve du temps. Tout le monde avait déjà senti un parfum et s'était fait la réflexion qu'il lui rappelait un moment de sa vie, une scène qu'il avait vécu ou une personne qu'il avait connu. C'était aussi le cas de Rhéa, qui évoqua le parfum de sa mère et le fait qu'il la fasse à chaque fois voyager. « Et qu'est-ce qu'il sent ce parfum ? » Il demanda doucement, pour se l'imaginer, parce que même sans forcément connaître sa composition elle trouverait probablement un moyen de le décrire avec ses mots. Est-ce qu'il sentait les fleurs, comme ici ? « C'est aussi une odeur qui me fait penser à ma mère, celle du pain de viande qu'elle cuisinait tous les dimanches quand mes sœurs et moi étions petits et qu'elle invitait le reste de la famille à venir manger à la maison. Parfois, quand il en restait pour le lendemain, elle nous en mettait un bout de coté et ça nous faisait notre déjeuner pour l'école. » Son sourire s'étira doucement. Ce souvenir aurait pu le rendre triste, mais chaque fois qu'il sentait l'odeur d'un pain de viande, ça le ramenait à ces scènes bien précises et à cette époque particulièrement heureuse. « Française et italienne, je trouve ça intéressant comme mélange. Tu vis où aujourd'hui ? Et ça dépend, comment s'appellent tes frères et sœurs ? Parce que Rhéa c'est loin d'être le prénom le plus bizarre que j'ai entendu, je te rassure. » Loin de là, et de son point de vue c'était même un joli prénom, rare et qui ne sonnait pas comme quelque chose de particulièrement dur à porter contrairement à d'autres. Il se passa ensuite quelques secondes pendant lesquelles César resta un peu interdit, car pas certain de tout comprendre à ce qu'elle essayait de lui dire. « Oh, c'est de l'italien, c'est ça ? Désolé, je suis d'origine argentine donc moi c'est surtout l'espagnol que je parle couramment, même si je peux déduire un peu. » Il précisa dans un rire franc, parce que c'était pas non plus une erreur vraiment énorme. « Je sais, je sais, c'est mon prénom qui porte parfois à confusion. Parce que tu parlais de Mythologie Grecque, mais porter un prénom associé à la Rome Antique quand on a des origines sud-américaines, c'est pas le summum de la logique non plus. » Mais il savait que ses parents l'avaient surtout choisi parce qu'ils le trouvaient joli, et aussi parce qu'il avait un arrière-grand-père qui s'appelait César. Ce n'était pas techniquement italien, mais pour beaucoup de personnes c'était difficile de ne pas penser au célèbre type qui avait porté ce nom avant lui. Quand il confia à Rhéa son anecdote et que celle-ci souhaita savoir quelle fleur il imaginait pouvoir porter son nom, César adopta un air plus pensif, réfléchissant pour formuler une réponse aboutie. « Là comme ça, je dirais... peut être une fleur résistante, dont la couleur serait intense et la forme équilibrée. Quelque chose qui se remarquerait facilement mais se mêlerait aussi très bien à son environnement. Peut être un Camellia Japonica Black Lace ? » Dans ses souvenirs c'était une fleur distinguée mais qui pouvait tout à fait trôner sur un balcon ou au milieu d'une pièce tout en semblant parfaitement à sa place, et sa première impression sur Rhéa allait aussi un peu dans ce sens, elle était accessible mais aussi peut être un peu intimidante pour ceux qui la rencontraient. « C'est techniquement pas le bon pays, mais peut être qu'on pourrait en trouver dans ce jardin ? » Normalement ce n'était pas les espèces qui manquaient, alors qui sait ?
avatar

Rhéa
MESSAGES : 181
LOCALISATION : paris, fr
EMPLOI : commissaire priseur
JUKE BOX : later bitches, the prince karma - i'm a mess, bebe rexha - breathin, ariana grande - taki taki, dj snake - i like it, cardi b - do it tonight, cedric gervais - eastside, benny blanco, halsey & khalid - moonlight, gaullin

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 14 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: SID
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Jeu 8 Nov - 23:01

« Et qu'est-ce qu'il sent ce parfum ? » Tu prends une seconde pour réfléchir. C'est difficile, comme question, jamais tu n'aurais imaginé devoir décrire cette odeur. Pour toi, c'est juste un sentiment, un souvenir, comme un nuage réconfortant autour de toi. « Hm... ça me fait penser à la rose et la vanille. » C'est surement pas ce dont est forcement composé le parfum en question, mais là tout de suite, c'est ce à quoi tu penses. « C'est aussi une odeur qui me fait penser à ma mère, celle du pain de viande qu'elle cuisinait tous les dimanches quand mes sœurs et moi étions petits et qu'elle invitait le reste de la famille à venir manger à la maison. Parfois, quand il en restait pour le lendemain, elle nous en mettait un bout de coté et ça nous faisait notre déjeuner pour l'école. » César sourit à l'évocation de son souvenir. Tu ne peux t’empêcher de faire de même. Ses mots transpirent la sincérité et la simplicité. T'as une image en tête, tu t'imagines presque à la table qu'il décrit tellement la description est honnête. « Française et italienne, je trouve ça intéressant comme mélange. Tu vis où aujourd'hui ? Et ça dépend, comment s'appellent tes frères et sœurs ? Parce que Rhéa c'est loin d'être le prénom le plus bizarre que j'ai entendu, je te rassure. » ses mots t'arrachent de tes pensées, tu lui réponds alors. « Je vis à Paris, c'est ma mère qui est Italienne et a déménagé en France pour mon père. Ma sœur jumelle s'appelle Sofia, et mon petit frère Anton. » C'est plutôt sympa ce qu'il dit à propos de ton prénom. C'est vrai que tu trouves qu'il n'a pas rapports avec tes origines, mais tu as toujours bien aimé ton prénom, il a l'avantage de ne pas être très courant, tu aimes ça. Tu te mets ensuite à lui parler Italien, et t'es forcement déçue lorsqu'il ne te répond pas dans ta seconde langue maternelle. Tu t'es plantée en beauté sur ses origines, tu rougis, un peu honteuse. Heureusement qu'il ne peut pas voir ta moue désappointée. Il rit, et ça te fait relativiser. « Je sais, je sais, c'est mon prénom qui porte parfois à confusion. Parce que tu parlais de Mythologie Grecque, mais porter un prénom associé à la Rome Antique quand on a des origines sud-américaines, c'est pas le summum de la logique non plus. » Pour le coup, il n'a pas tord, vous n'êtes pas aidés, ni l'un ni l'autre. Ce n'est pas si grave que ça, ce ne sont que des prénoms, mais cette histoire te fait sourire. César prend alors un instant pour réfléchir à ta question, c'est vrai que ça ne doit pas être évident de trouver une réponse à cela. Tu patientes, un peu impatiente d'entendre ce qu'il va dire. « Là comme ça, je dirais... peut être une fleur résistante, dont la couleur serait intense et la forme équilibrée. Quelque chose qui se remarquerait facilement mais se mêlerait aussi très bien à son environnement. Peut être un Camellia Japonica Black Lace ? » Se mêlerait très bien à son environnement ? Whoa, tu aimerais être cette fleur, si seulement c'était aussi facile pour toi, de bien te mêler à ton environnement... Peut être que César à cette impression là car le courant passe super bien entre vous, et que tu montres étrangement sociable, intéressée et calme. Ce qui est assez rarement ton cas, en général. « J'adore cette description, merci beaucoup. » Encore une fois, le sang te monte un peu aux joues. Tu ralentis pour finalement t’arrêter et te tournes vers César. Tu glisses les mains dans les poches de ton sweat alors que le silence vous enveloppe chaleureusement. Il y a juste le bruit du vent dans les feuilles et le chant d'un oiseau un peu plus loin. « Je ne sais pas à quoi ressemble cette fleur... si tu me la décrit, je regarde autour de nous, ok ? » tu interromps l'instant, curieuse de découvrir cette fameuse fleur.
avatar

César
MESSAGES : 451
AGE : 28
LOCALISATION : harlem, nyc.

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 17 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: LUCY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/ En ligne

MessageSujet: Re: sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)   Sam 10 Nov - 4:08

Le fait que Rhéa ait parlé du parfum de sa mère comme d'une odeur évocatrice pour elle était probablement plus révélateur qu'elle n'en avait peut être conscience, et pouvait par exemple signifier qu'un lien particulièrement fort unissait les deux femmes, et qu'il y avait quelque chose d'apaisant dans ce parfum qu'elle tenta de lui décrire avec les premiers mots qui lui vinrent à l'esprit. César afficha un sourire, prenant un instant pour imaginer le parfum en question avant de se confier lui aussi et d'évoquer sa propre mère, dans un souvenir qu'il n'avait pas l'habitude de partager mais qui représentait beaucoup pour lui. Sa mère lui avait inconsciemment transmis son goût pour la cuisine, parce qu'elle n'était déjà plus là quand il avait réellement commencé à s'y intéresser et à vouloir mettre la perte de sa vue au profit de quelque chose qui lui plaisait et solliciterait efficacement les sens qu'il lui restait. Souvent, il se demandait ce qu'elle penserait de ce qu'il était devenu, alors qu'à une époque il ne suivait probablement pas exactement le chemin qu'elle avait imaginé pour lui et que ce qu'il était aujourd'hui avait été à plus d'un titre déterminé par ce qu'il avait été. « Ta sœur jumelle ? » Il releva, au moment où Rhéa évoqua un peu plus précisément sa famille. « Vous vous ressemblez vraiment ? » Ses lèvres dessinèrent un sourire plus fin, se demandant à cet instant s'il se ferait un jour une idée suffisamment précise de son visage pour réussir à imaginer son double, si effectivement les deux sœurs se ressemblaient comme deux copies conformes. « Rassure-moi, elle est pas dans l'aventure ? Parce que Sofia ça me dit rien, mais on sait tous les deux que je suis pas celui qui remarquerait votre ressemblance en premier. » Autant le dire, même si les deux jumelles participaient ensemble à cette émission, il risquerait de mettre un peu de temps à le réaliser, à moins qu'on le lui dise clairement ou que leurs voix se ressemblent comme il supposait que c'était souvent le cas avec les jumeaux. Rhéa pensa par la suite qu'elle avait à faire à un italien, et c'était probablement en grande partie à cause de son prénom, puisqu'il y avait déjà eu Anouchka qui s'y était trompée pas plus tard que la veille au soir. Il faut dire que César, ça faisait toujours inconsciemment penser au général romain du même nom, ce qui n'avait pas été particulièrement dur à porter dans le quartier où il avait grandi parce que c'était aussi un prénom relativement commun dans la culture sud-américaine, heureusement pour lui. Lorsque la candidate lui demanda quel genre de fleur il imaginait pouvoir porter son nom, c'est un César hésitant mais concentré qui lui prêta des points communs avec un Camellia Japonica Black Lace, une fleur venue du Japon qui dans ses souvenirs était distinguée mais pas trop, juste assez pour symboliser le fait que Rhéa lui donnait ici l'impression d'être plutôt accessible mais dégageait aussi une aura un peu particulière, qui ne la rendait pas complètement sondable pour l'instant. « T'as pas à me remercier. J'aurais sûrement pu faire mieux si j'avais pas improvisé. » Il souffla dans un léger rire, lorsqu'elle sembla ravie de la description qu'il venait de faire, quand même rassuré que ça semble vouloir dire qu'elle n'avait rien relevé de complètement absurde et que donc il n'était pas complètement à coté de la plaque. Ils se connaissaient encore à peine, il aurait sûrement d'autres occasions de creuser la personnalité de Rhéa pour peut être ajuster légèrement cette description. C'est alors qu'il lui vint l'idée de chercher la fleur en question à travers le jardin, parce que fleur du japon ou pas, ce serait pas complètement illogique de la trouver dans un endroit censé réunir toutes sortes de variétés de fleurs. « La fleur est rouge, de forme plus ou moins arrondie avec des pétales qui s'imbriquent les uns dans les autres et elle pousse sur des arbustes. Normalement tu devrais pouvoir la voir de loin parce qu'elle est plutôt imposante. » Il était peu probable que la fleur en question ait subi une mutation en l'espace d'une dizaine d'années, ainsi César était à peu près sûr de la description qu'il lui en faisait et du fait que Rhéa devrait trouver cette fleur jolie si elle aimait ce qui était raffiné.
 

sweet dreams are made of this (mercredi, 14h10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sweet dreams are made of you ♦ Dalia
» (Tear) sweet dreams are made of this.
» ☞ sweet dreams are made of this.
» Ryuji (+) Sweet dreams are made of this
» Sweet dreams are made of this Ft Josef

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: EXTÉRIEUR – BOIS (EST) :: LE JARDIN ZEN-