GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ulises

Ulises
MESSAGES : 238
AGE : 31
LOCALISATION : LONDRES
EMPLOI : ECRIVAIN
POINTS : 0

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 5 500 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: Maze
Voir le profil de l'utilisateur

L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58) Empty
MessageSujet: L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58)   L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58) EmptyLun 29 Oct - 11:12

J’ai l’impression d’être hanté par le souvenir d’une Marguerite Yourcenar ou d’un Philippe Claudel. L’endroit qui s’impose à nous me donne envie de relire les nouvelles orientales ou encore la petite fille de monsieur Linh. Lectures qui ont accompagnées mes années d’études et aujourd’hui j’ai la sensation de croiser le fantôme de ces récits à chaque coin. Vous me direz parfait pour l’inspiration ? Parfait pour celui qui entame son second roman. Bah finalement c’est surtout une pression de béton que je ressent sur l’estomac. Sensation pas tellement agréable de ne pas être à la hauteur des lieux. Ils aurait du nous enferme dans un loft à Harlem où j’aurais eu la douce mélodie de l’arme automatique pour bercer mes rêveries d’auteur en détresse. Son familier. 24 personnes ce n’est pas si nombreux pour la représentation d’une petite nation, enclave de mystère et de secret. Et pour tant on a vite fait d’avoir l’impression de se retrouver dans une foule compacte style métro new-yorkais en heures de pointes, c’est à-dire tout le temps. Les personnalités se détachent déjà, quelques uns arrivent à m’arracher des sourires voir des rires, je pense que l’ambiance saura être bonne, du moins si certains se calmes un peu. Style la @Karla et sa façon bien à elle de pointer du doigt les origines de chacun, j’ai entendu dire qu’elle appelait son partenaire bollywood, ce qui a un certain degré d’amusement, ça reste tout de même ni plus ni moins limite, limite. Je préfère éviter de me lancer dans un discours anti racisme dès les premières heures de jeu, alors quand je sens poindre ce genre de diatribe, je vais l’évacuer à l’extérieur sur mon petit carnet à la couverture ridée par le temps. On a quand même le droit d’avoir un semblant de goût de liberté, c’est quand même bien ficelé tout ça. Nous mettre en cage tout en donnant la possibilité de faire du shopping, des soins, de caresser des panda roux (d’ailleurs je crois que cet endroit est bien celui que j’aime le mois de tout le domaine, un pendant de notre situation, sauf qu’eux n’ont pas la chance de pouvoir se prendre un bouffer dans un food-truck). Je finis par poser mon délicat cul d’afro-américain sur un banc en pierre des plus … classique. Du moins je ne fais pas attention à l’écriteau qui raconte son histoire. J’ai juste besoin de me poser, parce que jusqu’ici je me suis arrêté tous les 10 mètres pour pouvoir écrire deux trois mots, maintenant illisibles. La position assise est tout de même plus propice à la prose. Cela fait à peinte une petite dizaine de minutes que je griffonne quelques bêtises, un semblant de poème qui me donne la nausée. La pression je vous dis. Enfermé dans une chambre d’hôtel j’étais tout de même plus prolifique, l’imagination me permettait de briser la barrière des murs et des fenêtres pour m’emporter dans un lointain tout à fait fascinant. Peut être pas digne d’une Yourcenar, mais tout de même assez valable. Une ensorceleuse de type féminin vient déplacer ses courbes jusqu’à mon banc de création. Je lève tout juste un œil de mon carnet, assez pour reconnaître le galbe des jambes d’une Carolina, @Lina. J’esquisse un sourire. Flambeur. « Un mec articulé et intéressant avec un petit côté piquant ? » Je la cite relevant cette fois-ci mon regard vers son visage d’ensorceleuse à la sauce latino. On m’a rarement, jamais ? Qualifié d’articulé et d’intéressant dans la même phrase. Ulises, tu devrais franchement te barrer de ce banc. Vite fait, avant qu’elle te lance un sort.
Lina

Lina
MESSAGES : 516
AGE : 25
LOCALISATION : strasbourg, france.
EMPLOI : parliamentary interpreter.
JUKE BOX : i like it (carbi b) ⋅ say my name (david guetta) ⋅ moves (olly murs) ⋅ familiar (liam payne) ⋅ baby (clean bandit, marina and the diamonds) ⋅ side effects (the chainsmokers) ⋅ solo (clean bandit, demi lovato) ⋅ havana (camila cabello)
POINTS : 0

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 19 250 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: (DASH) PENNY.
Voir le profil de l'utilisateur

L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58) Empty
MessageSujet: Re: L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58)   L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58) EmptySam 3 Nov - 3:40

TENUE / Tous les moyens sont bons pour éviter la cohue qui règne à l’intérieur du palais lorsque vient les quelques heures ou minutes précédents les repas. Lina, elle s’échappe de foule qui s’amalgame en vue du repas du soir, filant vers l’extérieur, profitant du calme qui y règne pour se ressourcer et savourer ce maigre moment de solitude, bien qu’éphémère. Il en va de sa santé malade, jusqu’à un certain point. Non pas qu’elle méprise le contact avec les autres. Elle leur préfère seulement sa propre compagnie, et le silence qui l’accompagne. Ses oreilles bourdonnent encore, d’ailleurs, des incessants bavardages et conversations qui meublent chaque coin de ce palais impérial, où les temps morts n’existent pas, même de nuit. Elle regrette de ne pas avoir glisser ses bouchons dans son sac de voyage, jugeant que ça ne serait pas nécessaire. La belle erreur. Heureusement que le maquillage existe pour masquer ses traits qui s’étirent sous son fin visage. Dommage, cependant, qu’il n’existe rien pour masquer son agacement. Les plis sur son front laisseront sans doute des marques, des rides qui témoigneront des longues semaines passées dans cette émission, à composer avec plus d’une vingtaine de personnes, dans un environnement hermétique dont la seule porte de sortie qui s’offre à eux signifie l’échec. Une porte qu’elle n’entends pas prendre avant la toute fin de cette aventure. Ses pas suivent inconsciemment le sentier qui mène jusqu’à la rivière, alors que dans un geste automate, comme un mouvement pré-enregistré dans sa mémoire, elle fouille ses poches à la recherche de son paquet de clopes, dont elle tire une cigarette. La candidate, elle s’arrête tout juste à l’orée de l’étendu d’eau, craquant son briquet afin de laisser la petite flamme enflammer le rouleau de tabac qu’elle tient entre ses lèvres. La fumée ne tarde pas à s’élever et se frayer doucement un chemin dans la nuit qui tombe doucement sur le Nid. Peu consciente de l’environnement qui l’entoure, la voix qui l’aborde la force à se retourner vivement vers sa provenance. Là, sur un banc, abordant un air malicieux, se trouve Ulises, qui semble se faire grand plaisir de la reprendre, mot à mot. – Me suis fourbé à ce point, ou ai-je visé un peu trop juste, monsieur l'écrivain? – Ses yeux se dardent à croiser les siens, alors qu’elle soutient son regard. Qu’elle tente de percer le mystère qui se cache derrière l’homme qu’elle considérait, quelques jours plus tôt, comme le partenaire idéal. Un match imparfait, aux yeux du chérubin, qui a jugé bon d’octroyer, à l’un comme à l’autre, un tout autre choix que leur préférence. Que de déception. Et ça doit follement l'amuser, ce cher Cupidon.



--- ( lina nazario )
she is both, hellfire and holy water. and the flavor you taste depends on how you treat her.
 

L'ENSORCELEUSE - (MARDI 30/10 17H58)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BIG BANG THEORY - mardi 26 juin, 16h25
» Les Etats que nous devons gagner Mardi, Pour que Obama aille jusqu'au bout
» Faites entrer l'accusé
» la taverne médiévale
» Playtest mardi 22 février chez Ben

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: EXTÉRIEUR – EAU (NORD) :: LE BANC DES AMOUREUX-