GIOANOUCHKACESARLUCYPENNYZIYANSIDKARLAACHANAALYCRISTOPHERRHEA
FAWNGOLSHIFTEHLINADASHRICHARDBASTIANLEONJOAQUIMMAZEJULIETTEULISESTIMEO
Partagez
 

 there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) Empty
MessageSujet: there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)   there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) EmptyLun 29 Oct - 3:52

THERE IS A LIGHT THAT NEVER GOES OUT.
W / @lucy

Alors qu'il s'apprêtait à passer sa quatrième nuit dans cette aventure, César réalisait que cette première semaine était déjà bien entamée et que si tout n'avait pas toujours été simple ou parfait durant ses premiers jours d'acclimatation, il prenait peu à peu ses marques à l'intérieur du palais et pouvait notamment compter sur Lucy pour l'aider à gagner en autonomie à mesure que les journées défilaient. Le courant était bien passé entre eux le premier soir et leur cohabitation s'annonçait plutôt calme, ce qui n'était pas pour lui déplaire compte tenu de son tempérament bien connu de ses proches et de sa tendance à démarrer au quart de tour quand on le titillait un peu trop. Lucy ne lui donnait pas vraiment l'impression de pouvoir le faire sortir de ses gongs, et c'était plutôt rassurant quand comme lui on avait suffisamment de choses à gérer comme ça et de difficultés à dépasser pour ne pas en plus se lancer dans une petite guerre stupide avec sa partenaire. Il n'était pas venu ici pour s'entendre avec tout le monde, mais ça ne signifiait pas pour autant qu'il était venu se faire des ennemis ou allonger la liste des personnes qui avaient quelque chose à lui reprocher. Et aussi idiot ça puisse peut être être pour certains, lui prenait assez au sérieux cette histoire de partenariat et tout ce qu'il pouvait y avoir autour. Il était du genre loyal, marchait selon ses propres codes et ses propres valeurs et n'était pas dénué de principes face à quelqu'un qui se comportait bien avec lui et lui donnait de bonnes raisons de vouloir le protéger, de lui pour commencer et ensuite des autres. Alors cette cohabitation, elle s'annonçait plutôt bien s'il devait juger par rapport aux quelques jours qui venaient de s'écouler et durant lesquels il avait pris conscience qu'il aurait très bien pu faire preuve d'un peu plus de malchance quand on lui avait attribué une partenaire avec qui évoluer dans ce jeu. « Ça fait quelques jours qu'on partage cette aventure, alors je crois que c'est le bon moment pour te poser la question qui me brûle les lèvres depuis dimanche... » Il formula à l'attention de Lucy, avec qui il s'était posé dans la salle de bain pour se préparer avant de gagner leur chambre et de se mettre au lit. Il se tenait face au miroir alors qu'il n'avait aucune chance d'y voir se dessiner son reflet, et sa main droite était appuyée contre la vasque quand l'autre tenait toujours sa canne. L'instant était un peu solennel. « Tu regrettes pas trop d'être tombée avec moi à la loterie des partenaires ? » Et si on pouvait apercevoir la naissance d'un sourire légèrement amusé aux deux coins de ses lèvres, la question était bel et bien sérieuse et probablement pas si surprenante que ça si l'on considérait que parmi toutes les options possibles en ce qui concernait les candidats en jeu, le type aveugle qui se promène avec sa canne blanche et a déjà provoqué quelques accidents sur son passage ne faisait pas forcément office d'idéal pour la plupart des filles. Ce n'était pas de l'auto-dénigration, il avait simplement conscience que sa situation ne mettait pas toujours tout le monde très à l'aise et que venait toujours un moment où la personne en face ne savait pas vraiment comment se comporter avec lui. « Parce que je suis sûr que je peux trouver une dizaine d'arguments pour te convaincre que c'est peut être pas si mal d'avoir un partenaire aveugle. » Non pas qu'il y ait déjà sérieusement réfléchi, mais c'était finalement un peu les mêmes que dans la vie de tous les jours, quand quelqu'un partageait son quotidien et réalisait que la situation pouvait aussi présenter un certain nombre d'avantages pas forcément négligeables quand on était disposé à voir le verre à moitié plein.
Lucy

Lucy
MESSAGES : 845
LOCALISATION : pékin, china.
POINTS : 36

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 2 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (césar) annie
Voir le profil de l'utilisateur

there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) Empty
MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)   there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) EmptyLun 29 Oct - 11:40

Elle se souvient très bien des mots de son père Lucy, comme s'ils avaient été prononcés la veille. Jamais tu n'apporteras la fierté sur cette famille, tu as toujours été un poids ma fille. Et alors qu'elle se perdait dans ses pensées, là, aspirée par son propre reflet, elle oubliait petit à petit la présence de son partenaire. @César, il prenait de la place dans son aventure, car elle avait pour la première fois l'impression d'être responsable de quelque chose, comme si son bien être à lui résidait sur les épaules de la brune. Elle n'avait jamais eu l'habitude d'avoir la moindre responsabilité Lucy, et lorsque ça avait été le cas, elle avait toujours procrastiné jusqu'au moment où tout s'était cassé la tronche. Ici, elle ne voulait pas refaire les mêmes erreurs, mais elle avait bien peur de décevoir à un moment ou à un autre son partenaire. Et lorsque le moment serait venu, en simple mécanisme d'auto-défense, elle dirait probablement qu'elle n'en avait pas grand chose à faire. Parce que c'était ainsi que le monde la voyait, détachée de tout, loup solitaire marchant sans but précis. Son père le lui avait bien fait comprendre, dans le temps. L'avantage avec César, c'est qu'elle avait parfois l'impression de pouvoir se perdre dans ses pensées sans qu'il ne remarque rien, non pas par ennui, simplement pas rêvasserie. Elle était légèrement tête en l'air, et avoir une personne qui ne pouvait pas la surveiller était en soi un avantage comme un défaut en réalité, même si elle ne s'en rendait pas forcément compte jusqu'ici. Brossant ses longs cheveux corbeau, ses yeux de natures endormis lui donnaient l'impression de sortir d'un long rêve dans lequel elle serait bien restée. Si tout le monde avait tendance à se moquer de son allure "à demi-présente" elle, elle avait appris à faire avec. Lucy se savait vivante. Bientôt, les paroles de César la rappelèrent à la réalité, alors que ses prunelles se posaient sur celui-ci qui n'aurait jamais la chance d'en faire de même. Il lui disait avoir une question importante à lui poser, et chassant ses mèches de cheveux derrière ses oreilles, elle fronçait légèrement les sourcils face à ses prochaines paroles. Heureusement, il ajoutait qu'il avait pas mal d'arguments pour lui prouver que si elle regrettait de l'avoir à ses côtés, il y avait également des avantages. Posant sa main sur le poignet du candidat, elle répondait « Un peu plus et je pensais que tu allais me dire que tu comprendrais si je n'étais pas heureuse. » auquel cas, elle aurait rapidement eu fait de lui en mettre une, aveugle ou non. « T'as en effet pas à t'excuser d'être mon partenaire. Je ne te cache pas que je ne m'attendais pas à ça, mais je pense que tu n'imaginais pas non plus tomber sur quelqu'un qui laisse probablement autant de bordel que toi partout où elle passe, alors là dessus, on s'est bien trouvé. » un sourire mutin étira ses lèvres alors qu'elle abandonnait le poignet du candidat, jetant un oeil à son reflet. « Maintenant, si tu penses que ta cécité va faire que je vais être moins chiante avec toi qu'avec le reste, tu te mets le doigt dans l'oeil. » d'accord, ça la faisait un peu rire comme expression. Elle la trouvait plutôt appropriée. « Dis moi trois choses auxquelles je devrais m'attendre avec toi, que je ne sois pas surprise. » autant qu'ils soient certains d'avec qui ils venaient d'être mis en paires, et elle comptait bien lui retourner ces trois détails. « D'ailleurs, il faudrait que tu te rases. » il commençait à avoir l'air légèrement négligé par rapport au moment où il était entré dans le nid.



I've never been a socialite
Can you feel me now that I'm vulnerable in oh-so many ways ? Oh, and I'll never change.
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) Empty
MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)   there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) EmptyMar 30 Oct - 11:32

César ne prenait aucun plaisir à se voir comme un partenaire sur lequel Lucy pourrait potentiellement regretter d'être tombée quand le hasard – ou autre chose – les avait réuni pour partager cette aventure, mais il n'avait pas envie de se voiler la face pour autant. Il y avait de nombreux critères que la jeune femme avait du citer lorsqu'on lui avait demandé à quoi ressemblerait son partenaire idéal, et le fait qu'il soit non-voyant n'en faisait probablement pas partie. Et parce qu'il ne savait que trop bien comment certaines personnes pouvaient réagir face à sa situation, il imaginait que ça pouvait être un peu déstabilisant pour elle et il pourrait comprendre qu'elle ait le sentiment de ne pas avoir été aussi gâtée que d'autres à la loterie des partenaires. Surtout depuis qu'il savait qu'elle rêvait de partager cette aventure avec quelqu'un de chill, sans prise de tête, et qu'elle se retrouvait avec un type qui ne pouvait pas se déplacer sans une canne blanche et qui lui demandait tous les matins s'il s'était correctement habillé. « J'espère bien que quelques jours de cohabitation avec moi n'ont pas suffi à compromettre ton bonheur. » Il souffla d'un ton légèrement amusé, parce qu'il aimerait mieux qu'elle ne vive pas non plus trop mal la situation, surtout qu'il effleurait précisément la question pour savoir s'il pouvait lui éviter d'avoir l'impression d'être plus mal lotie que les autres. La plupart des personnes handicapées craignaient de devenir un poids pour les autres et c'était aussi son cas. Un rire silencieux quitta ses lèvres quand elle mit finalement l'accent sur ses tendances bordéliques. « J'ai pourtant passé cinq minutes à leur expliquer à quel point c'était important pour moi de pas me retrouver avec quelqu'un de désordonné, mais apparemment c'est comme si je leur avais chanté l'hymne national argentin. » Il n'avait pas compris tout de suite à quel point Lucy n'était pas une amoureuse de l'ordre, et si ça lui laissait craindre que cette cohabitation devienne quelques fois compliquée, il n'allait pas attenter un procès à la production alors que c'était fait et qu'il aurait pu tomber bien plus mal malgré ça. « Mais si tu me promets de pas ranger tes affaires avec les miennes et de pas changer notre lit de place, je devrais pouvoir me concentrer sur les aspects les plus positifs de cette cohabitation. » Il le disait sur le ton de la plaisanterie, pour ne pas qu'elle se rende compte dès la première semaine qu'il pouvait vraiment faire une maladie de ce genre de choses à cause des difficultés que ça représentait pour lui, mais ça pourrait effectivement aider à ce qu'il le vive un peu mieux. Lucy retira sa main de son poignet et il afficha un léger rictus. « Je me doute que ce sera pas le cas, et je veux pas que t'hésites non plus à te montrer ferme avec moi si ça m'arrive de déconner. » Lucy ne le savait pas encore mais il avait le sang chaud et il ne s'en rendait pas toujours compte quand il réagissait parfois un peu trop intensément, dans ces cas-là il ne fallait pas lui passer son comportement simplement parce qu'il était aveugle. Il ne le voulait pas. « Trois choses auxquelles tu devrais t'attendre avec moi... » Il reprit, plus pensif. « A ce que je te pose un million de questions sur nos camarades pour essayer de mieux les visualiser, à ce que je te prépare un hamburger tous les midis parce que c'est ma spécialité, et à ce que je rebaptise ma canne à ton nom si notre cohabitation se passe vraiment bien. » Oui, c'était trois des choses auxquelles elle pouvait s'attendre avec lui, qui savait se montrer plutôt facile à vivre avec ceux qui lui inspiraient des sentiments positifs comme c'était pour l'instant son cas. « Et moi, à quoi je dois m'attendre ? » Il lui retourna la question, un sourire mutin accroché aux lèvres parce que c'était définitivement un bon moyen de savoir sur qui ils étaient réellement tombés. Lucy laissa entendre qu'il ferait bien de se raser, et il passa une main contre sa barbe de trois jours avant de lâcher un léger soupire. « Je sais, c'est toujours un peu... compliqué de s'en occuper seul. Et je sais pas si rajouter une balafre sur la joue à ma panoplie serait vraiment me rendre service... » Et ça, c'était dans le meilleur des cas, celui où la lame de son rasoir ne finirait pas plantée dans sa veine jugulaire. Ça aussi, ça ferait un petit peu tâche maintenant qu'il y pensait.
Lucy

Lucy
MESSAGES : 845
LOCALISATION : pékin, china.
POINTS : 36

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 2 000€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (césar) annie
Voir le profil de l'utilisateur

there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) Empty
MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)   there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) EmptyJeu 1 Nov - 23:16

Lucy, elle ne s'était pas trop projetée en tentant cette aventure. Il faut dire que pour elle, toute sorte d'anticipation pouvait rapidement lui donner envie de tourner les talons. En pesant le pour et le contre, le choix de son partenaire n'avait pas réellement pesé dans la balance, et lorsqu'on lui avait réellement posé la question, en lui demandant de désigner quelqu'un, elle s'était retrouvée quelque peu désarmée face à la situation. Aujourd'hui, elle ne regrettait pas la situation dans laquelle elle se trouvait, tout simplement parce qu'elle n'était pas du genre à se lamenter sur son cas, ou même à analyser les moindres détails de sa vie. Elle n'était pas si envieuse que ça de tout ce qui pouvait l'entourer. Alors forcément, que @César puisse s'imaginer que cela l'embarrassait d'une quelconque façon, ça avait plutôt tendance à vouloir lui faire dire le contraire. « Oh, tu serais un vrai boulet pour beaucoup, sois-en certain. » Lucy, elle n'était pas non plus à lui mentir, beaucoup n'auraient pas trouvé leur compte dans un binôme comme celui-ci. Mais la plupart des gens pensaient avant tout à leur bonheur, à leurs propres besoins. La brune, elle n'avait pas tant d'attentes. Lorsqu'elle lui expliquait cependant qu'ils étaient probablement tous les deux aussi bordéliques, il lâcha quelques paroles comme quoi il aurait mentionné à la production qu'il avait spécifiquement demandé quelqu'un d'organisé. « Et moi j'avais demandé un mixte de Johnny Depp et de Gandhi, mais on a pas toujours ce qu'on veut. » ironisa-t-elle en un demi sourire alors qu'elle tirait légèrement sur sa paupière inférieure pour tenter une masquer une cerne qui n'avait, d'après elle, pas lieu d'être. « Je te promets rien pour nos affaires, j'ai toujours rêvé de voir un homme en mini-short, mais j'essaierai de me contenir. » pour le bien de la communauté, seulement, pas le sien. Vraiment trop gentille cette Lucy, n'est-ce pas ? Dans tous les cas, il allait falloir qu'elle en apprenne plus sur son ô cher et tendre partenaire, et alors qu'il lâchait un à un ses arguments, elle tentait de le stopper en levant la main, avant de se rappeler que... bien oui, ça ne risquait pas de faire grand chose en fait. C'était pas comme si il pouvait la voir. « Tu m'as eu à "hamburger". » qu'elle se contenta donc d'ajouter, complètement conquise -même si son expression restait éternellement neutre. Pour ce qui était des attentes qu'il devait avoir par rapport à la jeune femme... « Hm... à quelqu'un de toujours en retard, de toujours sceptique, et de toujours honnête. » sans ordre de préférence, cela dit. « Après, bon, j'ai aussi de l'humour parait-il, si on apprécie le sarcasme. » pas tout le monde était fervent de ce genre de pratique. Lorsqu'il lui disait ne pas être réellement impatient de l'heure du rasage, elle l'observait quelque peu, laissant quelques longues secondes passer avant d'ajouter « C'est le moment où je suis censée te dire que je m'en occuperai, c'est ça ? » ahem. Le temps que l'information monte au cerveau -et qu'elle accepte de la réceptionner.



I've never been a socialite
Can you feel me now that I'm vulnerable in oh-so many ways ? Oh, and I'll never change.
César

César
MESSAGES : 878
AGE : 29
LOCALISATION : harlem, nyc.
POINTS : 318

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 35 300€
RELATIONS:
PARTENAIRE: (LUCY) PENNY
Voir le profil de l'utilisateur http://poedameryn.tumblr.com/

there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) Empty
MessageSujet: Re: there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)   there is a light that never goes out (jeudi, 00h35) EmptyVen 2 Nov - 22:08

César afficha un air un peu résigné à la remarque de Lucy, parce qu'il était forcé d'admettre qu'elle ne devait pas avoir tout à fait tort quand elle supposait que la plupart de leurs camarades n'auraient pas vécu comme une aubaine de se retrouver avec lui, qui n'était pas nécessairement le partenaire qui faisait le plus envie sur le papier si on n'avait pas pour vocation de partager ses nuits avec un aveugle. Ce n'était pas comme s'il ignorait qu'il pouvait mettre les autres mal à l'aise, c'était une conséquence inévitable de sa condition et tout le monde ne savait pas forcément très bien composer avec elle. Lucy ne semblait pas y accorder trop d'importance, pourtant il était un peu plus touché qu'il ne le montrait par sa façon de dépeindre un tableau légèrement grisonnant. C'est idiot, parce que c'est lui qui tenait à ce que les gens se montrent parfaitement francs avec lui. « T'as sans doute raison, même ceux qui se montrent particulièrement sympas avec moi auraient peut être pas pour autant signé pour toute l'aventure à mes cotés. » Il souffla, repensant à certains de ses échanges au cours de la semaine et à la bienveillance qu'il avait cerné chez certains de leurs camarades en particulier. Il n'était pas complètement sérieux quand il faisait allusion à son souhait initial de partager cette aventure avec quelqu'un de particulièrement ordonné, parce qu'il faudrait vraiment que Lucy soit le genre de personne à jeter ses vêtements par terre quand elle se déshabillait et à les laisser traîner pendant deux jours pour qu'il y ait un réel souci. Sa remarque étira ses lèvres dans un léger sourire. « Physiquement, tu veux dire ? Je suis pas très sûr du mélange que ça pourrait donner, mais c'est vrai que ça a pas trop l'air de me ressembler. » Il ne s'était pas vu depuis son accident et il savait que le haut de son visage n'en était pas ressorti complètement indemne, mais quand même. « Justement, depuis l'autre soir je me demande ce qui peut se trouver dans ta garde-robe. J'ai compris que ton truc c'était pas les choses trop féminines et les talons, mais j'ai pas été tâter tes affaires pour en savoir plus. » Il ne ferait jamais ça, même si la curiosité était parfois très forte et qu'ici il espérait peut être en apprendre un peu plus sur Lucy au travers de ce genre de détails. Elle chercha à connaître trois choses auxquelles elle pouvait s'attendre avec lui, et il semblerait que la promesse de se voir cuisiner un hamburger tous les midis n'était pas tombée dans l'oreille d'une sourde. « Je pourrais aussi essayer la cuisine chinoise, si tu m'apprends. » Il suggéra, parce qu'il savait qu'elle n'était pas dépaysée contrairement au reste des candidats et qu'ils pourraient peut être y gagner tous les deux si elle lui apprenait à cuisiner quelques plats traditionnels chinois. Il apprenait vite, c'était l'avantage quand on se concentrait énormément sur des gestes, des instructions et qu'on faisait beaucoup marcher sa logique. Quant à lui, il n'était pas forcément surpris de ce que Lucy lui révéla sur sa personnalité, mais un peu amusé. « Toujours honnête je l'avais deviné, toujours sceptique je suis pas forcément surpris, pareil pour le sarcasme. Et toujours en retard... il faudra que je te prête ma montre parlante, comme ça t'auras plus d'excuse. » Il sourit légèrement, pas forcément sérieux parce qu'en soi c'était loin d'être un défaut inexcusable. Lucy souligna finalement le fait qu'un coup de rasoir ne serait peut être pas de trop après plusieurs jours sans avoir touché à sa barbe naissante, et César se sentit un peu bête au moment où elle supposa que c'était à elle de l'aider. « Non, t'en fais pas, j'ai pas dit ça pour que tu te proposes. En vérité c'est difficile, mais pas infaisable quand on est entraîné. » Et il l'était, forcément. S'il avait eu la moindre intention de lui demander de lui filer un coup de main sur ce coup, il avait le sentiment qu'il valait sans doute mieux qu'il ne l'envisage pas davantage pour ne pas qu'elle se sente forcée de quoi que ce soit. « Je peux te poser une question ? » Il reprit après quelques secondes, plus pour la forme, parce qu'après tout rien ne l'obligeait à répondre dans tous les cas. « En tant que femme, est-ce que ça a un coté... rassurant de te retrouver avec quelqu'un qui pourra jamais te scruter quand tu te déshabilles ou que tu prends ta douche ? » Non pas qu'il en ait eu l'intention et elle comprendrait que c'était pour l'exemple, mais la question se posait sachant que cette émission imposait de partager son intimité avec les autres et avec la personne avec qui on dormait. Ce n'était pas une tentative pour lui faire voir le bon coté de la situation, ou pas totalement en tout cas.
 

there is a light that never goes out (jeudi, 00h35)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the light of aerendil
» Velouté light aux brocolis
» ▪✻ i wait for light like water from the sky.
» Jua # Where the light shivers offshore, Through the tides of oceans, We are shining in the rising sun [TERMINE]
» Ben-To

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: PREMIER ÉTAGE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: LA SALLE DE BAIN-