ACHARAALYANOUCHKACESARDASHGOLSHIFTEHCRISTOPHERGIOJULIETTELUCYLINAJOAQUIM
FAWNKARLAMAZEPENNYRHEABASTIANZIYANLEONULISESRICHARDSIDTIMEO
Partagez | 
 

 I spy with my little eyes - Mardi 13h45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Gio
MESSAGES : 1410
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Lun 29 Oct 2018 - 1:02

@Sid

On lui a offert une Nintendo switch, une console de jeux à laquelle il n'a que très peu eu l'occasion de jouer. Lui il est plutôt branché Sony, mais c'est vraiment pas important, il apprécie le geste, enfin il l'a méritée sa console même si c'est parce qu'il a tiré le bon numéro à la loterie, seulement voilà, il l'a méritée, mais en attendant il doit se la trimballer sous le bras et ça le gonfle. La grande question c'est surtout de savoir où la brancher pour jouer sur autre chose qu'un écran miniature et tout seul. Il paraît que jouer seul c'est pour les ados et autres prépubères et qu'à son âge on préfère jouer à deux. C'est peut-être vrai, mais au fond, jouer à deux c'est surtout avoir un gagnant et un perdant, surtout à Mario Kart. Et Gio il est pas spécialement bon à Mario Kart, mais il faut voir le bon côté des choses, il a plusieurs semaines -optimiste qu'il est- pour devenir un champion toute catégorie. La seule pièce qu'il a trouvé avec des écrans c'est la salle de l'espion. Ça fera l'affaire et en plus il pourra regarder les gens évoluer dans le nid. En entrant dans la pièce qui ressemble plus au fruit d'une relation extraconjugale entre une tour de contrôle et un bocal il est ravi de constater qu'elle est vide et qu'il va pouvoir brancher et débrancher ce qu'il veut sans qu'on l'emmerde. Il a l'habitude de jouer avec des câbles électriques, alors ça devrait pas poser de problème. Une fois la manœuvre finie, Gio a retiré la caméra qui donnait sur les escaliers et qui était donc inintéressante à souhait pour diffuser le jeu sur un écran convenable. Alors qu'il s'apprête à lancer le jeu la porte s'ouvre. Pris sur le fait Gio se sent immédiatement coupable, comme si on le surprenait en flagrant délit, alors qu'il n'en est rien. C'est Sid, le garçon avec lequel il a sympathisé le premier soir, qui ne boit pas d'alcool pour des raisons médicales et qui a des goûts vestimentaires que certains trouveraient douteux mais que Gio trouve admirables et courageux. « Tu fais une partie ? Cupidon a pas précisé que j'avais pas le droit de partager. » explique-t-il en tendant une des toutes petites manettes à Sid. « Tu venais espionner qui ? » enchaîne-t-il avec un sourire en coin. Peut-être que Sid s'était aventuré ici par hasard, mais c'était louche de venir dans la seule salle d'où on peut voir tout le monde sans être vu par hasard. Au fond, Gio il aimerait bien lancer une enquête en duo, surtout avec quelqu'un qui lui a fait bonne impression.
avatar

Sid
MESSAGES : 286
AGE : 23
LOCALISATION : hobart, tasmania (aus)
EMPLOI : lighting designer

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 16 500€
RELATIONS:
PARTENAIRE: ♥️ rhéa ♥️
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Mar 30 Oct 2018 - 16:51

Sid vient d'apprendre l'existence d'une salle d'espionnage dans le nid, il a intercepté l'échange de deux candidats en débarquant dans la cuisine tout à l'heure et forcément, maintenant, il veut voir ça de ses propres yeux. C'est plus par curiosité que par véritable envie d'épier les faits et gestes de ses camarades qu'il se lance à la recherche de la fameuse salle, mais bon il est pas contre non plus endosser le rôle d'espion pour une heure ou deux, lui qui a toujours rêvé d'être une petite souris pour voir et entendre ce que les autres font et disent. Et notamment dans son dos, parce que Sid il est persuadé qu'au bout de quelques jours seulement de cohabitation ses camarades parlent déjà en mal sur lui. Il a cette crainte d'être celui dont on se moque quand il a le dos tourné, et après tout ça ne serait que la continuité de ce qu'il vit dehors. Il est pas du tout confiant, à tous les coups les autres le détestent déjà et complotent contre lui alors il redoute un peu ce qu'il va entendre aujourd'hui. C'est l'un de ces jours où il est dans un délire parano alors il va sûrement pas découvrir la salle d'espionnage au bon moment, mais maintenant qu'il a chopé l'info il peut plus faire comme s'il ne savait rien. Il trouve finalement ladite pièce au rez-de-chaussée du palais, et en ouvre doucement la porte comme s'il mettait les pieds dans un endroit interdit et n'était pas censé se trouver là. « Oh. » il laisse entendre avec surprise en découvrant qu'un camarade est déjà installé dans la salle. Il reconnait tout de suite @gio, avec lequel il a conversé le premier soir et qui l'avait complimenté sur sa tenue. Sid ne l'avait pas cru, mais il s'est malgré tout forgé une bonne première impression du candidat ce soir-là. Gio lui propose une partie, et il remarque qu'effectivement son camarade a installé sa console sur l'un des écrans et qu'il y a plusieurs manettes. « Je sais pas trop... je suis pas sûr de savoir jouer. » il répond, confus, avant de s'attarder sur le jeu en question. Mario Kart, d'après ce qu'il peut lire à l'écran. D'un coup les traits de son visage se détendent, son regard s'agrandit et ses lèvres s'étirent en un sourire. « Ah mais c'est Mario ! Alors oui je veux bien, j'avais ce jeu sur ma game boy quand j'étais petit ! » Bon ça doit avoir pas mal changé quand même depuis le temps, en l'occurrence une bonne quinzaine d'années. Mais comme le jeu lui est familier il n'a plus trop peur d'être ridicule ou de ne pas savoir comment s'y prendre, malgré le fait qu'il ne s'agisse pas du tout de la même console et que ce sera dans tous les cas différent de ce qu'il a connu. D'ailleurs cette console non identifiée l'intrigue, il est perturbé par sa taille qui n'a rien à voir avec les consoles de salon qu'il a déjà pu voir. « Je connais pas du tout cette console par contre, c'est nouveau ? » Il effectue quelques pas pour aller observer l'engin, tandis que Gio lui tend l'une des manettes. Et là c'est le bug. Il s'en saisit, perplexe. « Euh, c'est pas pour les enfants plutôt t'es sûr ? Les manettes sont minuscules. » Il n'a pourtant pas de très grandes mains, pour le coup il se demande si Gio ne s'est pas fait avoir par Cupidon. Ce dernier en profite pour lui demander qui il venait espionner, à l'origine. « Oh, personne en particulier. » il s'empresse de rétorquer, un peu gêné, en secouant la tête pour finalement reprendre « Enfin... je venais voir si on ne parlait pas dans mon dos. Les gens ne sont pas toujours très gentils avec moi, ils se moquent beaucoup. » qu'il déplore. Il a connu des personnes qui lui souriaient en face pour le critiquer par derrière, alors il s'imagine que tout le monde est susceptible d'agir de cette façon vis-à-vis de lui désormais. Il s'attend toujours à être déçu de son prochain Sid, et ça ne risquait pas d'être différent ici. « Et toi tu venais seulement jouer à Mario, ou bien tu t'es dit que t'allais aussi en profiter pour jouer les espions ? » Cette salle doit rendre plus d'un candidat curieux, lui ne se serait pas du tout attendu à trouver ça dans cette aventure mais il ne s'en plaint pas car tout le monde a un petit côté voyeur, au fond.
avatar

Gio
MESSAGES : 1410
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Mar 30 Oct 2018 - 20:48


« Au pire je t'apprends. » Gio a une image mentale de lui et Sid rejouant une mauvaise scène de sitcom dans laquelle Gio apprendrait à Sid à jouer au golf mais avec une manette de switch, devant les « ouh » faussement enthousiastes d'une live-audience. Ça le fait sourire avec une tendresse un peu amusée. Son esprit lui échappe parfois et fait des associations d'idées loufoques qu'il ne saurait s'expliquer à lui-même. C'est la voix de Sid qui le ramène à la réalité. Une gameboy, ça date de quand Gio était vraiment tout petit, c'était même plus à la mode quand il avait l'âge d'en avoir une en fait, ou du moins plus la gameboy de base quoi. « Wow, ça remonte alors ! » commente-t-il pas sûr de l'âge de Sid. Faut dire, Sid, il fait vachement jeune, il a la tête et la carrure d'un adolescent. Et puis, Gio n'a jamais été très bon pour deviner l'âge des gens, il finit toujours par leur ajouter quelques années ou leur en retirer une tonne. Mais Sid, c'est déjà une énigme en lui-même, parce que Gio est sûr qu'il est majeur et tout, mais il pourrait aussi bien avoir dix-neuf ans que vingt-neuf. « C'est pas très vieux, ça a deux ans j'dirais. » dit Gio sans grande conviction, il n'est pas très à jour sur les actualités de la marque Nintendo, le seul jeu de chez eux qui l'a un jour intéressé c'était Pokemon et encore, il n'a jamais réussi à tous les capturer -grosse frustration-. Sid prend une manette et ne peut s'empêcher un commentaire sur la taille de l'objet. Gio sourit, un peu pantois parce qu'il n'a pas mieux à proposer, et puis son sourire devient plus amusé parce qu'il entend la voix de Jake dire « comme ta bite » dans sa tête, parce que c'est une blague qu'il fait tout le temps quand quelqu'un juge la taille d'un objet comme étant petite, il glisse un « comme ta bite » qui les fait à la fois pouffer de rire et lever les yeux au ciel. Décidant que c'est encore un peu tôt dans leur relation pour balancer ce genre de remarque, Gio se retient. « Est-ce qu'on est pas tous des grands enfants au fond ? » demande-t-il presque embarqué dans un questionnement philosophique à deux balles. Parce qu'en vrai, il sait bien qu'à vingt-trois ans il n'a pas encore atteint le stade de maturité qu'on est en droit d'attendre d'un adulte responsable sur tous les plans, il gagne sa vie convenablement, il a mis suffisamment de côté pour s'offrir une année de vacances loin de la fac -et clairement ça lui manque pas du tout- et de voyage, mais c'est pas suffisant pour faire de lui un adulte dans tous les sens du terme. Ces considérations philosophiques sont interrompues par ce que dit Sid. Il a peur que les autres se moquent, Gio a cru comprendre que le garçon assis à côté de lui manque cruellement de confiance en lui, ce qui l'a de prime abord un peu décontenancé parce que Sid projette vachement d'assurance. Il suppose aujourd'hui que c'est une assurance feinte, que les vêtements extravagants et la couleur de cheveux très voyante, sont un mélange savant  de poudre aux yeux et de moyen d'expression. Cependant il ne peut pas s'empêcher de demander, de creuser la question : « Ils se moquent de toi ? Pourquoi ils feraient ça ? » C'est pas qu'il doute que les gens soient assez cons et méchants pour juger les autres négativement après même pas deux jours d'aventure, mais c'est qu'il a du mal à trouver une raison à ce comportement quand ça concerne Sid qui lui semble être doux et un peu inoffensif. Il décide néanmoins de répondre à la question posée, histoire de ne pas laisser planer un silence gênant. « J'cherchais à brancher la switch et j'me suis dit que ça s'rait bien de voir si quelqu'un laisse échapper un ou deux indices. Mais t'as raison, on peut aussi voir s'il y a déjà des commères... » explique-t-il tout sourire en donnant un coup d'épaule à Sid. Gio n'est pas toujours le plus habile quand il s'agit de réconforter les gens ou même de les rassurer, plus d'une fois il a mis les pieds dans le plat et empiré des situations quand des amis à lui venaient lui expliquer qu'ils étaient nerveux par rapport à tel ou tel événement, mais il essaie. Toujours. « Je... tu m'parais pas risible du tout, tu sais. » se risque-t-il à dire avec un petit sourire à la fois chaleureux et gêné de passer un jugement aussi rapide sur Sid. Mine de rien, Sid c'est un des candidats qui a pour l'instant eu le plus d'impact sur son aventure après Aly, parce qu'il a été l'un des premiers à qui Gio a parlé et parce qu'il est toujours gentil, dans une villa ou bon nombre de gens essaient de s'imposer et n'hésitent pas à marcher sur les pieds des autres pour exister, une attitude aussi positive est toujours plus que plaisante.
avatar

Sid
MESSAGES : 286
AGE : 23
LOCALISATION : hobart, tasmania (aus)
EMPLOI : lighting designer

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 16 500€
RELATIONS:
PARTENAIRE: ♥️ rhéa ♥️
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Ven 2 Nov 2018 - 16:31

Certains candidats ont quand même eu des trucs hyper cool au loto organisé pendant les castings. Sid il se plaint pas du tout de son tirage, mais il aurait pas été contre recevoir une voiture télécommandée non plus, ou une console de jeu comme Gio qui a installé celle-ci dans la salle d'espionnage. En fait Sid si on lui avait demandé de choisir entre obtenir un pouvoir dans le jeu et un gadget, il aurait à tous les coups opté pour le second choix. Parce qu'en plus de trouver ça très cool, il aurait pas assumé aussi tôt dans l'aventure un pouvoir sur les nominations ou sur n'importe quoi d'autre. Il en est au stade où il préfère se faire petit, pour ne pas devenir une target facile et avoir les autres sur le dos. On a toujours trouvé des choses à lui reprocher dans sa vie, et là c'est pas le moment de se faire mal voir par les autres, il le sait. Alors l'argent remporté au loto lui convient, c'est pas le lot le plus cool mais c'est toujours bon à prendre. Et comme c'est une petite somme qu'il a gagné il risque pas trop de faire des envieux, tout ce qui l'arrange. Gio lui propose une partie, mais il est pas certain de savoir comment jouer. C'est quand il réalise de quel jeu il est question qu'il se sent soudainement bien plus à l'aise car Mario Kart, il y jouait lorsqu'il était enfant. Sur sa petite game boy advance, certes donc y'a un paquet d'années, mais ça l'a marqué. « Oui ! C'est la première console que j'ai eu, je me rappelle que je l'emmenais partout. » C'est drôle, il aurait pu tout oublier depuis le temps mais peut-être qu'il a imprimé cette époque parce qu'il était un gamin insouciant et heureux, et qu'il préfère se souvenir de ces périodes-là. Bon, insouciant il l'est encore un peu aujourd'hui, heureux par contre.. ça se discute. « T'as eu quoi comme console(s) toi ? » il interroge son camarade avec intérêt, tout en s'avançant pour contempler la nintendo switch, cette console dont il n'avait jusqu'alors jamais entendu parler. D'après Gio elle doit avoir deux ans, et effectivement c'est pas bien vieux, ça l'étonne pas du coup d'être passé à côté. Il saurait même pas dire si c'est une console de salon, portable, ou les deux c'est un peu étrange. Visiblement on peut la connecter à un téléviseur, mais il semblerait aussi que la console se compose d'un écran pouvant être extrait de la station d'accueil, du coup ça l'intrigue. Et ce qui est perturbant surtout c'est la taille des manettes, minuscules il faut bien le dire. La remarque de Gio le fait timidement sourire, ça lui parle ce qu'il entend là. « Je sais pas à quel âge on se sent "adulte", mais moi c'est pas encore le cas. » Sid il a conservé ses rêves d'enfant, et le fait qu'il mène une vie où il rejette toute forme de responsabilité doit sûrement signifier qu'il refuse de grandir, quelque part. Faut dire qu'il a jamais eu à entreprendre de trucs sérieux, comme payer des factures, un loyer, ou bien demander un prêt à la banque. Il a le sentiment de pas avoir encore effectué le passage de l'enfance à la vie d'adulte, et il fait rien non plus pour que ça arrive. « Enfin ça me va, je crois. Le monde des adultes me fait peur. » Il préfère rester "entre les deux", c'est là qu'il a tendance à se situer en fait. Peu de personnes peuvent comprendre pourquoi à vingt-trois ans il n'a aucun désir d'indépendance, et encore aujourd'hui il travaille mais ça n'a pas été évident de le pousser là-dedans non plus. Malgré le salaire qu'il touche tous les mois, il ne se considère pas adulte et il convient de se demander s'il aura un jour le déclic qui y changera quelque chose. S'il s'est rendu dans cette salle d'espionnage c'est pour entendre ce que les autres candidats disent potentiellement de lui. Il est pas très rassuré Sid depuis son entrée dans le nid, il a peur qu'on le critique par derrière et qu'on se moque de lui. Les railleries des gens il y a toujours eu droit, et dans cette aventure il s'imagine qu'il n'y échappera pas non plus. Ce point-là éveille la curiosité de son camarade, qui se demande pourquoi les gens ont tendance à se moquer de lui. « Parce que je suis pas comme eux, je suis différent à leurs yeux, sûrement. Ils doivent pas aimer ma couleur de cheveux, mes vêtements, peut-être qu'ils voudraient que je sois plus... discret ? » Il sait pas trop au fond ce qui lui vaut les moqueries des autres depuis tant d'années, et même s'il y a principalement eu droit pendant sa scolarité, il voit bien encore aujourd'hui dans le regard des gens qu'il déplait. On le regarde souvent de travers, on lui fait sentir qu'il est pas le bienvenu quand il débarque alors à part pour aller travailler il sort plus, c'est la solution qu'il a trouvé. Gio de son côté a choisi de se rendre dans cette salle pour jouer, mais il est aussi à l'affut d'un indice qui pourrait fuiter ici ou là. « Oh je vois, tu as déjà la tête dans la chasse aux secrets. » il remarque dans un sourire amusé. Il doit bien avouer qu'il ne s'est pas encore trop penché dessus, mais c'est assez rassurant de voir que certains ne perdent pas de temps pour ça, il sait qu'il n'est de toute façon pas un exemple à suivre. « C'est difficile, tu penses, de trouver un secret ? » Sid ne s'en sent pas capable, mais il surestime peut-être la difficulté de la chose. Il suppose quand même qu'il faut un minimum d'indices en sa possession pour mener une réflexion qui tienne la route sur quelqu'un, or les indices ça s'obtient pas en claquant des doigts ici d'après ce qu'il a compris. La remarque de Gio le déstabilise un peu, après ça. Il ne le trouve pas risible du tout, c'est bien ce qu'il dit ? « A-Ah bon ? » il formule d'une voix hésitante, ne sachant pas trop quoi répondre. Il est gêné, au moins autant que son camarade. « Toi tu es gentil... ça me rassure de savoir que je n'inspire pas la moquerie à tout le monde ici. » il souffle dans un fin sourire, et si Gio doit être le seul qui ne se moquera pas de lui eh bien il prend, sans hésiter. Parce que ce garçon lui a fait bonne impression dès le premier soir, et qu'il veut bien affronter une adventure où ses rapports seront compliqués avec les autres si on peut au moins lui garantir sa bienveillance à lui. « J'aurais aimé être dans ton équipe, je connais encore personne dans la mienne.. » Il n'a rien ni personne à qui se raccrocher dans la team à laquelle il appartient, tandis que dans celle de Gio il y a donc Gio, mais aussi sa partenaire. Cette histoire l'angoisse un peu, il compte bien découvrir ses coéquipiers mais partir avec aucun repère comme ça, c'est compliqué à gérer pour lui.
avatar

Gio
MESSAGES : 1410
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Sam 3 Nov 2018 - 1:57

La conversation continue de tourner autour de leurs souvenirs d'enfants-gamers. Gio n'a pas grand chose à raconter, parce qu'en dehors d'une période de son adolescence il n'a jamais été un joueur intensif. Bon et quand il avait huit/neuf ans et qu'il passait ses journées avec ses pokémons eau, mais ça c'est parce que Pokemon était un phénomène mondial. « J'ai eu une game boy advance, j'jouais à Pokemon dessus, puis j'suis passé chez Sony avec les playstations 2, 3 et 4. Mais j'ai plus trop l'temps de jouer depuis deux ou trois ans. » répond-il finalement sans trop donner de détails sur les jeux. Il a longtemps fait la guerre à des gens avant d'embrasser son côté pacifiste. Trop de monstres et personnages pixélisés ont connu la mort du bout de ses doigts pour qu'il ait un jour la conscience complètement tranquille. Quand Sid semble se questionner à voix haute, Gio décide de faire un trait d'humour -et on le sait à présent dans tout le nid, l'humour, c'est pas son fort- : « Pour une réponse précise, j'te conseille de demander à Richard ou à Cristopher. » Parce que ce sont ceux qui ont le plus vécu et qu'ils sont probablement les mieux équipés pour donner une réponse chiffrée, normal. Une blague âgiste, c'est un peu bas franchement, mais c'est vraiment qu'une plaisanterie, Gio n'y implique aucune offense, soyez-en sûr. La peur du monde des adultes est une peur logique pour quiconque en train de grandir, mais Gio est un peu un bélier dans ce domaine, il fonce tête baissée en espérant ne pas se prendre un mur. « C'est pas si pire l'monde des adultes, faut juste y sauter à deux pieds et puis... continuer d'avancer. Perso j'me suis cassé la gueule une paire de fois mais c'est un peu le principe j'crois. » Il a acheté son appartement quasiment argent comptant -entre ses économies savamment gardées depuis son premier boulot d'été, un petit prêt et une contribution de ses parents-, sa gestion de ses finances impeccable et son éthique au travail, Gio estime avoir plutôt bien géré la transition. Si on ne tient pas compte des fois où il a oublié de payer une facture, des deux trois amendes qu'il a reçu, de ses achats impulsifs pour des objets qui finissent par trôner dans des brocantes ou sur des sites de reventes, de son année sabbatique qui ne fait que commencer et qui lui coûte un peu plus que ce qu'il espérait (Fake Lover est déjà utile en cela que ça lui permet de ne pas dépenser un centime et de potentiellement se faire de l'argent à la sortie). La seule chose qui lui fait vraiment peur, c'est de finir ses études et de devoir trouver un « vrai » travail aux yeux de la société et devenir un acteur qui contribue à la société autrement que par les messages qu'il porte. Tous les éléments que Sid cite, lorsqu'il parle de sa différence sont valides -pas que Gio aurait osé juger le ressenti de Sid invalide- mais il essaie toujours d'apporter un peu de nuance dans la façon dont les gens se perçoivent, parce qu'il est convaincu que personne ne se voit telle qu'elle est. À commencer par lui très vraisemblablement.« Plus maintenant, tu passes à la télé, tu vas avoir plein de gens qui s'identifieront à toi et qui te soutiendront, et avant que tu dises que non, j't'assure que si. T'auras des gens qui aimeront pas ton style, mais tu vas inspirer plein de gens aussi. » explique-t-il convaincu. D'aussi loin qu'il se souvienne, même les candidats les plus originaux, les plus loufoques ou ceux qui étaient pas très performants sur le plan des interactions sociales ont tous connu une certaine popularité et ont trouvé leur public dans Fake Lover. C'est aussi ça la beauté de cette émission, elle permet aux (jeunes) spectateurs de voir des gens venant de milieux et d'horizons différents. Sid réalise que Gio a déjà commencé à chercher des secrets et Gio ne peut que sourire à pleines dents. « À fond ! » affirme-t-il enjoué. Gio a l'impression qu'il a signé un pacte avec Cupidon en entrant dans le jeu et que ce pacte implique qu'il ait la course aux secrets en ligne de mire. Il aimerait en trouver un au moins, histoire de n'avoir pas été casté sur de fausses promesses, mais au pire, il fera de son mieux. S'il échoue dans la chasse aux secrets, une chose est sûre, ce ne sera pas par manque d'effort. « J'sais pas, ça dépend des indices qu'on reçoit j'imagine, mais vu comment les candidats ont galéré dans certaines saisons, j'me dis que ça va être coton. » explique Gio qui est un peu un fan de l'émission et qui se souvient d'avoir vu des gens s'acharner sur des secrets sans jamais les percer à jour. Faut dire que même lui aurait eu du mal à trouver et pourtant les indices pullulaient. Face à la réaction de Sid quand il lui dit qu'il n'est pas risible, Gio n peut s'empêcher de s'exclamer : « Si j'te l'dis ! » Haut les cœurs ! Gio est en forme aujourd'hui et il a envie d'entraîner Sid avec lui ou du moins, il a envie que Sid ressorte de leur échange un peu plus heureux qu'en arrivant. C'est une mission dont il se sent toujours investi et Gio s'emploie à répandre l'apaisement moral et la quiétude partout où il va, c'est un mode de vie comme un autre, mais c'est le sien. Quand Sid lui dit qu'il est gentil, ça le fait sourire, le reste de la phrase l'attendrit et lui fait un peu de la peine, parce qu'il sent que chez Sid, cette fragilité n'est pas feinte. Alors, dans un geste qui se veut rassurant, il pose sa main sur l'épaule de son camarade et la serre doucement. « Si ça peut t'rassurer pour l'instant j'ai entendu personne se moquer de toi. Et si ça avait été l'cas j'leur aurais dit d'se taire. » dit-il d'une voix neutre, sans la moindre trace d'amusement. C'est son côté social justice warrior qui ressort peut-être mais Gio ne sera pas de ceux qui participent aux lynchages en place publique. Pour ce qui est d'être dans la même équipe, Gio n'est pas sûr de voir ça comme un avantage et il compte bien le faire savoir à Sid. « Faut pas dire ça ! Au contraire faut t'dire que t'as un allié dans une autre équipe, j'ferai ce que j'peux pour vous protéger toi et Rhéa même si elle est aussi dans mon équipe et que j'suis sûr qu'elle assure tes arrières.. » Parce que quand on se fait un pote en début d'aventure on essaie de le garder aussi longtemps que possible non ? Gio est peut-être naïf dans sa vision des choses et dans sa conception du jeu, on lui a souvent reproché de ne pas être un très bon stratège aux échecs, mais pour lui, Fake Lover repose sur deux choses : se faire des amis et les protéger. Alors oui, il a conscience que ses amis peuvent le trahir pour profiter d'un avantage et qu'il sera amené à jouer contre eux aussi, mais cette question d'équipes ne lui a pas paru une trop grande mise en danger et s'il peut apporter un peu de tranquillité d'esprit à Sid, il en est content. Décidant de changer un tout petit peu de sujet, histoire aussi de balayer un peu de la tension dans la pièce, Gio propose : « On lance un circuit ? Promis j'te laisse gagner et j'dis pas ça parce que j'ai joué que deux fois dans ma vie ! » Non, pas du tout...

avatar

Sid
MESSAGES : 286
AGE : 23
LOCALISATION : hobart, tasmania (aus)
EMPLOI : lighting designer

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 16 500€
RELATIONS:
PARTENAIRE: ♥️ rhéa ♥️
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Mer 7 Nov 2018 - 17:06

La période de sa vie liée à la game boy advance qu'il possédait autrefois est rattachée à de bons souvenirs, Sid n'a pas peur de se remémorer ces années-là. Il se souvient qu'il a trimballé cette petite console partout pendant un bon bout de temps, que là-dessus il jouait aux Sims permis de sortir, à Donkey Kong Country et à tous les jeux Mario qu'il était possible de trouver à l'époque. Il a eu la tête là-dedans comme beaucoup d'autres enfants au même âge parce que c'était cool et tendance mais il n'a jamais développé de passion pour les jeux vidéo non plus, aujourd'hui d'ailleurs il ne possède plus aucune console. Gio a eu sa période game boy lui aussi, puis il dit avoir enchainé les playstations, trois au total. Il n'aurait à présent plus le temps de jouer, l'un et l'autre ont donc rangé leurs consoles mais peut-être pas pour les mêmes raisons. « C'est à cause de ton travail que t'as plus le temps ? Tiens je sais même pas dans quoi tu bosses ! » C'est le genre d'information qu'il n'a pas encore retenu sur les uns et les autres, mais ça devrait venir. Sid espère assimiler le métier de chacun assez vite histoire de pouvoir en parler avec ses camarades car il aimerait se faire une idée de la vie de chaque candidat à l'extérieur, imaginer comment telle personne vit, dans quel cadre et à quoi peut ressembler son quotidien. Lorsque Gio laisse entendre qu'ils sont sûrement tous des grands enfants dans le fond, l'australien s'interroge sur le fait de se sentir adulte et se demande s'il y a un âge où le passage de l'un à l'autre est censé se ressentir. Lui n'a pas le sentiment d'être adulte, d'avoir suffisamment mûri pour pouvoir être appelé comme tel. Sid il se voit pas du tout comme ses parents, qui ont de nombreuses responsabilités à assumer au quotidien, eux sont des adultes à proprement parler parce qu'ils gèrent des trucs d'adultes, des trucs sérieux. Lui n'est pas autonome et pour cause c'est sa mère qui fait tout pour lui, jusqu'à déclarer ses revenus depuis qu'il travaille. Sid il se repose énormément sur ses parents, le cordon n'est pas coupé et sans doute se sentira-t-il déjà plus adulte que ce sera fait. Mais il doute d'être un jour prêt pour ça, faut vraiment pas lui parler de quitter le domicile familial et de devenir indépendant, ça lui fiche une trouille pas possible quand il y pense. Gio lui conseille de demander aux doyens de l'aventure pour ce genre de choses, une remarque débitée sur un ton humoristique que Sid prend bien évidemment au premier degré. « Oh, c'est pas bête. Ils ont été des adultes avant nous, ils pourront sûrement me répondre. » Il va prendre conseil auprès d'eux comme il l'aurait fait avec son papi s'il était encore de ce monde, et qu'il a malheureusement très peu connu. Sid ça le rassure d'avoir des camarades âgés, il retrouve en quelque sorte des figures parentales auxquelles il risque du coup de beaucoup se référer. Le monde des adultes, ça n'a visiblement pas fait peur à Gio qui s'y est lancé sans crainte et avec l'envie de s'en sortir. Il dit avoir trébuché plus d'une fois mais sa devise c'est d'avancer, et ce discours prouve à Sid qu'il est loin d'être dans le même état d'esprit que son camarade. « C'est quand même un grand saut en avant sans parachute.. Moi je m'imagine pas tout assumer seul, je trouve ça effrayant et puis gérer un budget entre les courses, les factures, le loyer et tellement d'autres trucs.. Je suis trop étourdi pour réussir à m'y retrouver, je finirais certainement à la rue à l'arrivée ou avec plein de dettes. » il déclare en soupirant. Il a pas cité un tiers des dépenses qu'un ménage se doit réellement d'assumer et il en a déjà le tournis. « Le monde des grandes personnes c'est pas pour moi, je crois. » Il refuse de grandir dans sa tête et de mener une vie d'adulte responsable si c'est pour ouvrir sa porte à tout un flot de galères comme ça, il a pas les épaules pour assumer autant de trucs il le sait, ni le porte-monnaie d'ailleurs. Parfois Sid il arrive presque à comprendre les gens qui se moquent de lui, même s'il trouve ça méchant de leur part et que ça lui fait mal au cœur, il conçoit quand même qu'on puisse trouver de nombreuses choses à pointer du doigt chez lui. En tout cas si ces personnes le perçoivent aussi durement que lui-même se perçoit, c'est pas étonnant qu'il se soit mangé un paquet de critiques dans sa vie. S'il s'aimait un peu plus, peut-être que les gens l'aimeraient un peu plus aussi ? Il est quand même pas trop capable de dire ce qui peut-être si dérangeant chez lui aux yeux des autres, à part peut-être ses fringues, et la couleur de ses cheveux. Sid arbore un look pour le moins excentrique derrière lequel il se réfugie pour d'une part se sentir exister, et de l'autre s'affirmer un peu. Lui qui s'est toujours senti invisible, a fait en sorte de ne plus l'être et de se faire remarquer de cette façon. Mais ça doit pas plaire à tout le monde, ces excentricités vestimentaires et capillaires qu'il affiche, peut-être que ça fait mal aux yeux ou que les gens sont trop intolérants pour accepter qu'il sorte ainsi du cadre. Ou alors ils comprennent qu'il triche et que ces accoutrements ne sont qu'illusion, et c'est pour ça qu'il récolte leur haine, parce qu'il essaye d'être quelqu'un d'autre. Sid pourrait trouver des tas d'excuses aux gens qui rejettent cette image de lui, puisque lui-même n'aime pas ce qu'il renvoie, avec ou sans audace dans ses looks, et coloration dans ses cheveux. Gio est d'avis que les choses vont changer maintenant qu'il passe à la télé, car de nombreuses personnes vont s'identifier à lui et le soutenir. Il lui assure que plein de gens vont être inspirés par ses looks, et qu'il n'y aura pas que des personnes pour s'en moquer. « Tu crois vraiment que je peux devenir une source d'inspiration pour quelqu'un ? J'ai un style quand même particulier, je sais pas si qui que ce soit pourrait se retrouver là-dedans. » Il doute Sid, toujours quand il s'agit d'avoir une bonne influence sur les gens puisque ça il ne s'en pense pas capable. Il imagine pas inspirer la jeunesse, et donner envie à des téléspectateurs de s'habiller comme lui, ça lui parait fou quand il y pense. Clairement, il croit pas pouvoir devenir une sorte d’icône comme son camarade semble pourtant le penser. « Je veux dire, qui veux-tu que ça inspire.. » il reprend en désignant ses vêtements du jour, un look qu'il aurait une nouvelle fois du mal à définir. Ça n'a ni queue ni tête il le sait, et d'ailleurs la création de ses looks ne passe par aucune réflexion de sa part. Est-ce qu'il se sent bien comme ça ? Sûrement, oui, c'est la carapace qu'il s'est lui-même forgé alors ce serait malheureux s'il n'y était pas bien. Il conçoit juste pas qu'on puisse vouloir se fringuer comme lui ou s'inspirer de son style, c'est pas par volonté de demeurer unique, pour le coup il se sentirait moins différent s'il y avait plus d'originaux comme lui. Aujourd'hui il y a des codes à respecter, des modes à suivre, et lui ne répond à rien de tout ça. Gio se dit d'ors et déjà à fond dans la chasse aux secrets, visiblement déterminé à compter parmi les enquêteurs de cette saison. Quant au fait de trouver un secret, il pense aussi que ça dépend des indices reçus mais tend à penser que ce n'est pas une mince affaire de parvenir à signer une découverte de secret. « J'aimerais bien me lancer dedans aussi, mais je crois pas être assez perspicace pour trouver quelque chose. » il formule en grimaçant légèrement. Ça l'occuperait de mener l'enquête, et puis c'est un peu le principe du jeu aussi, maintenant faudrait déjà récolter des indices parce que commencer à réfléchir sur absolument rien serait plus une perte de temps qu'autre chose. « Quels secrets t'intriguent le plus pour l'instant ? » il l'interroge afin de se faire une idée des potentielle premières cibles de son camarade, et pour pas prendre les mêmes. Gio il se dit à fond dans les secrets déjà, il a forcément déjà réfléchi aux candidats sur lesquels il allait enquêter dans un premier temps et sur qui il demanderait des indices si l'occasion lui en était donnée. Lorsque son camarade lui fait finalement savoir qu'il ne le trouve pas risible du tout, Sid se trouve assez gêné mais perçoit beaucoup de gentillesse dans ses paroles. Il n'inspire pas de la moquerie à Gio au moins, c'est quand même rassurant de savoir qu'au moins une personne dans ce nid ne le regarde pas de travers. La main du candidat se pose sur son épaule, dans un geste réconfortant tandis qu'il lui assure n'avoir entendu personne se moquer de lui pour le moment. Il ajoute aussi qu'il leur aurait demandé de se taire, si ça avait été le cas. Il n'avait pas perçu autant de bienveillance chez quelqu'un depuis longtemps, l'attitude plus ou moins protectrice de son camarade lui redonne le sourire parce qu'il se sent soutenu, et il avait besoin de ça. « Tu sais, si un jour tu entends certaines personnes médire de moi ici, je préfère que tu les laisses parler. J'ai pas envie que tu aies de problèmes avec les autres à cause de moi. » il laisse entendre dans un sourire. C'est vraiment pas ce qu'il souhaite, quand bien même la remarque de Gio le touche, il veut pas lui causer d'ennuis dans cette aventure. « Je ne pense pas que tout le monde sera aussi gentil que toi avec moi, j'y suis préparé. » Tous les candidats ne le gratifieront pas de sourires et de gentillesses, il s'en doute, ce serait trop facile si c'était le cas. Sid s'attend à ce que ce soit compliqué avec certains, et carrément difficile avec d'autres, il ne plaira pas à tout le monde ça il le sait et c'est toujours mieux que de ne plaire à personne. Il regrette, quand même, de ne pas faire partie de l'équipe de Gio parce qu'il aurait eu au moins deux repères dans celle-ci, par rapport à son équipe où il ne connait encore personne. Ça lui fait peur, il sait pas comment ça va se passer avec ses coéquipiers, d'ailleurs si ça se passe mal il devra probablement rester dans cette équipe et c'est une chose qu'il aura du mal à gérer, il le sait. Gio tente une fois encore de le rassurer, c'est vrai il peut se dire qu'il a des alliés dans une autre équipe ce qui stratégiquement parlant est sûrement une bonne chose. Son camarade dit qu'il va faire ce qu'il peut pour les protéger Rhéa et lui. « Je ferai aussi tout mon possible pour qu'il ne vous arrive rien, à Aly et à toi. » il lui affirme, songeant à cette histoire de concertations en équipes censées avoir lieu avant chaque nomination. Ça le rassure pas trop parce qu'il a compris que ces réunions ne seraient pas sans conséquences pour certains, mais s'il doit faire entendre sa voix à un moment c'est bien celui-là, et il sera pas question pour lui de laisser quelqu'un s'en prendre à ses alliés sans réagir - des alliés qui en feraient autant pour lui en plus de ça, tout du moins en ce qui concerne Gio. Il a pas du tout l'âme d'un stratège Sid, il risque de s'en donner mal à la tête quand il faudra mettre des stratégies en place mais quand il agit c'est avec son cœur, lui. Il pourrait pas trahir ses amis ni les laisser aller à l'abattoir sans bouger, il pourrait plus se regarder dans un miroir après ça. Gio propose de lancer un circuit, et alors qu'il pensait que son camarade était un joueur de Mario Kart expérimenté, il se trouve qu'il n'en est rien. « Oh, c'est pas parce que tu me laisseras gagner que je gagnerai vraiment. » il souligne dans un sourire. Ça fait quand même un paquet d'années qu'il a pas touché à un jeu de ce genre, et là c'est une toute nouvelle console qu'il va lui falloir assimiler, autant dire qu'il part pas confiant du tout Sid. Il s'installe à côté de son camarade, et se met à examiner la multitude de personnages qu'il leur est possible de jouer. « Hum, le choix est difficile. » il commente avec sérieux, beaucoup de personnages lui font de l'oeil alors c'est pas évident. « Bon je vais prendre le Mario Tanuki, parce que son costume est rigolo ! Et toi tu prends qui ? » Vient ensuite le choix du véhicule, qui là encore s'avère compliqué parce que tous les kart ont un style unique et lui donnent envie de les essayer. « Oh ! Le Quad Wiggler est trop mignon, je prends lui ! » Le choix de son kart fait, il attend que Gio fasse le sien et lorsque c'est réglé, il ne leur reste plus qu'à choisir le circuit sur lequel ils vont s'affronter. « Les circuits sont magnifiques, ils ont tous l'air trop bien. » Il se verrait bien tous les faire, et risque de proposer à son camarade plusieurs parties du coup. « Regarde les circuits de la Coupe Eclair, ils sont trop stylés ! On prend ça tu veux bien ? » Il s'attend à des graphismes incroyables, et ne sera probablement pas déçu. La route Arc-en-ciel en particulier le fait rêver, mais quand il y pense il a eu au moins un coup de cœur dans chaque Coupe qui leur est proposée, bon y'a pas à dire ce jeu a l'air dément. « Si une Coupe c'est quatre circuits, ça veut dire qu'on a quatre parties et un gagnant à la fin si j'ai bien compris. Donc ça va, y'a moyen de se rattraper sur les circuits suivants si on est mauvais sur le premier. » Il lui semble que c'était comme ça dans le temps, mais c'est vraiment le seul truc qui lui rappelle le Mario Kart de sa game boy car pour le reste, on peut dire que le jeu n'a plus rien à voir avec ce qu'il a connu. « On lance, tu es prêt ? » il demande à Gio en tenant fermement sa manette entre ses mains, impatient d'être jeté sur la piste avec son Mario en onesie et son super véhicule chenille. Sid il est bien équipé pour la course, maintenant son camarade est pas en reste non plus. L'un part avec peu d'expérience sur ce jeu, l'autre n'a pas joué depuis des lustres, on peut dire que le suspense est total quant à celui qui soulèvera la coupe dans quatre circuits.
avatar

Gio
MESSAGES : 1410
AGE : 23
LOCALISATION : Douglas, Isle of Man.
EMPLOI : Poissonnier, globe-trotteur, social justice warrior.
JUKE BOX : River - Bishop Briggs

LOVER'S LIFE
CAGNOTTE: 25 000 €
RELATIONS:
PARTENAIRE: ALY
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: I spy with my little eyes - Mardi 13h45   Ven 9 Nov 2018 - 23:46

Sid s'intéresse à son job, le job de rêve qui occupe Gio au point qu'il n'ait plus le temps de jouer aux jeux vidéos. « Entre autres ouais. En ce moment j'suis poissonnier à mi-temps dans le rayon poissonnerie d'un supermarché. Mais à partir de septembre prochain j'aurais de nouveau la fac à côté. » Parce qu'à côté de son mi-temps, il y a toutes les activités qui forment son temps plein et qui vont de geeker à voyager et que ce serait mentir que de dire que son boulot de poissonnier est la raison de son manque d'intérêt pour les jeux vidéos. Gio n'est pas sûr d'être d'accord avec la métaphore qu'emploie son camarade. Il y a un aspect légèrement dangereux dans le passage à la vie d'adulte, c'est évident, mais rien d'aussi drastique qu'un saut en parachute sans parachute. « C'est plus une série de petits sauts, personne n'a dit que tu devais d'un coup tout faire tout seul. Comment tu gères ton argent en ce moment ? » demande-t-il finalement, parce que ça l'intrigue un peu que Sid ait l'impression qu'il finirait par faire banqueroute et se retrouverait à la porte s'il devait gérer tout seul ses dépenses. « Faudra bien que ça le soit un jour, alors autant te lancer aussi vite que possible comme ça tu prends les habitudes plus vite. » encourage Gio qui ne voit pas comment Sid pourrait vivre sa vie sans entrer dans le monde des grandes personnes comme il dit. De plus, Gio pense vraiment que l'on est jamais à 100% prêt à se lancer dans le grand bain, Sid se dit qu'il doit faire une bombe, Gio lui conseille juste de mettre les pieds dans l'eau et de commencer par quelque chose. La remarque que Sid fait sur son style -et qui est censée remettre en question l'affirmation de Gio- révèle un manque de confiance en soi qui lui fait presque mal au cœur. « J'suis sûr que t'es pas la seule personne qui a été victime de moqueries et rien que pour ça, j'suis convaincu que des gens vont être inspirés de voir quelqu'un comme eux à la télé. » Sid pourrait être la voix d'une communauté de jeunes qui ont subi du harcèlement scolaire, de personnes qui ont été discriminées parce qu'elles n'ont pas un look qui rentre dans la norme. En y réfléchissant bien, Sid pourrait devenir la mascotte d'un mouvement d'une grande ampleur et, de ce que Gio a vu du garçon, il le mériterait. Pour ce qui est de la tenue qu'il arborre aujourd'hui, Gio hausse les épaules, pas convaincu de ce que Sid essaie de dire.« Moi j'aime bien, j'suis pas sûr que j'oserais porter un truc aussi voyant. Faudrait peut-être que je me force, parce qu'au fond ça m'plairait d'être aussi audacieux. » dit-il sur un ton qui se veut être celui d'un compliment. Il ne cherche pas à dire que Sid est extravagant, juste qu'il a l'air de porter ce qu'il veut et de se ficher de ce que les gens pensent. Gio, il porte souvent ses sweat-shirts d'une façon bizarre, mais ses fringues sont généralement relativement sobres. Quant à la notion qu'il faut être très perspicace ou brillant pour trouver un secret... « Suffit d'essayer, tous les ans il y a des gens qui se plantent plusieurs fois, c'est le jeu. » note-t-il, plus pour se rassurer lui-même que pour motiver Sid. Si le but c'est de trouver les secrets de ses camarades, le jeu est truqué en leur défaveur parce qu'ils ont peu d'indices et parce qu'ils n'ont pas assez d'argent pour buzzer autant qu'ils aimeraient. Sid s'interroge sur les secrets qui intéressent Gio qui lui lance un regard en coin amusé, presque convaincu que Sid a peur de sa réponse. « Le tien ? Non, en vrai pour l'instant j'suis pas décidé, toutes les personnes qui sont sympa avec moi ont un secret qui m'intéresse pour l'instant. » fait-il en haussant les épaules. Bien sûr le secret de Sid l'intéresse, mais il ne veut pas donner l'impression qu'il est en train de mener une enquête sur lui. Ils apprennent tout juste à se connaître et Gio n'a même pas encore commencé à analyser les informations qu'il découvre sur les gens, la chasse aux secrets est ouverte mais pas encore réellement en marche, pour l'instant si Gio découvre un truc c'est qu'il a de la chance. C'est à cet instant que Sid dit qu'il préfèrerait que Gio laisse les gens parler. Peut-être, peut-être même que Sid a raison et que ça ne servira à rien que Gio s'emporte, mais il secoue la tête. « Sûrement pas ! Ce serait complètement aller à l'encontre de mes convictions et de mes valeurs, que de laisser les gens dire du mal de toi ou de qui que ce soit d'autre. Et si ça m'attire des ennuis, c'est vraiment pas grave, j'aurais la conscience tranquille. » explique-t-il à la limite de la véhémence. Sid peut ne pas comprendre, mais pour Gio laisser une injustice impunie et rester silencieux, ce n'est même pas une option envisageable. C'est dans sa nature et il ne compte pas se battre contre elle. Le naturel revient au galop, il paraît, Gio n'en saurait rien, il n'essaie même pas de le chasser. « Marché conclu ! » dit-il réjoui de s'être trouvé un allié dans le jeu après même pas deux jours. À voir si ça s'inscrit dans la durée. Gio a vu des gens se retourner contre leurs alliés trop souvent dans ce jeu pour être sûr que tout ça durera toujours, mais pour l'instant, il savoure l'idée. Sid sélectionne son personnage, une version de Mario dans un costume d'écureuil. C'est un choix motivé par le design et Gio opine du chef. Il ne connaît pas assez le jeu pour faire un choix éclairé, alors il va devoir faire de même. « Lui, là, Maskas. » choisit Gio après avoir fait deux fois le tour de chaque personnage disponible. Le bonhomme rouge avec un masque blanc lui plaît bien et puis, de toute manière, il doute que son choix ait un grand impact. Sid a l'air super excité et ça fait sourire Gio, après une conversation durant laquelle Sid s'est révélé douter beaucoup de lui-même, le voir aussi enthousiaste fait plaisir. De son côté Gio, sélectionne un kart avec une bonne maniabilité, parce qu'il sait de quoi il est capable. « J't'en prie, choisis, j'ai vraiment pas de préférence. » fait-il avec un signe encourageant de la main, ça lui importe peu au fond de savoir sur quel circuit il roule, le but du jeu c'est de rester sur la piste et d'aller le plus vite possible. Donc Gio va se concentrer sur ça dans un premier temps. « T'es sûr que la difficulté des circuits ne va pas crescendo ? Parce que si c'est l'cas ça veut dire qu'être mauvais au premier, c'est mauvais présage. » fait-il remarquer alors que Sid est prêt à démarrer. Gio prend une profonde inspiration, un peu comme il le ferait avant de commencer le boulot ou de passer un examen. « C'est parti. » souffle-t-il prêt. Le jeu commence et il réussit son démarrage, ça le soulage presque. Une erreur. Cet instant de relâchement laisse place à une bourde et il tombe hors du plateau. « Est-ce que j'suis vraiment tombé dans le vide après dix secondes de course ? » dit-il en riant, un rire mi-amusé mi-jaune. La course continue et il n'est même pas dernier, c'est que l'intelligence artificielle doit vraiment pas avoir envie de l'humilier. Le premier tour est presque fini et Gio a repris une ou deux places avant de se coincer contre un mur. Il soupire légèrement agacé. « J'suis vraiment nul... Heureusement que j'suis moins dangereux au volant d'une vraie voiture. » Il n'a jamais eu d'accident et il reste toujours sur la voie de gauche. Non, vraiment, Gio est un bon conducteur.

 

I spy with my little eyes - Mardi 13h45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Soirée Livre épique V - Mardi 30/09 - (Validé)
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE LOVER :: REZ-DE-CHAUSSÉE - PALAIS IMPÉRIAL – TERRE (CENTRE) :: LA SALLE DE L'ESPION-